Grande exposition Vasarely au Centre Pompidou

Le moment crucial de chaque artiste est sa transmutation « d’être récepteur » en « être émetteur » : là, il devient créateur, être rarissime découvrant son rôle qui consiste à donne« . Du 6 février au 6 mai 2019, le Centre Pompidou en collaboration avec le Städel Museum présentent l’exposition Vasarely – Le partage des formes. Un parcours à la fois chronologique et thématique qui emmène les visiteurs parmi toutes les facettes de son œuvre foisonnant, depuis sa formation dans les traces du Bauhaus jusqu’aux dernières innovations formelles : peintures, sculptures, multiples, intégrations architecturales, publicités, études…

Au travers de trois cents œuvres, objets et documents, l’exposition explore le « continent Vasarely » et la manière dont il a marqué la culture populaire de l’époque, s’inscrivant pleinement dans le contexte scientifique, économique et social des années 1960-1970, et soulignant la place cardinale de l’artiste dans l’imaginaire des Trente Glorieuses.

Victor Vasarely est né à Pécs (Hongrie) en 1906 et est décédé en 1997 à Annet-sur-Marne (France). Il commence par faire des études de médecine qu’il abandonne pour s’inscrire aux beaux-arts (1927-1929), puis au Bauhaus de Budapest où il devient l’élève de Sandor Bortnyik. Sa première exposition personnelle sera organisée à Budapest en 1930, année où il s’installe à Paris.

Pendant une première période, l’artiste crée un alphabet plastique dont les combinaisons infinies doivent donner naissance à un « art cérébral et méthodique ». Il abandonnera progressivement les arts appliqués pour se tourner vers une création picturale abstraite.

Entre 1935 et 1947, Vasarely s’exprime par une figuration plus classique et peint portraits, natures mortes et paysages. Suit un ensemble de travaux sur Belle-Isle-en-Mer, où l’artiste veut montrer la géométrie interne à la nature. Il écrit le « Manifeste jaune » en 1955 dans lequel il définit l’Art cinétique.

Ses compositions se complexifient, compositions où les éléments géométriques se combinent, s’emboitent, se permutent, s’assemblent pour se rapprocher de la structure cellulaire. En 1965, Victor Vasarely participe à l’exposition « Responsive Eye » (New York) qui consacrera l’Art optique (Op Art).

L’homme s’intéresse à la physique, à l’architecture, à l’industrie et veut son langage universel. Il crée sa fondation en 1976 à Aix-en-Provence, en concevant entièrement un bâtiment qui concrétise sa conception de l’art dans la cité. Vasarely met en place un Centre d’art contemporain et un laboratoire de rencontre et de recherche pour les artistes, les architectes, les ingénieurs. Chacun s’approprie son art ; il sera célébré dans les plus grands musées de la planète.

Vasarely : le partage des formes jusqu’au 6 mai 2019 au Centre Pompidou.

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement