Grande exposition Vasarely au Centre Pompidou

Le moment crucial de chaque artiste est sa transmutation « d’être récepteur » en « être émetteur » : là, il devient créateur, être rarissime découvrant son rôle qui consiste à donne« . Du 6 février au 6 mai 2019, le Centre Pompidou en collaboration avec le Städel Museum présentent l’exposition Vasarely – Le partage des formes. Un parcours à la fois chronologique et thématique qui emmène les visiteurs parmi toutes les facettes de son œuvre foisonnant, depuis sa formation dans les traces du Bauhaus jusqu’aux dernières innovations formelles : peintures, sculptures, multiples, intégrations architecturales, publicités, études…

Au travers de trois cents œuvres, objets et documents, l’exposition explore le « continent Vasarely » et la manière dont il a marqué la culture populaire de l’époque, s’inscrivant pleinement dans le contexte scientifique, économique et social des années 1960-1970, et soulignant la place cardinale de l’artiste dans l’imaginaire des Trente Glorieuses.

Victor Vasarely est né à Pécs (Hongrie) en 1906 et est décédé en 1997 à Annet-sur-Marne (France). Il commence par faire des études de médecine qu’il abandonne pour s’inscrire aux beaux-arts (1927-1929), puis au Bauhaus de Budapest où il devient l’élève de Sandor Bortnyik. Sa première exposition personnelle sera organisée à Budapest en 1930, année où il s’installe à Paris.

Pendant une première période, l’artiste crée un alphabet plastique dont les combinaisons infinies doivent donner naissance à un « art cérébral et méthodique ». Il abandonnera progressivement les arts appliqués pour se tourner vers une création picturale abstraite.

Entre 1935 et 1947, Vasarely s’exprime par une figuration plus classique et peint portraits, natures mortes et paysages. Suit un ensemble de travaux sur Belle-Isle-en-Mer, où l’artiste veut montrer la géométrie interne à la nature. Il écrit le « Manifeste jaune » en 1955 dans lequel il définit l’Art cinétique.

Ses compositions se complexifient, compositions où les éléments géométriques se combinent, s’emboitent, se permutent, s’assemblent pour se rapprocher de la structure cellulaire. En 1965, Victor Vasarely participe à l’exposition « Responsive Eye » (New York) qui consacrera l’Art optique (Op Art).

L’homme s’intéresse à la physique, à l’architecture, à l’industrie et veut son langage universel. Il crée sa fondation en 1976 à Aix-en-Provence, en concevant entièrement un bâtiment qui concrétise sa conception de l’art dans la cité. Vasarely met en place un Centre d’art contemporain et un laboratoire de rencontre et de recherche pour les artistes, les architectes, les ingénieurs. Chacun s’approprie son art ; il sera célébré dans les plus grands musées de la planète.

Vasarely : le partage des formes jusqu’au 6 mai 2019 au Centre Pompidou.

Commentaires

Derniers Articles

 

L’Équipe en mode Manga pour la Coupe du Monde 2019 de Rugby

Zone51: il fait un « Naruto Run » pendant le live d’un JT américain

Le jeu vidéo « Narcos: Rise of the Cartels » dévoile son trailer

Sean Bean annonce qu’il ne veut plus mourir dans ses films

Une compagnie vous paie $1300 pour regarder 13 films de Stephen King

UNIQLO lance une nouvelle collection Dragon Ball

Mercedes va lancer sa trottinette électrique

FRIENDS : Ralph Lauren réédite le dressing de Rachel pour les 25 ans de la série

Grande exposition Charlie Chaplin à Nantes

Cobra : le film avec Stallone pourrait être adapté en série

Les plus belles cabanes de la planète

BioUrban : l’arbre artificiel qui absorbe autant de pollution que 368 vrais arbres

Une exposition AKIRA présentée à Tokyo

Le Seigneur des Anneaux: le tournage de la série se fera en Nouvelle-Zélande

NBCUniversal dévoile Peacock, sa futur plateforme de streaming

Le château de Downton Abbey est désormais sur Airbnb

Les finalistes du Prix AGORA 2019 sont dévoilés !

Le prochain film Mortal Kombat se dévoile

Il reproduits des toiles célèbres avec des objets du quotidien

Une affiche des « Dents de la Mer » avec effet 3D

Les emballages Kit Kat en plastique remplacés par du papier qui se transforment en origamis

La série The Office a maintenant son jeu de société

« VILE » : le street artiste qui donne l’impression de voir à travers les murs

S.O.S Fantômes 3 : la suite se dévoile !