Grande exposition Vasarely au Centre Pompidou

Le moment crucial de chaque artiste est sa transmutation « d’être récepteur » en « être émetteur » : là, il devient créateur, être rarissime découvrant son rôle qui consiste à donne« . Du 6 février au 6 mai 2019, le Centre Pompidou en collaboration avec le Städel Museum présentent l’exposition Vasarely – Le partage des formes. Un parcours à la fois chronologique et thématique qui emmène les visiteurs parmi toutes les facettes de son œuvre foisonnant, depuis sa formation dans les traces du Bauhaus jusqu’aux dernières innovations formelles : peintures, sculptures, multiples, intégrations architecturales, publicités, études…

Au travers de trois cents œuvres, objets et documents, l’exposition explore le « continent Vasarely » et la manière dont il a marqué la culture populaire de l’époque, s’inscrivant pleinement dans le contexte scientifique, économique et social des années 1960-1970, et soulignant la place cardinale de l’artiste dans l’imaginaire des Trente Glorieuses.

Victor Vasarely est né à Pécs (Hongrie) en 1906 et est décédé en 1997 à Annet-sur-Marne (France). Il commence par faire des études de médecine qu’il abandonne pour s’inscrire aux beaux-arts (1927-1929), puis au Bauhaus de Budapest où il devient l’élève de Sandor Bortnyik. Sa première exposition personnelle sera organisée à Budapest en 1930, année où il s’installe à Paris.

Pendant une première période, l’artiste crée un alphabet plastique dont les combinaisons infinies doivent donner naissance à un « art cérébral et méthodique ». Il abandonnera progressivement les arts appliqués pour se tourner vers une création picturale abstraite.

Entre 1935 et 1947, Vasarely s’exprime par une figuration plus classique et peint portraits, natures mortes et paysages. Suit un ensemble de travaux sur Belle-Isle-en-Mer, où l’artiste veut montrer la géométrie interne à la nature. Il écrit le « Manifeste jaune » en 1955 dans lequel il définit l’Art cinétique.

Ses compositions se complexifient, compositions où les éléments géométriques se combinent, s’emboitent, se permutent, s’assemblent pour se rapprocher de la structure cellulaire. En 1965, Victor Vasarely participe à l’exposition « Responsive Eye » (New York) qui consacrera l’Art optique (Op Art).

L’homme s’intéresse à la physique, à l’architecture, à l’industrie et veut son langage universel. Il crée sa fondation en 1976 à Aix-en-Provence, en concevant entièrement un bâtiment qui concrétise sa conception de l’art dans la cité. Vasarely met en place un Centre d’art contemporain et un laboratoire de rencontre et de recherche pour les artistes, les architectes, les ingénieurs. Chacun s’approprie son art ; il sera célébré dans les plus grands musées de la planète.

Vasarely : le partage des formes jusqu’au 6 mai 2019 au Centre Pompidou.

Commentaires

Derniers Articles

 

Le film « L’Auberge Espagnole » va être adapté en série

« La Jeune Fille à la perle » avec des touches de claviers recyclés

Zac Efron et Amanda Seyfried seront dans le prochain film Scooby-Doo

Un supermarché propose des caddies spéciaux pour célibataires

Vans lance une collection de sneakers David Bowie

Emilia Clarke a failli mourir d’un AVC après la saison 1 de Game of Thrones

Les Chevaliers du Zodiaque : un nouveau trailer pour la série Netflix

Ses nunchakus sont dignes de Star Wars

Dora l’exploratrice : le film dévoile sa bande-annonce

Les Marcheurs Blancs de Game of Thrones dans les rues de Lille

21 Buttons, le nouveau réseau social de mode qui fait fureur

Un professeur transforme son observatoire en R2-D2

Un jeu vidéo Peaky Blinders sortira en 2020

Le Coroner : la série Youtube qui analyse les morts célèbres du cinéma

Des peintures classiques revisitées version pop culture

Under : le premier restaurant sous-marin d’Europe ouvre ses portes

Game of Thrones : le premier épisode de la saison 8 diffusé au cinéma

Le film « Dora l’exploratrice » dévoile ses affiches

Noah Centineo pourrait incarner Musclor dans « Les Maîtres de l’Univers »

Game of Thrones : HBO cache 6 trônes dans le monde !

Une version 360° de « La Laitière » de Vermeer

Le Petit Futé sort le premier guide touristique sur la Corée du Nord

Swing Table: la table de réunion inspirée d’une balançoire

Des sushis imprimés en 3D et adaptés à vos données biologiques