Un robot va en cours à la place d’un enfant atteint de leucémie

Dans une classe moscovite, un élève très particulier participe à une leçon: Stepan, un robot en plastique monté sur roues, est à l’école pour aider un petit garçon atteint de leucémie en suivant les cours à sa place.

Equipé d’une caméra web, d’un micro et d’enceintes, le robot Stepan retransmet en temps réel tout ce qui se passe dans la classe vers l’ordinateur à domicile du vrai Stepan, un enfant de 12 ans qui n’a pas le droit de quitter son domicile, son système immunitaire étant trop affaibli.

« Nous appelons aussi notre robot Stepan. Quand la leçon commence, il se met au travail comme un élève ordinaire et y participe de manière très active », raconte la responsable de la classe, Alla Guevak.

Un écran installé sur le devant de la machine permet en effet au vrai Stepan d’intervenir à tout moment pour demander une précision au professeur ou bien répondre à une question, explique-t-elle. Atteint de leucémie depuis deux ans, Stepan Soupine, un petit garçon aux grands yeux bleus et aux cheveux châtains, recevait auparavant la visite d’un professeur à domicile, mais depuis septembre, il suit également certains cours grâce au robot.

Il s’agit notamment des cours d’histoire, de géographie, d’anglais et de français. Les matières étudiées de manière plus approfondie dans l’enseignement secondaire, telles que le russe ou les mathématiques, nécessitent encore la venue d’un professeur chez lui, indique Mme Guevak.

Assis devant son ordinateur, le petit Stepan assure se sentir libre de ses mouvements et vraiment présent dans la classe car c’est lui qui dirige le robot.

« Je peux changer la vitesse du robot, aller lentement ou plus rapidement. Je peux faire bouger sa tête pour regarder à gauche ou à droite. Comme ça, j’ai l’impression d’être vraiment en classe », dit Stepan.

Le même sentiment est partagé par Mme Guevak. « Au début, c’était un peu étrange, mais nous nous sommes habitués. Pendant les pauses, entre les cours, Stepan communique de manière très active avec les autres élèves. Nous le traitons comme s’il était présent, ici, avec nous », confie-t-elle.

Pour sa mère, Nina Soupine, c’est surtout cette « présence » qui compte. « Les enfants en classe s’amusent, font des bêtises, communiquent. Là, Stepan peut participer. Cela lui manque: la vie normale d’un petit garçon », estime-t-elle.

Conçu en 2008 dans un institut de Moscou, le robot, dont le prix s’élève à 3.000 dollars, peut recevoir des ordres à distance via l’Internet de n’importe quel endroit dans le monde, raconte le coordinateur du projet, Viatcheslav Kravtsov. « On peut l’utiliser dans plusieurs domaines de la vie. D’abord, on envisage de le développer dans la sphère sociale, c’est-à-dire dans l’éducation, la santé et pour le travail à distance des handicapés », explique-t-il.

« Il y a beaucoup d’handicapés dans notre pays et ils ont besoin d’aide », ajoute M. Kravtsov.

L’école 166 de Moscou, où étudie Stepan Soupine, a reçu le petit robot à titre gracieux, dans le cadre d’un projet expérimental lancé par ses concepteurs.Mais quelle que soit sa reconnaissance envers le petit robot, Stepan, espère néanmoins se séparer un jour de lui et retourner à l’école comme tous les garçons de son âge.  ©LeMonde.fr

Commentaires

Derniers Articles

 

G-SHOCK lance un modèle Captain Tsubasa

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion