Un clip de rap vintage signé Greenpeace dénonce la surconsommation de viande

Pour lutter contre la sur-consommation de viande et ses conséquences néfastes pour la planète, Greenpeace France lance sa campagne d’été sous forme d’un clip vintage digne d’MTV. « BBQ song » est un hit pour dénoncer l’impact de la surconsommation de viande qui s’est accentué depuis 25 ans.

Avec près de 80 % des animaux qui sont élevés dans des élevages industriels, la production industrielle de viande génère d’énormes problèmes sanitaires et environnementaux dont 14 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales, une pollution de l’eau et la déforestation massive dans certaines régions du globe.

Gangsta Grill

Pour Greenpeace France, il est urgent d’agir et cela commence dès cet été, alors que la saison des barbecues est déjà entamée. Imaginé par l’agence 84.Paris, le clip « BBQ song » reprend les codes des tubes hip-hop/rap des années 90. Il met en scène des animojis rappeurs poulet, boeuf, cochon et agneau – les Gangsta Grill – qui appellent les amateurs de barbecue, de façon ludique et dédramatisante, à transformer leurs barbecues estivaux en un moment de découverte convivial.

Élevage industriel : un impact dramatique sur la planète

Dans ce tube de l’été déjanté, le beatboxer et imitateur français Eklips s’est glissé dans la peau de Notorious B.I.G., de B-Real du groupe Cypress Hill, et de Snoop Dogg. Saucisses, brochettes, côtelettes…. les paroles de cette BBQ Song nous incitent à diminuer la proportion de viande, à faire attention à la provenance et à leur qualité et surtout à essayer des recettes de légumes.

Par ce film, Greenpeace France souhaite alerter les Français : l’élevage industriel a un impact dramatique sur la planète. Avec 86 kg de viande par personne et par an en moyenne, les Français consomment toujours beaucoup trop de viande, plus du double de la moyenne mondiale. Les perspectives ne sont pas rassurantes : d’ici à 2050, la consommation de viande pourrait doubler dans le monde.

Des solutions existent : adopter un régime végétalien, végétarien ou privilégier des alternatives végétales aux protéines animales plusieurs fois par semaine participent à un meilleur respect de l’environnement. C’est aussi le cas des modes de production écologique, sans OGM, ni antibiotique, qui assurent également un meilleur bien-être à l’animal. www.bbqsong.fr

Commentaires

Derniers Articles

 

Des sièges géants installés dans le métro pour « Yéti & Compagnie »

La saison 4 de « Narcos » dévoile son trailer

Une borne d’écoute géante du nouvel album de Johnny Hallyday à la Gare Saint-Lazare

Pour Halloween, elle se fabrique des « Polly Pocket » Famille Adams

Nose Warmer : le nouveau concept de cache-nez pour l’hiver

Ces pièces ont des mécanismes secrets dignes d’Indiana Jones

1993 : quand Kyan Khojandi était mannequin pour Leclerc

Le film « Un Prophète » va être adapté en série

Cet artiste comble les nids-de-poules avec des mosaïques

The Cure ouvrira le festival Rock en Seine en 2019

Il place l’univers Disney face aux désastres écologiques

Saint Seiya débarque dans une publicité Snickers

Les anamorphoses animées sur tasses de Luycho

Un compte Instagram spécialiste de l’estampe

Le prochain Astérix dévoile sa bande-annonce !

Des Air Jordan « GameBoy »

Avec des craies, elle met en scène son bébé dans de drôles de films

Un reboot de la série « Alias » en préparation

Beetlejuice : première image pour la comédie musicale version Broadway

Les odeurs de Star Wars dans une collection de bougies parfumées

Le film Playmobil dévoile une première image

Une fresque Robin Williams apparaît à Chicago

Les marque-pages créatifs d’Olena

Les sculptures culinaires avec de vieux matelas compilées dans un livre