Une startup Russe veut lancer des publicités dans l’espace

Si vous pensiez qu’il n’y a pas assez de publicité dans le monde, cette nouvelle ne va pas vous réjouir. Une startup russe vient en effet de révéler des plans pour utiliser des satellites réfléchissants la lumière et ce, afin de créer des panneaux d’affichage gigantesque dans l’espace. 

« Le premier média en orbite »

Les publicités seraient créées par un réseau de minuscules satellites, chacun équipé d’une voile réfléchissante d’environ 30 pieds de diamètre. La lumière du soleil se réfléchirait alors dessus pour former des mots lumineux ou des logos visibles depuis la Terre. StartRocket, la société à la base du concept indique que les annonces ne seraient visibles que la nuit, mais pourraient être vues de n’importe où sur la planète. 

La société dispose déjà d’un prototype, et les premiers tests de publicité spatiale pourraient commencer au début de l’année prochaine. StartRocket n’a pas révélé de détail sur la fusée qui livrerait les satellites en orbite ni sur le montant qu’elle facturerait aux clients qui désireront faire leurs pubs. 

Vlad Stinikov, le CEO de StartRocket déclare ainsi : « « Et si nous allions inventer un nouveau média, le premier média en orbite ? »

« Cette lumière réfléchie nuit à la capacité d’étudier le ciel »

Cette invention n’est cependant pas du gout de tout le monde. John Crassidis professeur de génie mécanique et aérospatial déclare : « La mise en place de plus de satellites créera plus de possibilités de collisions, et nous ne voulons pas que cela se produise. Mon plus gros problème, c’est que ces objets vont devenir des déchets spatiaux. De plus, cela ne sert à rien en dehors de la publicité. Je ne suis pas du tout en faveur de cela. »

Le plan de StartRocket pourrait également soulever des préoccupations scientifiques et logistiques. « On trouverait des réponses fortes de la part de la communauté astronomique et scientifique » indique Joanne Gabrynowicz, spécialiste du droit spatial à l’Université du Mississippi à Oxford. « Les scientifiques diront que cette lumière réfléchie nuit à la capacité d’étudier le ciel. Et si cela interfère avec la science, c’est nuisible. »

Ce n’est cependant pas ses critiques qui vont dissuader Sitnikov. « Si vous posez des questions sur la critique de la publicité et des divertissements dans l’espace en général, les détesteurs vont détester. Nous développons un nouveau média. Au début de la télévision, personne n’aimait les pub du tout. »

Aux États-Unis, la publicité dans l’espace est interdit, ce qui n’est pas le cas en Russie. 

the orbital display in action from Vlad Sitnikov on Vimeo.

Commentaires

Derniers Articles

 

Les chansons de David Bowie transformées en Comics vintage

Des affiches mystérieuses équipées de vraies boules Quies

Au Brésil, un menu Game of Thrones chez Burger King

Un robot géant entièrement composé de déchets plastiques signé Timberland

La version live de “La Belle et le Clochard” se dévoile

Il photographie les maisons les plus “moches” de Belgique

Pump Track: des modules flexibles pour skateurs et BMX

KFC lance un nouveau Colonel Sanders plus jeune et « hot »

Monstres & Cie : Bob et Sulli de retour dans une série !

À 10 ans, ces jumelles sont les reines du Cosplay

L’envergure des vaisseaux Star Wars comparée à notre quotidien

Le Roi Lion : un nouveau trailer avec Rafiki, Timon et Pumbaa

Chine : des minis salles de sport ouvertes 24 h/24 dans les rues

Elle retouche les peintures abstraites de ses enfants

Pâques : Frichti met votre chocolat à l’abri des enfants !

La nouvelle Famille Addams dévoile son trailer

Des tatouages inspirés par la broderie

Le dragon de Game of Thrones entièrement réalisé en papier

À Milan, une maison se dévoile avec une fermeture éclair

Réalité augmentée: cette app ajoute des effets spéciaux liés à vos mouvements

Guess Whaaat, l’application qui propose de parier sur la suite des séries TV

La Belgique lance le premier festival Européen de la coupe mulet

Dans ce supermarché, la feuille de bananier remplace le sac plastique

WWF bouscule les règles de Fortnite pour sauver la planète