Skins : la série la plus dangereuse pour les adolescents ?

« Skins US », fade adaptation américaine de la série générationnelle britannique, suscite outre-Atlantique l’indignation des associations parentales. Le Parents Television Concil lui a ainsi décerné le prix de « la série la plus dangereuse pour les adolescents ».

Depuis 2007, la série britannique « Skins » dépeint le quotidien mouvementé d’un groupe de lycéens de Bristol. Drogue, sexe, alcool : le programme a révolutionné les séries sur l’adolescence en adoptant un ton très réaliste.

La version américaine, située près de Baltimore et diffusée par MTV, veut s’inscrire dans cette lignée. Acteurs débutants choisis parmi des lycéens de Toronto et campagne marketing qui met l’accent sur ce qui a fait de « Skins » une série culte : une peinture crue de la réalité adolescente. Le programme est interdit aux moins de 17 ans mais on reproche à MTV de cibler un public plus jeune dans ses vidéos promotionnelles.

« La promotion de comportements dangereux »

Tim Winter, président du Parents Television Concil, organisme de surveillance télévisuelle conservateur, dénonce le programme :

« La campagne marketing fait la promotion des mensonges des adolescents à leurs parents et de toutes les façons de participer à des comportements dangereux, irresponsables, illégaux et réservés aux adultes.
Les bandes-annonces que nous avons vues pour l’instant font de presque chacun des personnages, des objets sexuels. »
Bryan Elsley, créateur de « Skins » qui l’a adaptée pour le public américain, défend la série :

« Il ne s’agit définitivement pas du programme le plus dangereux jamais diffusé. En Grande-Bretagne, “ Skins ” participe à des programmes de prévention contre la drogue. La série est reprise dans des films sur les adolescents gays qui font leur “ coming out ”, et est utilisée pour des questions de santé publique. »

Cet argument n’a pas empêché Taco Bell de retirer sa page publicitaire du programme. La chaîne de fast-food américaine reproche à la série de ne pas correspondre à l’image de la marque.

Accusations de pornographie infantile

Plus grave pour MTV, « Skins US » pourrait faire l’objet de poursuites judiciaires pour pornographie infantile. Selon le New York Times, les cadres de la chaîne craignent que des scènes, dans lesquelles des acteurs mineurs apparaissent nus, puissent enfreindre les lois fédérales sur la pornographie. Les producteurs auraient donc invité les scénaristes à modifier le contenu des prochains épisodes.

Suite aux révélations du journal américain, le Parents Television Concil a demandé au Congrès et au ministère de la Justice d’ouvrir une enquête.

3,3 millions de téléspectateurs pour le premier épisode

Beaucoup de bruit, donc, autour d’une adaptation pourtant sans intérêt. « Skins US » réussit ainsi l’exploit, en copiant presque plan pour plan la série anglaise, de perdre toute la subtilité et la fraîcheur qui faisaient l’attrait de la version originale.

Les acteurs américains n’ont pas le charme de leurs acolytes anglais et James Newman, qui joue le rôle de Tony, pas le charisme de Nicholas Hoult, héros manipulateur de la version britannique. L’aspect social de la série originale, qui contribuait à l’intérêt de « Skins », a disparu et, avec lui, Maxxie, le gay fan de claquettes, remplacé par une pom pom girl lesbienne.

Seuls restent l’alcool, la drogue et le sexe. Une recette qui a réussi à rassembler 3,3 millions de téléspectateurs lors de la diffusion du premier épisode. Un très bon score pour MTV.

La chaîne, habituée aux programmes de téléréalité faciles, voit dans « Skins US » une opportunité pour se tourner vers plus de fictions. Si elle survit aux attaques du Parents Television Concil, la série devrait donc avoir de beaux jours devant elle. ©Rue89 par Marie Telling

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement