L’exposition Sergio Leone ouvre à Paris

Dans leur quête effrénée du cimetière de Sad Hill, Blondin, Tuco et Sentenza font une halte à la Cinémathèque française à Paris. À l’occasion des 50 ans du film « Il était une fois dans l’Ouest », la Cinémathèque présente l’exposition « Il était une fois Sergio Leone » qui retrace la vie du réalisateur italien et ses films inextricablement liés. « Exposer sa vie c’est éprouver la formidable puissance d’un imaginaire cinématographique et suivre le destin d’un petit Romain du Trastevere qui aura beaucoup joué aux cowboys et aux Indiens avant de transformer les règles et les codes du western pour conquérir le vaste monde » explique la Cinémathèque Française.

Il a transformé les règles et les codes du western

Genre donné pour mort dès le début des années 1960, passé avec armes et bagages à la télévision sous une forme appauvrie et sérielle, le western, autrefois « le cinéma américain par excellence » (pour reprendre le titre d’un célèbre article d’André Bazin), ne survivait que dans les rêves de ses adorateurs des salles de quartier et des cours de récréation.

Sergio Leone était de ceux-là et il le restera toute sa vie, même après les triomphes commerciaux, encore capable de demander à un Bernardo Bertolucci éberlué par tant de naïveté et de « premier degré », pendant le premier travail de défrichage du scénario d’Il était une fois dans l’Ouest (1968), comment dégainait-il, quand il était petit, son revolver-jouet, mimant les gestes de l’enfance : plutôt comme ci ou plutôt comme ça ? Bertolucci se demandait si Leone plaisantait, se moquait de lui ou s’il était un peu idiot, un peu simple.

Photos, costumes, dessins…

« Il était une fois Sergio Leone » nous propose une plongée au coeur des grands classiques du réalisateur italien. Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’Ouest, Il était une fois en Amérique ou encore Pour une poignée de dollars, l’exposition propose aux visiteurs de découvrir des costumes originaux, des story-boards, dessins, maquettes, affiches, photos… La musique emblématique d’Ennio Morricone est également présente et fera l’objet d’une semaine spéciale le 22 novembre prochain.

« Le cinéma de Sergio Leone est nourri du cinéma des autres. C’est une source d’inspiration et, en même temps, Pour une poignée de dollars, c’est du Sergio Leone, pas du Kurosawa. C’est cela l’art et l’histoire de l’art. Il y a une transmission, quelque chose qui passe d’un artiste à l’autre. C’est un aspect essentiel pour comprendre Sergio Leone. En cela, Leone est le premier cinéaste post-moderne. » Gian Luca Farinelli, commissaire de l’exposition Leone.

« Il était une fois Sergio Leone », Cinémathèque française, du 10 octobre au 27 janvier 2019.
Samedi 10 novembre (20h15), Claudia Cardinale présentera « Il était une fois dans l’Ouest »
A paraitre le 18 octobre: « Ennio Morricone, ma musique, ma vie », entretiens avec Alessandro De Rosa (Ed. Seguier).

View this post on Instagram

#expoleone #sergioleone #vernissage

A post shared by Fethi (@fethi_woo) on

Commentaires

Derniers Articles

 

Soul Kitchen : le restaurant de Bon Jovi ouvert aux plus démunis

Coca-Cola : des bouteilles Star Wars qui s’illuminent lorsqu’on les touche

Il crée 52 affiches pour son bébé âgé de 52 semaines

1917 : le nouveau Sam Mendes dévoile sa bande-annonce

Le prochain James Bond dévoile son trailer

Une toile de van Gogh à découvrir en 360°

Bébé Yoda : les produits dérivés officiels arrivent !

Un père puni sa fille en squattant son Instagram, la toile l’adore

PETA publie un « livre pour enfants » pour dénoncer la maltraitance animale

Un nouveau Planète des Singes en préparation

Supreme révèle une collection célébrant Dead Prez

Quand des enfants dessinent des maisons de luxe

IKEA se penche sur la question de l’habitation sur Mars

PNL : des débris de leurs installations promotionnelles vendues sur leboncoin

S.O.S Fantômes 3 dévoile son titre officiel !

Un escape game Titanic à Paris

Les hits de Snoop Dogg adaptés en berceuse

Le « Devkit » de la PS5 a fuité

A Holliday Reunion : les Easter eggs de la publicité avec E.T

Le Cybertruck de Tesla sculpté dans une purée de pommes de terre

Mourir peut attendre: le prochain James Bond dévoile son teaser

Les multi cuiseurs Star Wars, de Williams Sonoma

Un Docteur Maboul détourné pour sauver les dauphins

Mozambique : le premier hôtel de luxe en impression 3D