L’exposition Sergio Leone ouvre à Paris

Dans leur quête effrénée du cimetière de Sad Hill, Blondin, Tuco et Sentenza font une halte à la Cinémathèque française à Paris. À l’occasion des 50 ans du film « Il était une fois dans l’Ouest », la Cinémathèque présente l’exposition « Il était une fois Sergio Leone » qui retrace la vie du réalisateur italien et ses films inextricablement liés. « Exposer sa vie c’est éprouver la formidable puissance d’un imaginaire cinématographique et suivre le destin d’un petit Romain du Trastevere qui aura beaucoup joué aux cowboys et aux Indiens avant de transformer les règles et les codes du western pour conquérir le vaste monde » explique la Cinémathèque Française.

Il a transformé les règles et les codes du western

Genre donné pour mort dès le début des années 1960, passé avec armes et bagages à la télévision sous une forme appauvrie et sérielle, le western, autrefois « le cinéma américain par excellence » (pour reprendre le titre d’un célèbre article d’André Bazin), ne survivait que dans les rêves de ses adorateurs des salles de quartier et des cours de récréation.

Sergio Leone était de ceux-là et il le restera toute sa vie, même après les triomphes commerciaux, encore capable de demander à un Bernardo Bertolucci éberlué par tant de naïveté et de « premier degré », pendant le premier travail de défrichage du scénario d’Il était une fois dans l’Ouest (1968), comment dégainait-il, quand il était petit, son revolver-jouet, mimant les gestes de l’enfance : plutôt comme ci ou plutôt comme ça ? Bertolucci se demandait si Leone plaisantait, se moquait de lui ou s’il était un peu idiot, un peu simple.

Photos, costumes, dessins…

« Il était une fois Sergio Leone » nous propose une plongée au coeur des grands classiques du réalisateur italien. Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’Ouest, Il était une fois en Amérique ou encore Pour une poignée de dollars, l’exposition propose aux visiteurs de découvrir des costumes originaux, des story-boards, dessins, maquettes, affiches, photos… La musique emblématique d’Ennio Morricone est également présente et fera l’objet d’une semaine spéciale le 22 novembre prochain.

« Le cinéma de Sergio Leone est nourri du cinéma des autres. C’est une source d’inspiration et, en même temps, Pour une poignée de dollars, c’est du Sergio Leone, pas du Kurosawa. C’est cela l’art et l’histoire de l’art. Il y a une transmission, quelque chose qui passe d’un artiste à l’autre. C’est un aspect essentiel pour comprendre Sergio Leone. En cela, Leone est le premier cinéaste post-moderne. » Gian Luca Farinelli, commissaire de l’exposition Leone.

« Il était une fois Sergio Leone », Cinémathèque française, du 10 octobre au 27 janvier 2019.
Samedi 10 novembre (20h15), Claudia Cardinale présentera « Il était une fois dans l’Ouest »
A paraitre le 18 octobre: « Ennio Morricone, ma musique, ma vie », entretiens avec Alessandro De Rosa (Ed. Seguier).

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement