La RATP relooke son lapin du métro

Parfois appelé lapin RATP, le lapin du métro parisien est un personnage de fiction figurant sur divers dessins que la RATP affiche depuis la fin des années 1970 dans le métro parisien, afin d’avertir le jeune public de certains dangers.

À l’occasion de son relooking, la RATP met à notre disposition un générateur de Serge le Lapin qui nous permet de créer notre propre version. C’est le moment de rivaliser d’originalité pour le faire parler et tenter de gagner de nombreux lots à l’effigie de Serge (tee-shirts, coques pour smartphones, kits de secours, etc): sergelalegende.fr #SergeLaLegende

SergeLaLegende

UN LAPIN NÉ EN 1977

Le « lapin du métro » est né en 1977 lorsque la dessinatrice Anne Le Lagadec (alors directrice de création chez ECOM) a choisi cet animal pour illustrer le message de prévention sur le risque de pincement de doigts dans les portes du métro, notamment auprès du jeune public. Pour elle, le lapin « dégage à la fois de la fragilité et de la douceur, … et court partout sans faire attention ».

Lapin-Mains-Metro-RATP-Paris

D’abord déployé sur la ligne 1, le lapin du métro sera étendu à l’ensemble du réseau.

En 1986, il connaît une première évolution, sous le crayon de Serge Maury, qui tenait à conserver au lapin « une allure de « doudou », afin que les petits se l’approprient et comprennent le message » ; le lapin en profite également pour troquer sa salopette rouge pour une tenue jaune plus voyante.

Ainsi vêtu, le lapin acquiert progressivement un statut symbolique dont les adaptations sur d’autres réseaux de transport (Grande-Bretagne, Japon…) et les détournements humoristiques par des communautés de « fans »  témoignent. Au fil du temps, il prend progressivement le prénom de son concepteur, ce qui renforce encore le véritable lien affectif qui s’est créé avec « Serge »

Afin d’illustrer de nouveaux messages de prévention relatifs aux portes palières sur la ligne 14 du métro, la RATP a demandé à l’agence 4uatre de réinterpréter le lapin originel, en faisant évoluer ses traits, en modernisant l’environnement dans lequel il est mis en scène (notamment pour illustrer des rames de métro plus contemporaines) et en mettant au goût du jour sa tenue vestimentaire.

A partir du 28 mai, c’est donc un « nouveau » Serge le Lapin qui sera déployé progressivement sur les 24 000 portes du métro et du RER, au fur et à mesure des remplacement de stickers existants (lorsqu’ils sont détériorés ou manquants par exemple). Il fera son apparition prioritairement à bord des rames des lignes 1 et 14.

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement