Rumiko Takahashi (Ranma 1/2, Lamu) remporte le Grand Prix de la BD 2019

Deuxième mangaka à remporter ce titre après Katsuhiro Otomo (2015), Rumiko Takahashi est élue Grand Prix du 46e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, au terme d’un vote qui a réuni 1672 auteurs de bande dessinée.

A 61 ans, elle fait figure d’auteure majeure du manga, avec plus de 200 millions d’exemplaires vendus dans le monde. La créatrice de «Ranma ½», «Juliette, je t’aime» et «Lamu» est la troisième femme récompensée à Angoulême.

Ranma 1/2, Lamu

Née le 10 octobre 1957 à Nīgata, Rumiko Takahashi s’intéresse très tôt à la bande dessinée et, dès le collège, propose ses premières œuvres à des revues. Vers la fin de sa première année à l’université, elle s’inscrit à l’atelier de gekiga (mangas réalistes destinés aux adultes) fondé par le grand scénariste Kazuo Koike, qui est formel : « toi, tu deviendras pro ».

Cette prophétie se réalise l’année suivante, en 1978, quand Rumiko Takahashi entame la publication de Urusei Yatsura (Lamu) dans les pages de l’hebdomadaire Sunday. Elle s’approprie le genre du shōnen et refuse d’entrer dans les codes des histoires romantiques du shōjō, fait inhabituel pour une femme à l’époque.

Juliette je t’aime

Elle est la première à dépasser les conventions du manga, et utilise ce medium pour transmettre avec finesse et humour ses questionnements autour d’une société japonaise en pleine mutation. Avec les séries Maison Ikkoku (Juliette je t’aime) et Ranma 1/2, elle va rapidement devenir la reine du shōnen manga – les adaptations animées de ses séries contribuant à asseoir sa popularité bien au-delà des frontières de l’archipel nippon.

A travers son dessin, Rumiko Takahashi assouplit et modernise le trait d’Osamu Tezuka. Vif et expressif, ce trait sert les satires qu’elle dessine, et donne une forme unique aux personnages qui peuplent ses œuvres. Dans une société où l’on accepte mal la différence (« le clou qui dépasse appelle le marteau », dit un dicton bien connu au Japon), Rumiko Takahashi s’est toujours attachée à mettre en avant les outsiders et les excentriques, en faisant valoir leur droit à une seconde chance.

7 séries et de près de 200 tomes

Pétris de défauts mais aussi profondément humains, ses héros ont ainsi marqué plus d’une génération de lecteurs, au sein d’une œuvre qui, souvent sous le couvert de la comédie, se révèle extrêmement progressiste.

Le Grand Prix récompense une autrice à part dans la pop culture japonaise et internationale, à l’œuvre éclectique riche de 7 séries et de près de 200 tomes, en avance sur les enjeux de son temps, qui ne cesse de se renouveler, tant dans le dessin que dans les sujets qu’elle aborde avec audace.

Commentaires

Derniers Articles

 

Les chansons de David Bowie transformées en Comics vintage

Des affiches mystérieuses équipées de vraies boules Quies

Au Brésil, un menu Game of Thrones chez Burger King

Un robot géant entièrement composé de déchets plastiques signé Timberland

La version live de “La Belle et le Clochard” se dévoile

Il photographie les maisons les plus “moches” de Belgique

Pump Track: des modules flexibles pour skateurs et BMX

KFC lance un nouveau Colonel Sanders plus jeune et « hot »

Monstres & Cie : Bob et Sulli de retour dans une série !

À 10 ans, ces jumelles sont les reines du Cosplay

L’envergure des vaisseaux Star Wars comparée à notre quotidien

Le Roi Lion : un nouveau trailer avec Rafiki, Timon et Pumbaa

Chine : des minis salles de sport ouvertes 24 h/24 dans les rues

Elle retouche les peintures abstraites de ses enfants

Pâques : Frichti met votre chocolat à l’abri des enfants !

La nouvelle Famille Addams dévoile son trailer

Des tatouages inspirés par la broderie

Le dragon de Game of Thrones entièrement réalisé en papier

À Milan, une maison se dévoile avec une fermeture éclair

Réalité augmentée: cette app ajoute des effets spéciaux liés à vos mouvements

Guess Whaaat, l’application qui propose de parier sur la suite des séries TV

La Belgique lance le premier festival Européen de la coupe mulet

Dans ce supermarché, la feuille de bananier remplace le sac plastique

WWF bouscule les règles de Fortnite pour sauver la planète