Un Transilien entièrement pelliculé sur le thème de l’impressionnisme

Une rame de la ligne J du Transilien pelliculé aux couleurs de l’impressionnisme, en partenariat avec le Musée d’Orsay.

Il y a un an, le RER C était entièrement décoré façon Château de Versailles. Des stickers géants sur les murs et les plafonds des rames représentaient les tableaux, les appartements royaux, la bibliothèque de Louis XVI…

RER-J-Orsay-Impressionnistes10
©François Guillot (AFP)

Une rame de la ligne J du Transilien aux couleurs de l’impressionnisme à partir du 18 juin, une opération menée par la SNCF et le musée d’Orsay.

La ligne J traverse des villes emblématiques de l’impressionnisme comme Asnières sur Seine, Argenteuil… C’est également une partie de l’itinéraire de la première ligne voyageurs SNCF.

Le développement des chemins de fer au 19ème siècle est une histoire parallèle à l’envolée des impressionnistes vers la Vallée de la Seine. SNCF Transilien et le Musée d’Orsay font aujourd’hui un clin d’œil à cette histoire commune pour le régal des yeux des voyageurs franciliens car les œuvres impressionnistes, pelliculées sur toutes les surfaces intérieures des rames, sont restituées dans le contexte architectural du Musée d’Orsay. Ce musée, qui fut une gare à l’origine, se déploie dans un train… la boucle est bouclée.

RER-J-Orsay-Impressionnistes3

Pierre Serne, vice-président de la Région Ile-de-France, Guy Cogeval, Président de l’établissement public des musées d’Orsay et de l’Orangerie et Bénédicte Tilloy, Directrice générale de SNCF Transilien, inaugurent ce « train de l’impressionnisme », avant sa mise en service commercial, aujourd’hui.

Une rame de 6 voitures a été pelliculée par les quatre mêmes cheminots qui ont magnifié le train de Versailles. La métamorphose s’est déroulée à l’atelier SNCF des Ardoines à Vitry sur Seine, avec un pelliculage résistant aux graffitis et aux tags.

RER-J-Orsay-Impressionnistes2
RER-J-Orsay-Impressionnistes4
RER-J-Orsay-Impressionnistes6 RER-J-Orsay-Impressionnistes8

Les thèmes qui sont proposés :

  • Voiture 1 : Paris et l’industrialisation
  • Voiture 2 : Eau et jardins
  • Voiture 3 : Paysages de la ligne J

SNCF Transilien, le Musée d’Orsay et le STIF, comptent ainsi démocratiser la culture en faisant entrer le musée d’Orsay dans les trains du quotidien. Cela permet de surprendre, de faire rêver, de rendre agréable et stimulant un voyage devenu peut-être pour certains une routine. Comme pour le train de Versailles, il n’y a pas de date de fin programmé pour cette opération, le train de l’impressionnisme va vivre son histoire avec les Franciliens…

Source : malignej.transilien   Photos : ©C. Recoura et ©François Guillot

Commentaires

Derniers Articles

 

Gregg Segal photographie les enfants du monde et leurs habitudes alimentaires

Reebok et BAIT lancent des sneakers Toy Story 4

Un projet de série pour « La Plage »

Ses pains cachent des personnages de la pop culture

Elle incruste Keanu Reeves dans les classiques Disney

Danny Boyle prépare une suite de « 28 jours plus tard »

Un MATRIX 4 avec Michael B. Jordan en 2020

Avec poésie, cette illustratrice détourne des objets du quotidien

Le Roi Lion: Beyoncé et Donald Glover chantent « Can You Feel the Love Tonight »

Record Shop: un clip animé grâce à 129 disques vinyles

Il lance une collection de mobilier design Star Wars

Stranger Things: un nouveau trailer pour la saison 3

Alsace : le mystérieux crop circle était l’œuvre d’une classe de collégiens

Tokyo 2020: les pays des Jeux Olympiques imaginés en samouraïs

Normandie : un ancien bunker transformé en Goldorak

Ces insectes sont des personnages de la pop culture

Corona : des cannettes qui se vissent entre elles pour éviter l’emballage plastique

Décès de Philippe «Zdar» du duo électro CASSIUS

Mbappé dessiné par le créateur d’Olive et Tom

Unicornzilla : la plus grande Licorne gonflable du monde

Ouverture d’un escape game Stranger Things

30 Millions d’Amis détourne « We are the Champions” pour lutter contre l’abandon

Star Wars: un X-Wing taille réelle en LEGO exposé à Paris

Quand le robot de Boston Dynamics se rebelle