Ce street artist ajoute des QR codes à ses créations pour financer son art

Ce street artist français a trouvé une manière innovante de gagner sa vie : PBOY a incorporé des QR codes à ses peintures murales, permettant ainsi aux passants admiratifs de le financer en lui envoyant des Bitcoins. Une façon ingénieuse de tirer parti de la crypto-monnaie et de l’exploiter à des fins de financement participatif.

Des QR codes au service du financement de l’art

PBOY a tenté l’expérience d’inclure un code QR à sa signature en novembre 2017. Et étonnamment, cela a fonctionné. À ce jour, il a reçu environ 1 000 $ (0,11 Bitcoin), ce qui l’aide à payer le matériel et les dépenses nécessaires pour continuer à travailler dans la rue.

« Au lieu d’utiliser des plateformes de financement participatif à la Ulule, je cherchais une alternative qui offre une relation financière directe avec les gens, a-t-il déclaré, Le Bitcoin est parfait pour cela. »

En mai 2017, PBOY a tout d’abord commencé à étudier pendant près de six mois les rouages du système de la crypto-monnaie afin de comprendre pleinement le fonctionnement du Bitcoin.

Ainsi, l’artiste semble avoir découvert une manière efficace de libérer les artistes de l’emprise des galeries et des institutions traditionnelles pour que leur art ne connaisse plus aucune limite. Un mouvement audacieux que certains semblent déjà prêts à suivre.

« L’aspect le plus intéressant est la décentralisation, la création d’un système à l’horizontal, a-t-il ajouté, l’art et la création en ont besoin, je crois. »

Pour tout savoir sur le concept de PBOY, rendez-vous sur son compte Instagram

Lire aussi : Cette expo de street art défend les droits des animaux en voie de disparition

Merci pour vos premiers dons en #bitcoin ! Ça fait chaud au cœur de voir votre soutien 🙏. "Rembrandt dos au mur", détail du qr code Bitcoin. Paris 2018. Fresque réalisée sur le pont de la rue Riquet, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait de Rembrandt qui doit payer ses dettes aux services fiscaux à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté gauche de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #exhibition #artexhibition #acrylic #nistreetartnigraffiti #graffiti #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #rembrandt #urssaf #fisc #btc #cryptoart #cryptocurrency #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

"Rembrandt dos au mur", détail. Paris 2018. Fresque réalisée sur le pont de la rue Riquet, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait de Rembrandt qui doit payer ses dettes aux services fiscaux à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté gauche de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #exhibition #artexhibition #acrylic #nistreetartnigraffiti #graffiti #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #rembrandt #money #bitcoin #btc #cryptoart #cryptocurrency #paris #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

"Rembrandt dos au mur" Paris 2018. Photo @harveymarshal Fresque réalisée sur le pont de la rue Riquet, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait de Rembrandt qui doit payer ses dettes aux services fiscaux à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté gauche de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #exhibition #artexhibition #acrylic #nistreetartnigraffiti #graffiti #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #rembrandt #urssaf #fisc #money #bitcoin #btc #cryptoart #cryptocurrency #paris #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

"Daddy, what is money ?". Acrylique sur mur. Paris 2017. Fresque réalisée aux croisements rue Riquet et rue d'Aubervilliers, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait d'un enfant qui questionne son père sur la monnaie à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté droit de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #exhibition #artexhibition #acrylic #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #eye #child #money #bitcoin #btc #cryptoart #cryptocurrency #paris #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

Commentaires

Derniers Articles

 

Un nouveau trailer pour « Jean-Christophe et Winnie »

Le tournage du prochain James Bond débute en décembre

Photoshop Toolbar: le porte-clefs ultime pour les graphistes

Will Smith interprétera l’hymne de la Coupe du Monde 2018

Le métro de Londres se parfume à la fraise

Les Crados reviennent sous la forme d’un jeu vidéo

Bordeaux : les nouveaux « Book Face » de la librairie Mollat

Un marathon Doctor Who de 7 semaines mis en place par Twitch !

Quand cette artiste italienne commande un café

Un spin-off sur Boba Fett par le réalisateur de « Logan » ?

La voiture Barbie la plus rapide du monde

Bangkok : le premier restaurant Totoro ouvre ses portes

Des designers rétablissent le problème des chaussures Dragon Ball

Warner va adapter un roman de George RR Martin

« Disenchantment », la nouvelle série d’animation du créateur des Simpson

Il met en scène sa passion pour les livres

Le film d’animation Super Mario bientôt sur vos petits écrans !

Lancement d’une glace « Ketchup Heinz » 

Wes Anderson : un restaurant dédié au film « La Vie Aquatique »

Elle réalise 50 autoportraits tirés de dessins animés

Chewbacca s’invite chez IKEA

Un pneu increvable pour vélo à imprimer en 3D

L’artiste Stan Herd détourne la nature pour faire des tableaux végétaux

Les peintures sur mains de Guido Daniele