Ce street artist ajoute des QR codes à ses créations pour financer son art

Ce street artist français a trouvé une manière innovante de gagner sa vie : PBOY a incorporé des QR codes à ses peintures murales, permettant ainsi aux passants admiratifs de le financer en lui envoyant des Bitcoins. Une façon ingénieuse de tirer parti de la crypto-monnaie et de l’exploiter à des fins de financement participatif.

Des QR codes au service du financement de l’art

PBOY a tenté l’expérience d’inclure un code QR à sa signature en novembre 2017. Et étonnamment, cela a fonctionné. À ce jour, il a reçu environ 1 000 $ (0,11 Bitcoin), ce qui l’aide à payer le matériel et les dépenses nécessaires pour continuer à travailler dans la rue.

« Au lieu d’utiliser des plateformes de financement participatif à la Ulule, je cherchais une alternative qui offre une relation financière directe avec les gens, a-t-il déclaré, Le Bitcoin est parfait pour cela. »

En mai 2017, PBOY a tout d’abord commencé à étudier pendant près de six mois les rouages du système de la crypto-monnaie afin de comprendre pleinement le fonctionnement du Bitcoin.

Ainsi, l’artiste semble avoir découvert une manière efficace de libérer les artistes de l’emprise des galeries et des institutions traditionnelles pour que leur art ne connaisse plus aucune limite. Un mouvement audacieux que certains semblent déjà prêts à suivre.

« L’aspect le plus intéressant est la décentralisation, la création d’un système à l’horizontal, a-t-il ajouté, l’art et la création en ont besoin, je crois. »

Pour tout savoir sur le concept de PBOY, rendez-vous sur son compte Instagram

Lire aussi : Cette expo de street art défend les droits des animaux en voie de disparition

View this post on Instagram

Merci pour vos premiers dons en #bitcoin ! Ça fait chaud au cœur de voir votre soutien 🙏. "Rembrandt dos au mur", détail du qr code Bitcoin. Paris 2018. Fresque réalisée sur le pont de la rue Riquet, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait de Rembrandt qui doit payer ses dettes aux services fiscaux à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté gauche de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #artexhibition #acrylic #nistreetartnigraffiti #graffiti #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #rembrandt #urssaf #fisc #btc #cryptoart #bitcoinart #cryptocurrency #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

View this post on Instagram

"Rembrandt dos au mur", détail. Paris 2018. Fresque réalisée sur le pont de la rue Riquet, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait de Rembrandt qui doit payer ses dettes aux services fiscaux à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté gauche de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #artexhibition #acrylic #nistreetartnigraffiti #graffiti #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #rembrandt #money #bitcoin #btc #cryptoart #bitcoinart #cryptocurrency #paris #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

View this post on Instagram

"Rembrandt dos au mur" Paris 2018. Photo @harveymarshal Fresque réalisée sur le pont de la rue Riquet, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait de Rembrandt qui doit payer ses dettes aux services fiscaux à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté gauche de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #artexhibition #acrylic #nistreetartnigraffiti #graffiti #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #rembrandt #urssaf #fisc #money #bitcoin #btc #bitcoinart #cryptoart #cryptocurrency #paris #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

View this post on Instagram

"Daddy, what is money ?". Acrylique sur mur. Paris 2017. Fresque réalisée aux croisements rue Riquet et rue d'Aubervilliers, sans autorisation ni rémunération, pour le plaisir de donner de la couleur aux habitants du quartier. Ce portrait d'un enfant qui questionne son père sur la monnaie à été peint pendant deux jours d'affilée. La technique utilisée est inspirée du pointillisme de Georges Seurat et du dripping de Pollock. Sur le coté droit de la fresque, l'artiste propose un système de dons novateur en bitcoin, qui permet aux passants de le soutenir directement sans passer par un intermédiaire quelconque. Il suffit d'un smartphone avec un portefeuille Bitcoin pour envoyer des dons instantanés. #pboy #pascalboyart #painting #peinture #dripping #pointillism #impressionism #contemporaryart #gallery #artgallery #artexhibition #acrylic #streetart #parisstreetart #streetartparis #portrait #eye #child #money #bitcoin #btc #cryptoart #bitcoinart #cryptocurrency #paris #75019 #rueriquet

A post shared by PBOY | Pascal Boyart (@pboy_artist) on

Commentaires

Derniers Articles

 

Toy Rescue: cette start-up vous permet de réparer vos jouets cassés

Vous pouvez passer la nuit dans des Igloos en verre en regardant les aurores boréales

Louis Vuitton dévoile sa collection League of Legends

Ce cycliste pédale 9 heures pour créer un renne avec son GPS

Les jeux vidéo les plus attendus en 2020

Vous pouvez acheter une réplique de votre maison en LEGO

Banksy alerte sur la situation des sans-abri

Découvrez le making of de la pub d’E.T., approuvée par Steven Spielberg

« S.O.S Fantômes : l’Héritage » dévoile sa bande-annonce

Un nouveau BioShock officiellement annoncé

Une grand-mère de 93 ans et son petit-fils s’essayent aux déguisements les plus loufoques !

Le réalisateur de John Wick tourne un court-métrage avec un iPhone 11 !

WWF détourne des classiques de la peinture pour alerter sur l’urgence climatique

Wonder Woman 1984 dévoile sa bande-annonce !

Une banane à 120 000 $ mangée au nom de l’art : la toile s’enflamme

Marseille : Le premier LEGO Store vient d’ouvrir !

Noël : sélection des pochettes d’albums les plus gênantes

Air New Zealand teste des tasses à café comestibles

Rise of the Resistance : l’incroyable nouvelle attraction Star Wars

Une piscine à balles géantes en plein Paris !

« C’est pas sorcier » de retour avec un nouveau casting

Ce cinéphile a reproduit un videoclub des années 90 dans son sous-sol

Google révèle les GIF favoris d’Internet en 2019

Dior x Jordan : premières photos de la « Air Dior »