Polémique autour de la mascotte des JO 2014 en Russie

Le choix des mascottes pour incarner les JO 2014 à Sotchi a suscité la controverse dimanche en Russie, entre accusation de plagiat et disparition d’un favori.

Accusation de plagiat, intervention politique au plus haut niveau ou disparition d’un favori quelques heures avant le vote: le choix des mascottes pour incarner les JO-2014 à Sotchi ont suscité dimanche la controverse en Russie.

Un léopard, un lièvre et un ours polaire

Un léopard, un lièvre et un ours polaire ont été sélectionnés samedi soir comme mascottes suite à un vote de téléspectateurs dans une ambiance bon enfant au cours d’une émission télévisée. Quand le vote était déjà en cours et après les déclarations du Premier ministre Vladimir Poutine en faveur du léopard «fort, puissant, rapide et beau», l’un des favoris des dix candidatures présélectionnées, Ded Moroz (Père Noël russe) a été rayé de la compétition.

Le présentateur a expliqué que cette décision avait été prise car sinon ce symbole russe serait devenu propriété du Comité international olympique en cas de victoire. «L’unique personnage vraiment russe s’est désisté au cours du vote!!! Qui a décidé ça? Il aurait pu devenir propriété du CIO et maintenant il restera notre symbole du Nouvel An. Et les organisateurs ne l’ont compris qu’au moment du vote», s’insurge le blogueur Vladimir Chtcherbakov dans www.blogsochi.ru. «C’est un vote falsifié», affirme-t-il.

Il est difficile d’imaginer une mascotte plus ridicule

L’analyste politique indépendant russe Dmitri Orechkine a également estimé sur les ondes de la radio Echo Moscou que le décompte des appels téléphoniques et des sms envoyés par des Russes n’était pas honnête. «Dès que Vladimir Poutine a dit sa préférence pour le léopard, les votes pour lui ont grimpé», a-t-il souligné. «Il est difficile d’imaginer une mascotte plus ridicule. Un léopard s’appuyant sur un snowboard, il n’y a rien de russe dedans», écrit le blogueur titos sur le site du journal libéral en ligne gazeta.ru.

Je n’aime pas les voleurs

Autre bémol, le créateur de l’ours, mascotte des JO de 1980 à Moscou, a estimé que l’ours polaire de Sotchi ressemblait trop au sien. «Cet ours polaire a les yeux, le nez, la bouche et le sourire du mien», a déclaré le peintre Viktor Tchijikov sur la radio Echo de Moscou. «Je n’aime pas les voleurs», a-t-il lancé tout en estimant par ailleurs qu’aucun des personnages choisis ne correspondait à l’objectif fixé. Le président de la chambre haute du Parlement russe Sergueï Mironov a également critiqué la sélection de l’ours polaire qui, selon lui, rappelle le logo du parti au pouvoir Russie unie dirigé par Vladimir Poutine. «C’est absolument déplacé», a jugé M. Mironov qui dirige un autre parti, Russie juste. ©20min.ch

Commentaires

Derniers Articles

 

Osaka installe des nouvelles plaques d’égout Pokémon

Les finalistes des URBAN Photo Awards 2021

Décès de Claude Lombard, chanteuse des génériques de la 5

Harley-Davidson présente un nouveau vélo électrique néo-rétro

Le tournage de la série « Obi-Wan Kenobi » est terminé

Warner prépare le remake de « Génération Perdue »

Beyond Monet : l’exposition immersive de Toronto

Londres : l’artiste Yinka Ilori transforme 18 passages piétons

Small Is Beautiful : l’art miniature s’expose à Paris

Une boulangerie amoureuse des lapins au Japon

Décès de Clive Sinclair, l’inventeur du ZX Spectrum

Le jeu vidéo DRIVER va être adapté en série

Kathryn Bigelow filme 5 styles de cinéma avec l’iPhone 13 Pro

Lancement d’une gamme de sodas « Cup Noodle »

LG dévoile un écran Home Cinema de 8 mètres de diagonale

La suite de « Jumeaux » avec Schwarzenegger, DeVito et Tracy Morgan

Dua Lipa se transforme en Sailor Moon dans son dernier clip

Red Bull fabrique le plus grand flipper du monde

Japon : des conteneurs de tri sélectif en forme de TITANS

UltraBOOST : Adidas présente sa collection 007

Une société offre 1300 dollars pour regarder 13 films d’horreur

La cabane de Winnie l’ourson à louer sur Airbnb

Lyon : un vélo-bibliothèque part à la rencontre des enfants

SHE-RA : une série live-action en préparation