Insomniaque, ce photographe transforme la ville en rêve cyberpunk

Directeur créatif et associé du studio londonien FIELD, le photographe britannique Marcus Wendt voyage régulièrement à travers le monde. Appareil à la main, victime d’insomnie due au décalage horaire (le fameux « jetlag »), Marcus Wendt s’est laissé happer par la ville et s’est perdu dans les rues de Hong Kong. Une jungle urbaine tout en néons, qui nimbe la ville d’une atmosphère lui rappelant « les jeux cyberpunk des années 1990 et des films comme Syndicate ou Blade Runner ».

Une pérégrination nocturne qu’il a baptisée Ultraviolet Break of Day et a reproduite lors d’un séjour à Shenzhen, dans l’un des plus gros marchés high-tech du monde, Huaqiangbei, et à Séoul, en Corée du Sud.

Son travail est à retrouver sur le site de FIELD.

Hong Kong et Shenzhen

Séoul

Via : Designtaxi

Commentaires

Derniers Articles

 

Le tournage du prochain James Bond débute en décembre

Photoshop Toolbar: le porte-clefs ultime pour les graphistes

Will Smith interprétera l’hymne de la Coupe du Monde 2018

Le métro de Londres se parfume à la fraise

Les Crados reviennent sous la forme d’un jeu vidéo

Bordeaux : les nouveaux « Book Face » de la librairie Mollat

Un marathon Doctor Who de 7 semaines mis en place par Twitch !

Quand cette artiste italienne commande un café

Un spin-off sur Boba Fett par le réalisateur de « Logan » ?

La voiture Barbie la plus rapide du monde

Bangkok : le premier restaurant Totoro ouvre ses portes

Des designers rétablissent le problème des chaussures Dragon Ball

Warner va adapter un roman de George RR Martin

« Disenchantment », la nouvelle série d’animation du créateur des Simpson

Il met en scène sa passion pour les livres

Le film d’animation Super Mario bientôt sur vos petits écrans !

Lancement d’une glace « Ketchup Heinz » 

Wes Anderson : un restaurant dédié au film « La Vie Aquatique »

Elle réalise 50 autoportraits tirés de dessins animés

Chewbacca s’invite chez IKEA

Un pneu increvable pour vélo à imprimer en 3D

L’artiste Stan Herd détourne la nature pour faire des tableaux végétaux

Les peintures sur mains de Guido Daniele

L’histoire de la Coupe du Monde sur une tapisserie de 1200m