Bagieu-1

Pénélope Bagieu dénonce le racisme ordinaire dans la pub

Aurélie Filippetti a organisé le 2 décembre dernier, une soirée de mobilisation du monde de la Culture contre la xénophobie avec des artistes et des ‘intellectuels’ pour réagir, après les attaques racistes dont a été victime la garde des Sceaux Christiane Taubira. Durant la soirée, l’llustratrice Pénélope Bagieu parle de son expérience pro dans le milieu de la publicité et du racisme ordinaire dans la publicité.

Bagieu-video

 

Sources : Ventscontraires / Madmoizelle

Derniers articles dans Advertising & Branding

  • TableOrientExpress1

    Paris : Le restaurant éphémère de L’Orient Express est ouvert

    Envie de dîner à bord de l’Orient Express comme Hercule Poirot dans le roman d’Agatha Christie ? Du 30 mai au 16 juillet, La Table Orient Express fait une halte dans la Gare de l’Est pour accueillir chaque soir 38 privilégiés. Des soirées gastronomiques à bord de ses voitures historiques, avec la complicité de deux Chefs d’exception : Le chef étoilé […]

  • LeftOut

    Left Out: une sculpture choc pour parler des sans-abri

    Plus de 7000 personnes dorment sur le sol des rues de Londres. Que feriez-vous si vous croisiez une personne assise et enfermée dans un sac à ordures ? Left Out est sculpture en plâtre recouverte d’un sac plastique signée par l’artiste Maxwell Ruston. Déposée dans les rues de Londres, la silhouette fantôme explore les réactions des passants confrontés à une vision inattendue. « I made the […]

  • HourPlaces-dinde

    Hour Places: la location à l’heure entre particuliers et/ou professionnels

    Hour Places est une nouvelle plateforme de mise en relation pour particuliers et professionnels (location à l’heure de tous types d’espaces. À l’origine de Hour Places, un constat simple : D’innombrables annonces de location d’espaces en tous genres sont publiées chaque jour sur le web et pourtant il n’existait pas de plateforme de mise en relation, regroupant […]

  • adele-Nekfeu-rad

    Adèle Exarchopoulos et Nekfeu s’associent à Rad

    Adèle Exarchopoulos et Nekfeu s’associent à Rad pour créer leur première collection de vêtements streetwear. Icônes de la mode urbaine, Adèle Exarchopoulos et Nekfeu imaginent ensemble des vêtements dans l’air du temps, inspirés par leurs univers respectifs. Une collection capsule exclusive et en édition ultra limitée.

Commentaires

Commentaires
13 Responses to “Pénélope Bagieu dénonce le racisme ordinaire dans la pub”
  1. wokwain dit :

    On lui fait remarquer que les couples interraciaux dans les publicités (et programme TV en général) sont composés à 90% d’une femme blanche et d’un homme noir?

    Non, on risquerai de lui faire fondre le cerveau.

  2. Julien dit :

    Bonjour Pénélope, je vous connais depuis un moemnt et j’aime beaucoup vos BD, mais je n’ai pas bien compris ce que vous dénonciez au final ? le fait que les clients de publicitaires n’assument pas d’être pris pour des racistes? C’est normal non ? Il ne le sont peut-être pas… On a tellement montré du doigt les gens qui parlent de « noirs » ou « arabe » en faisant passer ces termes comme racistes qu’on ose plus les prononcer…
    Les clients sont tellement pris en otages par des tabous qu’ils n’osent plus demander ce qu’ils souhaitent de peur d’être taxés de racistes.
    Est ce que ce n’est pas le droit du clients de vouloir une femme blanche et rousse tout de suite ? En quoi ceci serait raciste ? Si dans son imaginaire cette femme représente plus la française moyenne, c’est comme ça non ? Un vendeur couscoussières choisira une femme ou un homme noir(e) pour donner l’envie à la ménagère « ni-ni » de préparer les meilleurs couscous comme au pays.
    Et encore il a eu le droit de dire qu’il voulait une femme ! bientôt il ne pourra plus tellement c’est sexiste d’attribuer « robot mixer » à « femme » et il sera donc obligé de demander au graphiste : « pouvez vous me dessiner un individu banal » ? On est pas sorti de l’auberge…
    Au pire ce client peut être taxé de maladroit et de ne pas assumer ses décision fasse à l’opinion de certains qui se placent en juges, mais pas beaucoup plus..
    Et au mieux on peut se lancer dans une lutte anti-clichés dans les publicités. Mais mêler le « racisme » à tout ça…
    Très bonne continuation à vous Pénélope
    Julien

  3. Ziegfried dit :

    C’est vraiment faible. Pénélope confond tout. C est usant. A force de vulgarisation même la définition qui est quand même sensé être la base de la recherche et sans doute de la compréhension en pâtit. Pitié, un peu de recherche en commençant par un dictionnaire permettrait d éviter les amalgames, et donnerait un peu de consistance a ce discours vain par vacuité.

    • Jules dit :

      Ouais c’est vrai, Pénélope devrait dire « discrimination raciale », et non pas « racisme ». Ça changerait complètement tout, la vacuité deviendrait profondeur. Merci Ziegfried, grâce à toi on est tout de suite vachement moins con… Mais un génie comme toi n’a-t-il pas peur d’instruire les cons ? Si le niveau monte, comment resteras tu aussi exceptionnel ?

      • Ziegfried dit :

        Pourquoi ce ton dans ta réponse? Il n y a pas besoin d être un génie pour ouvrir un dictionnaire et s intéresser à la question du racisme au quotidien. Je ne suis pas exceptionnel, et toi tu pollues ton monde avec ta petite haine du midi. Pour rester sur ta vague, et un peu plus oublier l’origine du propos: va te faire foutre.

        • Jules dit :

          L’agressivité et le sarcasme (tout de suite, « haine », comme tu y vas) de mon ton répondait à la condescendance voire au léger mépris du tien.
          Entre confondre « discrimination raciale » avec « racisme » et « confondre tout », il y a une légère différence. Je te dirais bien d’ouvrir un dico aux mots « tout », « vain » et « vacuité » pour vérifier que tu les emploies à bon escient, mais ce serait mesquin…
          Sinon « va te faire foutre », ça me froisse moins que « pitié » ou « c’est usant », mais quand ces derniers ne me sont pas directement adressés.
          Des bisous.

  4. Nia Nia dit :

    Plus que de racisme, on peut parler de manque d’originalité de la part du client et de l’agence.
    Motivés par la peur d’échouer, c’est à dire ou de n’être pas compris par un public qu’au fond, ils ne tiennent pas en très haute estime, ils ont juste voulu choisir un personnage « standard », avec les caractères les plus probables que pourraient avoir la « cible » de leur truc. Alors bien sûr les cheveux roux n’en font pas partie, mais j’imagine qu’ils se sont dit que ça lui donnait du « caractère ».

  5. Milou dit :

    « Racisme : Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » »

    ça s’applique vraiment ici ???

    • Nico dit :

      Non mais QUI utilise ce mot selon sa définition dans le Larousse ? Stop l’hypocrisie

      • Milou dit :

        Justement, j’aime bien la citation de Confucius sur ce sujet :
        « Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. »

        Et aujourd’hui, il n’y a pas que ce mot qui est utilisé selon une définition écrite nulle part…

  6. PES dit :

    C’est le publicitaire ou le client qui est raciste?

Laisser un commentaire

Catégories