Anais-Bourdet-000

« Paye ta shnek », devient un livre-compil des pires phrases de drague

Tentative de séduction en milieu urbain.

Depuis l’été 2012, la jeune marseillaise Anaïs Bourdet compile sur son blog participatif toutes ces phrases que les femmes peuvent entendre au détour d’une rue. « Des spécimens de haut niveau, j’en ai parlé à des amies, on avait toutes des anecdotes plus ou moins fleuries« . Aujourd’hui, la jeune graphiste de 28 ans a compilé les meilleures tentatives d’approche dans son livre  » Paye Ta Shnek  » (Argot alsacien) qui reçoit un beau succès en auto édition. Libération revient sur le phénomène et nous présente Anaïs Bourdet.

Paye ta Shnek, Anaïs Bourdet et 3228 personnes,
format poche 11×18 cm, 124 pages, juillet 2013, 14 euros en vente ici.

Voici ma petite sélection, quelques-unes sont assez mignonnes d’autres sont carrément vulgaires :

Anais-Bourdet-000Anais-Bourdet-23Anais-Bourdet-31Anais-Bourdet-00Anais-Bourdet-10Anais-Bourdet-40 Anais-Bourdet-11 Anais-Bourdet-12 Anais-Bourdet-13 Anais-Bourdet-14 Anais-Bourdet-15 Anais-Bourdet-16 Anais-Bourdet-17 Anais-Bourdet-19 Anais-Bourdet-20 Anais-Bourdet-22
Anais-Bourdet-25 Anais-Bourdet-27Anais-Bourdet-28Anais-Bourdet-30
Anais-Bourdet-34Anais-Bourdet-33Anais-Bourdet-02

Toutes les citations sur facebook.com/payetashnekleblog

Paye ta Shnek, Anaïs Bourdet et 3228 personnes,
format poche 11×18 cm, 124 pages, juillet 2013, 14 euros en vente ici.

 

Commentaires
9 Responses to “« Paye ta shnek », devient un livre-compil des pires phrases de drague”
  1. Le concept de ce blog – et maintenant de ce livre – est original. En tant qu’homme – et homme ayant beaucoup dragué -, je peux comprendre l’agacement de certaines jeunes femmes face à ces tentatives d’approche dictées par le désir. Beaucoup d’hommes, en ce domaine, sont maladroits, mais d’autres font aussi preuve d’inventivité et de poésie, comme le montrent bien des phrases recueillies et présentées ici. Pour leur décharge, je dirai qu’il n’est pas facile, pour nous, de faire le premier pas et d’exprimer, avec les moyens du langage, son désir spontané à une inconnue qui passe. Que d’autre part, être remarquée pour son allure, quand on est une femme, me semble plutôt flatteur. Les filles qui se plaignent d’être trop fréquemment accostées devraient parfois penser à toutes celles qui, par manque de charme, ne le sont jamais. Enfin, un peu de parole vive n’est pas à mépriser en cette époque où tant de gens s’isolent, via leurs portables et autres baladeurs, du monde ambiant.

  2. Patricech dit :

    ça m’a fait rire sur le coup mais je doute de la véracité de toutes ces « expressions ». En réalité, c’est souvent plus cru et nettement moins « fleuri »

    D’ailleurs, ça me fait penser aux fausses annonces (marrantes certes) LBC faites par un publicitaire (qui a finalement indiqué que c’était faux) et la fille qui a fait ce bouquin est graphiste…vous me suivez ? Bref, ils ont de l’imagination quoi.

    D’ailleurs, elle vend tout plein de produits dérivés (tee shirt, cartes postales…)

  3. Mapimz dit :

    « Wesh à casquette ? » laissez-moi rire, les plus gros lourds sont ceux qu’on soupçonnerait en dernier alors rangez les clichés et les idées toutes faites svp.

    • Paoliine dit :

      Arrêtez vos conneries avec vos « clichés » et vos « stigmatisations », au moins 9 connards sur 10 qui me lâchent ce genre de phrase et qui après t’insulte quand tu ne réponds pas ou que tu dis « non merci » c’est des « wesh à casquette » comme vous dites (et c’est la 4ème ville différente dans laquelle j’habite)! Donc sortez de chez vous avant de dire n’importe quoi ..

  4. Mapimz dit :

    Mouai bof… pas très créatif en terme de graphisme et de mise en page… dommage car l’idée était pas mal.

  5. Lapoujade dit :

    Non pas vraiment « wesh à casquette » c’est plutôt une tentative d’imitation de ces derniers, bien tenté

  6. Comte Harbourg dit :

    Euh d’après le style de phrase ça fait un peu wech à casquette de banlieue

  7. Cess dit :

    Super recueil qui reflète malheureusement la réalité des « interpellations » (quand ces messieurs prennent la peine de parler et non de siffler) du qutotidien.
    Par contre Shnek, c’est « Schneck » (Sorry, perfectionnisme mosellan ;) )

    • yann dit :

      Moi je trouves ça plutôt bien que des gens prennent encore le temps d’interpeller comme ça , quand on marche dans la ville on se rend rapidement compte que les gens passent plutôt leurs temps a se regarder eux même . Oui c’est parfois brutal , mais autant que les rapports humains.

Laisser un commentaire

Catégories