Un site tente de relancer la mode du Pin’s

On se souvient de ces petits insignes métalliques que l’on mettait sur son blouson ou sur son sac à dos. Encouragé par une production publicitaire intense dans les années 1980-1990, le Pin’s est devenu un objet de collection. Moins en vogue depuis le début des années 2000, le Pin’s tente un come-back branché aux États-Unis. Le site Pattilapel commence sa production de Pin’s un peu décalés. De Robert de Niro dans Cape Fear à The Rock jeune, les pin’s vont peut-être faire leur retour sur la veste des potes. À suivre…

pattilapel1 pattilapel2 pattilapel3

Reportage sur le 1er salon du pin’s à Paris. Rencontre avec des collectionneurs de tout âge.

Commentaires

Derniers Articles

 

Quand des visiteurs sont assortis aux œuvres du musée

Ce pont suspendu en verre donne des frissons

Les Tamagotchi sont de retour !

Ce chorégraphe met les monuments en mouvement au Panthéon

Les bars avec lancer de haches débarquent en France

Il photographie les mêmes passants pendant 9 ans

Game of Thrones: Nike lance des sneakers Khaleesi

Montréal : ce pont s’illumine au rythme des tweets

Des maisons en kit à acheter sur Amazon

Une « Fury Room » ouvre à Paris. Venez tout casser !

Vous prendrez bien un café en 3D ?

Tout quitter pour voyager avec son chat dans un camping-car

Le Robert lance « 60 dessins pour ne plus faire de fautes »

La série animée des Monchhichi débarque sur TF1

Halloween : des hologrammes terrifiants pour la maison

Des milliers de livres publiés avant 1942 en accès libre

Cyclistes, cette écharpe airbag est faite pour vous !

Cette artiste réalise d’incroyables perruques en papier

1875, les premières photos d’Halloween

Une maison Wes Anderson est maintenant disponible sur Airbnb

Ce chauffeur de taxi new-yorkais a pris ses clients en photo pendant 30 ans

Lancement d’une tente flottante pour camper sur l’eau

Un burger bleu pour dire adieu à Colette

Les Nouveaux Mutants : premier trailer pour le spin-off de la saga X-Men

6ad1b137d27c5ea1ed6ea1adb41bcd6cGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG