“Pas celles que vous croyez”. Les poupées Barbie revisitent les toiles de Maîtres

Du 6 Mai au 28 Juin 2015, la galerie Teodora propose l’exposition “Pas celles que vous croyez” ou quand les poupées Barbie de l’artiste Catherine Théry revisitent l’histoire de l’art. Les célèbres poupées n’ont plus là que l’apparence des ravissantes idiotes qui exhibent depuis des décennies leurs seins parfaits et leurs jambes trop longues pour être honnêtes.

Ne vous y trompez pas, ces femmes-là ne sont pas celles que vous croyez, la futilité n’est pas leur tasse de thé. Loin des combats d’arrière-garde, du féminisme, du corps qui réclame sa liberté et qui depuis bien longtemps l’a conquise, loin de toutes ces batailles menées et aujourd’hui presque toutes gagnées, des femme divinement coquines et délicatement transgressives vont vous interroger.

catherine-thery-Barbie-03

L’exposition “ Pas celles que vous croyez” donne à toutes les Barbies du monde la possibilité d’être enfin intelligentes et belles à la fois. Plusieurs influences traversent l’oeuvre de l’artiste. Certaines de photographes qu’elle a connus et avec lesquels elle a travaillé dans sa vie première vie de directrice artistique, Guy Bourdin, Bettina Rheims, Steve Hiett, et d’autres dont elle apprécie le travail. David Lachapelle pour son outrance, Pierre & Gilles pour leur audace et leurs photos repeintes, mais aussi la plasticienne Nicky de Saint Phalle pour sa liberté d’expression et sa radicalité, sans oublier les grands maîtres de la peinture dont les regards, le talent et les imaginaires, inspirèrent cette exposition.

catherine-thery-Barbie-01

Les vêtements des “femmes-poupées” sont peints à même leurs corps afin que rien ne fasse écran à leurs mensurations légendaires. Les accessoires miniatures sont choisis avec soin. Les décors et les mises en scène qui recréent l’ambiance des tableaux, avec de temps à autres quelques libertés quant aux détails, sont photographiés et ensuite travaillés grâce aux nouvelles techniques numériques.

Changer les pains de la Cène en hamburgers, Dieu en blonde peroxydée et Marat en dénonciatrice de la violence faite aux femmes, il y a là une insolence assumée, une volonté de montrer qu’une image détournée peut enrichir un discours, que les vérités d’hier ouvrent parfois la voie aux hypothèses de demain. Leonard, Michelangelo, Edouard, Sandro, René, Frida, Paul et les autres, pardonnez-leurs car elles savent très bien ce qu’elles font.
catherine-thery-Barbie-05

catherine-thery-Barbie-08

catherine-thery-Barbie-011

catherine-thery-Barbie-06

catherine-thery-Barbie-07

catherine-thery-Barbie-02

“Pas celles que vous croyez”
Teodora Galerie
25 rue de Penthièvre – 75008 PARIS
Ouvert du mardi au samedi 11h – 19h

Commentaires

Derniers Articles

 

Ce pont suspendu en verre donne des frissons

Les Tamagotchi sont de retour !

Ce chorégraphe met les monuments en mouvement au Panthéon

Les bars avec lancer de haches débarquent en France

Il photographie les mêmes passants pendant 9 ans

Game of Thrones: Nike lance des sneakers Khaleesi

Montréal : ce pont s’illumine au rythme des tweets

Des maisons en kit à acheter sur Amazon

Une « Fury Room » ouvre à Paris. Venez tout casser !

Vous prendrez bien un café en 3D ?

Tout quitter pour voyager avec son chat dans un camping-car

Le Robert lance « 60 dessins pour ne plus faire de fautes »

La série animée des Monchhichi débarque sur TF1

Halloween : des hologrammes terrifiants pour la maison

Des milliers de livres publiés avant 1942 en accès libre

Cyclistes, cette écharpe airbag est faite pour vous !

Cette artiste réalise d’incroyables perruques en papier

1875, les premières photos d’Halloween

Une maison Wes Anderson est maintenant disponible sur Airbnb

Ce chauffeur de taxi new-yorkais a pris ses clients en photo pendant 30 ans

Lancement d’une tente flottante pour camper sur l’eau

Un burger bleu pour dire adieu à Colette

Les Nouveaux Mutants : premier trailer pour le spin-off de la saga X-Men

Porg, la nouvelle coqueluche du prochain Star Wars

ce058b326e6b70c4781b7ce2a82e162dttttttttttttttttttttttttttttttt