Pendant 8h, un artiste sous LSD tente de dessiner son portrait

Le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD) fut expérimenté sur des enfants autistes, utilisé pour combattre des addictions diverses (alcool, héroïne…), essayé sur des individus “normaux” ou encore employé comme antidépresseur. Oscar Janiger, un psychiatre californien, mena des recherches sur quelque 900 personnes entre 1954 et 1962. Dans l’expérience ci-dessous, Oscar Janiger a demandé à un dessinateur de réaliser son portrait sous acide. Plusieurs croquis effectués à quelques dizaines de minutes d’intervalle qui illustrent les effets du LSD à la fois sur la production artistique, mais aussi sur la créativité. Les commentaires de l’artiste et les annotations du chercheur, sont terriblement drôles (ou effrayantes, c’est selon).

1/ 20 minutes après la première dose :

« Condition normale. Aucun effet de la drogue jusqu’à maintenant. »

2/ 85 min (1h25) après la première dose et 20 min après la deuxième dose administrées (50 + 50 microgrammes) :

Le patient semble euphorique. « Je peux vous voir clairement, si clairement. Ça… Vous… Tout est… J’ai un peu de mal à contrôler ce crayon. »

3/ 2h30 après la première dose :

Le patient a l’air extrêmement concentré sur ses dessins. « Les contours semblent normaux, mais très vifs. Les couleurs n’arrêtent pas de changer. Ma main doit suivre le balayage gras des lignes. J’ai l’impression que ma conscience se trouve dans la partie de mon corps qui est active: ma main, mon épaule… ma langue »

4/ 2h32 après la première dose :

Le patient est totalement absorbé par son bloc de papier. « J’essaye un autre dessin. Les contours du modèle sont normaux, mais maintenant c’est ceux de mon dessin qui ne le sont plus. Les contours de ma main deviennent bizarres aussi. Ce n’est pas un très bon dessin, non? Je vais… Je vais essayer à nouveau »

5/ 2h35 après la première dose :

Le patient enchaîne un autre dessin rapidement. « Je vais faire un dessin d’une seule traite… sans m’arrêter… une ligne, pas de pause! » Une fois son dessin terminé, le patient commence à rire, puis semble surpris par quelque chose sur le sol. »

6/ 2h45 après la première dose :

Le patient essaye de monter sur la boite à dessin et est d’une manière générale très agité. Il répond lentement aux stimuli (faire plus de dessins) et est devenu globalement non-verbal (ne parle presque plus, ndlr). « Je suis… tout est… changé… ils appellent… votre visage… entrelacé… qui est… » Le patient marmonne une sorte de mélodie entre ses dents (quelque chose qui ressemble à Thanks for the Memory). Il utilise maintenant la peinture à la tempera.

7/ 4h25 après la première dose :

Le patient s’est réfugié sur le lit, sur lequel il s’est allongé pendant environ 2 heures, agitant ses mains en l’air. Il revient soudainement vers le matériel à dessin et choisit cette fois un stylo et de la peinture à l’eau.

8/ 5h45 après la première dose :

Le patient se déplace dans la pièce selon un schéma et des variations complexes pendant 1h30 avant de s’installer pour dessiner à nouveau. On peut constater les effets physiques de la drogue. « Je peux sentir mes genoux à nouveau, je pense que les effets diminuent. Voilà un très bon dessin. Ce crayon à papier est vachement dur à tenir… » Il tient un pastel.

8/ 8h après la première dose :

Le patient est assis sur son lit couchette. Il explique que « l’intoxication » a disparu, mis à part des distorsions occasionnelles de nos visages. Nous demandons qu’il réalise un dernier dessin qu’il fait avec peu d’enthousiasme. « Je n’ai rien à dire sur ce dernier dessin, il est mauvais et sans intérêt, je veux rentrer chez moi maintenant. »

Via L’Express / BoredPanda

Commentaires

Derniers Articles

 

Atteinte de synesthésie, elle peint la musique comme elle la voit

Disney lève le voile sur le parc à thème Star Wars Land

Il crée des versions animées de ses tatouages

Les publicités peintes de retour sur les murs de New York

Le groupe déjanté Die Antwoord aura sa propre série

L’épisode 6 de Game of Thrones fuite, Twitter s’enflamme

8 000 sculptures mythiques disponibles en impression 3D

C’était quoi La Cinq ?

Des tapis Ikea dans Game of Thrones ? Ikea joue le jeu !

Un poulet gonflable à l’effigie de Donald Trump devant la Maison Blanche

Sur 600km, des marathoniens ont regardé 60 épisodes de Game of Thrones

Cette ancienne institutrice réalise des maquillages surréalistes !

Disney rompt avec Netflix pour lancer sa propre plateforme de SVoD

« ÇA » : une expérience immersive ouvre au public

Victime d’un bug d’impression, elle ressemble à « Coneheads » sur son passeport

Une combinaison de surf rencontre le costume cravate

Zlatan lance son jeu vidéo

Le clip « Thriller » revient en version 3D

Loving Vincent, le film aux 65.000 tableaux peints à la main

David Hasselhoff dévoile son clip pour « Guardians Inferno »

Il transforme des appareils photos usagés en petits robots

Karaté Kid va revenir sous la forme d’une mini-série

Deux faux employés de la Ville de Paris dérobent des Space Invaders

Si Game of Thrones était une série animée

cf6f58603bb4b4f66124163847bc0a88<<