Pendant 8h, un artiste sous LSD tente de dessiner son portrait

Le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD) fut expérimenté sur des enfants autistes, utilisé pour combattre des addictions diverses (alcool, héroïne…), essayé sur des individus “normaux” ou encore employé comme antidépresseur. Oscar Janiger, un psychiatre californien, mena des recherches sur quelque 900 personnes entre 1954 et 1962. Dans l’expérience ci-dessous, Oscar Janiger a demandé à un dessinateur de réaliser son portrait sous acide. Plusieurs croquis effectués à quelques dizaines de minutes d’intervalle qui illustrent les effets du LSD à la fois sur la production artistique, mais aussi sur la créativité. Les commentaires de l’artiste et les annotations du chercheur, sont terriblement drôles (ou effrayantes, c’est selon).

1/ 20 minutes après la première dose :

« Condition normale. Aucun effet de la drogue jusqu’à maintenant. »

2/ 85 min (1h25) après la première dose et 20 min après la deuxième dose administrées (50 + 50 microgrammes) :

Le patient semble euphorique. « Je peux vous voir clairement, si clairement. Ça… Vous… Tout est… J’ai un peu de mal à contrôler ce crayon. »

3/ 2h30 après la première dose :

Le patient a l’air extrêmement concentré sur ses dessins. « Les contours semblent normaux, mais très vifs. Les couleurs n’arrêtent pas de changer. Ma main doit suivre le balayage gras des lignes. J’ai l’impression que ma conscience se trouve dans la partie de mon corps qui est active: ma main, mon épaule… ma langue »

4/ 2h32 après la première dose :

Le patient est totalement absorbé par son bloc de papier. « J’essaye un autre dessin. Les contours du modèle sont normaux, mais maintenant c’est ceux de mon dessin qui ne le sont plus. Les contours de ma main deviennent bizarres aussi. Ce n’est pas un très bon dessin, non? Je vais… Je vais essayer à nouveau »

5/ 2h35 après la première dose :

Le patient enchaîne un autre dessin rapidement. « Je vais faire un dessin d’une seule traite… sans m’arrêter… une ligne, pas de pause! » Une fois son dessin terminé, le patient commence à rire, puis semble surpris par quelque chose sur le sol. »

6/ 2h45 après la première dose :

Le patient essaye de monter sur la boite à dessin et est d’une manière générale très agité. Il répond lentement aux stimuli (faire plus de dessins) et est devenu globalement non-verbal (ne parle presque plus, ndlr). « Je suis… tout est… changé… ils appellent… votre visage… entrelacé… qui est… » Le patient marmonne une sorte de mélodie entre ses dents (quelque chose qui ressemble à Thanks for the Memory). Il utilise maintenant la peinture à la tempera.

7/ 4h25 après la première dose :

Le patient s’est réfugié sur le lit, sur lequel il s’est allongé pendant environ 2 heures, agitant ses mains en l’air. Il revient soudainement vers le matériel à dessin et choisit cette fois un stylo et de la peinture à l’eau.

8/ 5h45 après la première dose :

Le patient se déplace dans la pièce selon un schéma et des variations complexes pendant 1h30 avant de s’installer pour dessiner à nouveau. On peut constater les effets physiques de la drogue. « Je peux sentir mes genoux à nouveau, je pense que les effets diminuent. Voilà un très bon dessin. Ce crayon à papier est vachement dur à tenir… » Il tient un pastel.

8/ 8h après la première dose :

Le patient est assis sur son lit couchette. Il explique que « l’intoxication » a disparu, mis à part des distorsions occasionnelles de nos visages. Nous demandons qu’il réalise un dernier dessin qu’il fait avec peu d’enthousiasme. « Je n’ai rien à dire sur ce dernier dessin, il est mauvais et sans intérêt, je veux rentrer chez moi maintenant. »

Via L’Express / BoredPanda

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement