« One Piece ». Le manga le plus populaire au monde débarque dans les salles Françaises

Douze ans après le début de la série télévisée au Japon, les cinémas français proposent aujourd’hui une adaptation du manga le plus vendu au monde.

L’universalité du dessin animé séduit le réalisateur, mais aussi le public européen, désormais habitué aux productions nippones. Le long métrage animé « One Piece – Strong World » a ainsi été présenté pour la première fois en France en 2010, au festival d’Annecy, où il a été chaleureusement accueilli.

« Je suis très heureux de voir que ce film a pu franchir les frontières et que plein de gens d’horizons différents puissent le voir », explique le réalisateur, impressionné par les « réactions très enthousiastes » du public d’Annecy. « J’espère que tous les autres spectateurs s’amuseront autant, si ce n’est plus, quand ils iront le voir », ajoute-t-il.

Malgré la popularité du titre, Munehisa Sakai explique ne pas avoir « ressenti de pression avant la production, ni durant celle-ci. C’est une fois le film terminé que je me suis rendu compte du projet que c’était. Je me suis dit : +je travaillais sur un sacré film en fait !+ ».

Une sérénité qui se justifie facilement : M. Sakai a déjà réalisé en 2002 un autre film adapté de « One Piece » et surtout 44 des 510 épisodes de la série télévisée, ce qui lui a permis d’appréhender ce nouveau film avec de multiples repères. « Il a fallu s’adapter à l’évolution graphique naturelle du manga, mais concrètement la méthode de production n’a pas changé ».

Ce dixième film présente pourtant la particularité d’avoir pour la première fois bénéficié de la collaboration de l’auteur même du manga, Eiichiro Oda, ce qui n’a pas réduit pour autant la marge de travail de M. Sakai : « M. Oda a été très attentif aux diverses remarques de l’équipe et il les a intégrées dans son histoire ».

Le réalisateur s’est d’ailleurs rapidement pris au jeu : « J’adore la scène d’ouverture où chaque membre de l’équipage se bat contre des animaux tous plus extraordinaires les uns que les autres ! A chaque fois que je la vois, je suis à fond dans l’histoire ! », plaisante-t-il.

Cette scène d’introduction lorgne notamment du côté des cartoons américains, une inspiration que Munehisa Sakai ne renie pas : « Je ne fais pas de distinction entre les oeuvres japonaises ou étrangères. Si quelque chose me stimule, je considère qu’il est de bon ton d’intégrer ce genre d’éléments, sans me soucier de leur origine. »

Alors qu’un nouveau film adapté de One Piece est sorti au Japon le 19 mars, réalisé cette fois en 3D par Hiroyuki Sato, Munehisa Sakai

Par AFP

 

Commentaires

Derniers Articles

 

WWF lance un pull de Noël qui dénonce une dure réalité

The Star Wars ou la bande-annonce créée avec les illustrations d’origine de 1975

Peaky Blinders a désormais sa gamme de spiritueux

Il joue le thème de Star Wars avec des calculatrices !

Ils craquent pour la boule de Noël « Piège de cristal »

Normandie : un street-artist fan de Dragon Ball transforme un ancien blockhaus

Les 25 photos les plus populaires de 2017 selon Flickr

Cette ligne activewear Harry Potter vous garantit la victoire

Le retour d’Olive et Tom en 2018 se dévoile dans un trailer !

Pour Hanukkah, Pornhub offre l’accès à sa plateforme Premium

Depuis 2003, cette famille s’amuse à créer la carte de Noël la plus moche

Quand des inconnus tentent d’imiter Chewbacca

Greenpeace convoque Voldemort, Dark Vador et Alien dans sa dernière campagne

Il crée des œuvres avec des objets du quotidien pour illustrer son obsession de l’ordre

Taïwan: ce coiffeur propose la coupe Donald Trump « Hair Tattoo »

Nike invente les baskets moches de Noël

Son faux restaurant devient N°1 sur Tripadvisor en 6 mois

Design : les 10 meilleurs posts Instagram par Dezeen

L’architecture délirante des arrêts de bus soviétiques par Christopher Herwig

Star Wars: Columbia lance une collection inspirée de l’Empire contre-attaque

Au Cambodge, ce photographe les prend en photo et leur offre leur premier portrait

New Spring : l’arbre à bulles de vapeur d’eau parfumée

Quand un restaurant rebaptise sa carte en hommage à Johnny Hallyday

La RATP transforme la station Duroc en station « Durock Johnny »

7b21caf9add0a0ccb076611430ec74e1vvvvvvvvvvvvvvvvvv