Les œuvres faites à partir de vraies fleurs de Raku Inoue

Connu pour ses arrangements botaniques de coléoptères, d’insectes et de papillons, Raku Inoue rassemble une fois de plus la flore et la faune. Basé à Montréal, l’artiste réalise ses oeuvres à partir de pétales et de brindilles. Il les récupère dans son jardin ou bien chez des fleuristes.

Mais tout a commencé il y a plusieurs années. Le designer multimédia était fatigué des exigences précises de son travail en agence de publicité. Il a donc décidé de réaliser des œuvres afin de trouver une certaine liberté de création. Au début, c’était juste un nouveau passe-temps pour lui.

Raku Inoue s’inspire de la nature

Ce qu’il a imaginé était ambitieux : fabriquer des insectes complexes à partir de la flore qu’il trouve dans son jardin à Montréal. Grâce à ce processus, Raku Inoue parvient à un état d’esprit plus spontané tout en respectant la nature.

Les résultats : de minuscules insectes faits de pétales, de feuilles et de branches. Ces œuvres ont rencontré un grand succès sur internet lorsqu’il les a mis en ligne. Et cette série d’objets est devenue son œuvre la plus demandée. Il a rapidement réalisé que parfois, le travail s’améliore lorsque vous ne visez pas le succès. Mais que vous essayez de vous connecter à quelque chose de plus essentiel.

Son travail précédent positionne souvent les animaux dans des poses stationnaires. Ressemblant ainsi à un portrait d’un hibou ou d’un scorpion épinglé à l’intérieur d’une vitrine dans le cadre d’une collection. Les dernières pièces de sa série Natura Wildlife, cependant, indiquent une vivacité et une inclinaison pour le mouvement. Ainsi nous pouvons voir une baleine faisant exploser des fleurs orange de son évent. Ou un hippocampe saisissant un coton-tige.

« Les insectes ont toujours été un symbole pour moi, » rapporte Raku Inoue, qui a grandi au Japon. Chaque été, dans la campagne d’Hiroshima, sa grand-mère laissait entrouverte la porte de leur maison pour aérer la pièce. Mais aussi pour y accueillir des libellules, un insecte qui selon elle représentait la présence de son défunt mari.

Commentaires

Derniers Articles

 

G-SHOCK lance un modèle Captain Tsubasa

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion