À New York, des histoires d’immigrés au bout du fil

Des reliques d’un temps passé pour raconter des histoires d’immigrés. Il était une fois, New York, et des nombreuses villes dans le monde, abritait des cabines téléphoniques. Quelques tintements de pièces métalliques, des touches pressées à la va-vite et des milliers de personnes pouvaient espérer contacter la personne souhaitée. Mais ça, c’était avant qu’elles ne soient rendues obsolètes par l’arrivée des téléphones portables. Peu à peu, elles ont été délaissées et ont disparu du paysage urbain. Seule une poignée d’entre elles sont encore présentes à New York.

L’artiste américain d’origine afghane, Aman Mojadidi a voulu leur redonner vie à travers l’installation Once Upon a Place. Depuis le 27 juin, trois cabines téléphoniques placées à Times Square permettent d’entendre les histoires (entre 2 et 15 minutes) de 70 immigrés du monde entier vivants dans différents quartiers de New York. Chine, Espagne, Ghana, République Dominicaine ou encore Brésil sont représentés. L’idée est de rendre cette expérience la plus immersive et intime possible, en confinant les personnes dans un endroit clos et calme, propice aux confidences et à l’écoute.

Les visiteurs peuvent également parcourir l’annuaire téléphonique laissé dans chaque cabine pour en connaitre un peu plus sur les différentes communautés peuplant New York et même y confier une partie de leur propre histoire.

« Je voulais que les gens comprennent que des villes comme New York, les grandes villes métropolitaines du monde entier, sont largement contruites par les immigrants qui y viennent, y travaillent et s’y installent », a expliqué l’artiste.

En effet, New York est une ville issue de l’immigration, le film de Martin Scorsese, Gangs of New York, raconte d’ailleurs une partie de son histoire.

Celle d’un territoire éclaté en plusieurs faubourgs qui accueillit des flots d’immigrés, Irlandais pour la plupart, préalablement débarqués à Ellis Island, à l’embouchure de l’Hudson. Pendant 60 ans (1892-1954), l’île, et par conséquent New York, fut logiquement l’entrée principale des immigrants venus des autres continents. Un passage obligé où plus de 15 millions de personnes ont transité. La majorité des nouveaux arrivants se sont d’ailleurs ensuite installés à New York.

New York est donc une ville multiculturelle issue de l’immigration, 3 millions de New-Yorkais sont nés à l’étranger. En 2065, un Américain sur trois sera issu de l’immigration selon le Pew Research Center et quelques 800 langues sont parlées dans les 5 quartiers de New York.

Rien d’étonnant à ce que Big Apple fusse l’un des foyers de la contestation contre le Muslim Ban décrété par Donald Trump.

La boucle est désormais bouclée.

Commentaires

Derniers Articles

 

G-SHOCK lance un modèle Captain Tsubasa

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion