À New York, des histoires d’immigrés au bout du fil

Des reliques d’un temps passé pour raconter des histoires d’immigrés. Il était une fois, New York, et des nombreuses villes dans le monde, abritait des cabines téléphoniques. Quelques tintements de pièces métalliques, des touches pressées à la va-vite et des milliers de personnes pouvaient espérer contacter la personne souhaitée. Mais ça, c’était avant qu’elles ne soient rendues obsolètes par l’arrivée des téléphones portables. Peu à peu, elles ont été délaissées et ont disparu du paysage urbain. Seule une poignée d’entre elles sont encore présentes à New York.

L’artiste américain d’origine afghane, Aman Mojadidi a voulu leur redonner vie à travers l’installation Once Upon a Place. Depuis le 27 juin, trois cabines téléphoniques placées à Times Square permettent d’entendre les histoires (entre 2 et 15 minutes) de 70 immigrés du monde entier vivants dans différents quartiers de New York. Chine, Espagne, Ghana, République Dominicaine ou encore Brésil sont représentés. L’idée est de rendre cette expérience la plus immersive et intime possible, en confinant les personnes dans un endroit clos et calme, propice aux confidences et à l’écoute.

Les visiteurs peuvent également parcourir l’annuaire téléphonique laissé dans chaque cabine pour en connaitre un peu plus sur les différentes communautés peuplant New York et même y confier une partie de leur propre histoire.

« Je voulais que les gens comprennent que des villes comme New York, les grandes villes métropolitaines du monde entier, sont largement contruites par les immigrants qui y viennent, y travaillent et s’y installent », a expliqué l’artiste.

En effet, New York est une ville issue de l’immigration, le film de Martin Scorsese, Gangs of New York, raconte d’ailleurs une partie de son histoire.

Celle d’un territoire éclaté en plusieurs faubourgs qui accueillit des flots d’immigrés, Irlandais pour la plupart, préalablement débarqués à Ellis Island, à l’embouchure de l’Hudson. Pendant 60 ans (1892-1954), l’île, et par conséquent New York, fut logiquement l’entrée principale des immigrants venus des autres continents. Un passage obligé où plus de 15 millions de personnes ont transité. La majorité des nouveaux arrivants se sont d’ailleurs ensuite installés à New York.

New York est donc une ville multiculturelle issue de l’immigration, 3 millions de New-Yorkais sont nés à l’étranger. En 2065, un Américain sur trois sera issu de l’immigration selon le Pew Research Center et quelques 800 langues sont parlées dans les 5 quartiers de New York.

Rien d’étonnant à ce que Big Apple fusse l’un des foyers de la contestation contre le Muslim Ban décrété par Donald Trump.

La boucle est désormais bouclée.

Commentaires

Derniers Articles

 

Pedro Pascal star de la prochaine série Star Wars

Nekfeu prête sa voix pour le doublage de « My Hero Academia »

Game of Thrones: HBO dévoile la date de diffusion de la saison 8

Peter Jackson : une date de tournage pour Tintin 2 ?

Who’s She? : un jeu de société sur les femmes extraordinaires qui ont changé le monde !

Mort de Stan Lee : les réactions des stars Marvel

Les sculptures sur fruits et légumes de Gaku

Si les grandes enseignes étaient des sneakers

Il crée de magnifiques compositions florales en forme de sneakers

Une fresque « Super Smash Bros. Ultimate » prend vie

Un premier teaser pour Toy Story 4 !

Cette bibliothèque dévoile un « arbre de Noël » composé de 13.000 livres

La série Westworld touchée par l’incendie en Californie

Une collection Stranger Things chez Pull&Bear

Des peintures classiques visitent le XXIème siècle

Star Wars épisode 9: Matt Smith en jeune Palpatine ?

Game of Thrones : lancement d’une collection de pulls moches de Noël

Une publicité anti-huile de palme interdite de diffusion

L’œuvre « Descension » d’Anish Kapoor exposée à Pékin

Pacific Rim et Altered Carbon adaptés en série animée

Disney va sortir un prequel de Rogue One sur Cassian Andor

Le film « Le Grand Bain » projeté dans une piscine

Des bornes de réalité virtuelle pour se plonger dans la Grande Guerre

Elle photographie des orages et le résultat est captivant