À New York, des histoires d’immigrés au bout du fil

Des reliques d’un temps passé pour raconter des histoires d’immigrés. Il était une fois, New York, et des nombreuses villes dans le monde, abritait des cabines téléphoniques. Quelques tintements de pièces métalliques, des touches pressées à la va-vite et des milliers de personnes pouvaient espérer contacter la personne souhaitée. Mais ça, c’était avant qu’elles ne soient rendues obsolètes par l’arrivée des téléphones portables. Peu à peu, elles ont été délaissées et ont disparu du paysage urbain. Seule une poignée d’entre elles sont encore présentes à New York.

L’artiste américain d’origine afghane, Aman Mojadidi a voulu leur redonner vie à travers l’installation Once Upon a Place. Depuis le 27 juin, trois cabines téléphoniques placées à Times Square permettent d’entendre les histoires (entre 2 et 15 minutes) de 70 immigrés du monde entier vivants dans différents quartiers de New York. Chine, Espagne, Ghana, République Dominicaine ou encore Brésil sont représentés. L’idée est de rendre cette expérience la plus immersive et intime possible, en confinant les personnes dans un endroit clos et calme, propice aux confidences et à l’écoute.

Les visiteurs peuvent également parcourir l’annuaire téléphonique laissé dans chaque cabine pour en connaitre un peu plus sur les différentes communautés peuplant New York et même y confier une partie de leur propre histoire.

« Je voulais que les gens comprennent que des villes comme New York, les grandes villes métropolitaines du monde entier, sont largement contruites par les immigrants qui y viennent, y travaillent et s’y installent », a expliqué l’artiste.

En effet, New York est une ville issue de l’immigration, le film de Martin Scorsese, Gangs of New York, raconte d’ailleurs une partie de son histoire.

Celle d’un territoire éclaté en plusieurs faubourgs qui accueillit des flots d’immigrés, Irlandais pour la plupart, préalablement débarqués à Ellis Island, à l’embouchure de l’Hudson. Pendant 60 ans (1892-1954), l’île, et par conséquent New York, fut logiquement l’entrée principale des immigrants venus des autres continents. Un passage obligé où plus de 15 millions de personnes ont transité. La majorité des nouveaux arrivants se sont d’ailleurs ensuite installés à New York.

New York est donc une ville multiculturelle issue de l’immigration, 3 millions de New-Yorkais sont nés à l’étranger. En 2065, un Américain sur trois sera issu de l’immigration selon le Pew Research Center et quelques 800 langues sont parlées dans les 5 quartiers de New York.

Rien d’étonnant à ce que Big Apple fusse l’un des foyers de la contestation contre le Muslim Ban décrété par Donald Trump.

La boucle est désormais bouclée.

Commentaires

Derniers Articles

 

Hayao Miyazaki et son fils travailleraient sur deux nouveaux projets

Un vrai pickup Chevrolet entièrement fabriqué en LEGO

Ryan Reynolds confirme travailler sur un Deadpool 3

Des fresques murales mettent à l’honneur le Bronx dans le métro new-yorkais

Bumblebee: un tableau réalisé avec du papier bulle

Le tournage des Animaux Fantastiques 3 est repoussé

X-Men : les Nouveaux Mutants, la sortie menacée ?

The Crown: Gillian Anderson incarnera Margaret Thatcher dans la saison 4

Tolkien : le biopic avec Nicholas Hoult sortira en mai prochain

Il dessine un Peppa Pig géant dans la neige pour sa fille

#10yearschallenge : l’avant-après version climat

Ces tatoueurs embellissent les cicatrices

Imma, la nouvelle influenceuse de synthèse

Les tournages de Avatar 2 et 3 sont terminés !

Une tapisserie animée sur l’histoire de Game of Thrones

La vape artistique de Brandon Mitchell

James Lewis reproduit des logos célèbres à main levée

Une boutique se lance dans la fabrication de colliers de nouilles !

John Wick 3 dévoile sa bande annonce

Nike lance des baskets auto-laçantes contrôlées par smartphone

Quand Stephen King sauve la rubrique littéraire d’un journal local

Une chapelle entièrement construite en noir et blanc façon Comics

Un immense disque de glace dans une rivière aux Etats-Unis

Le sable de cette plage ressemble à du popcorn