Un naufrage de 100 ans abandonné en Australie est récupéré par la nature

Au large des côtes australiennes, un naufrage du XIXe siècle se trouve dans la mer, envahi par les mangroves. Les restes de la ville d’Adélaïde ressemblent maintenant à une installation artistique soigneusement conçue.

Il s’agit d’un navire qui a navigué sur les mers pendant plus de 50 ans avant de s’échouer. Situé à Cockle Bay, l’histoire du navire sous l’eau est tout aussi, sinon plus, fascinante que son temps en mer.

Lancé en 1863 à partir de Glasgow, le bateau faisait la navette entre des destinations comme Sydney, Melbourne et Honolulu. Après près de 30 ans, ils ont décidé de transformer le navire en voilier. C’est là que les problèmes ont commencé. Tout d’abord, le bateau est passé du transport de passagers au stockage de charbon et d’autres marchandises.
En 1912, il a pris feu et brûlé pendant plusieurs jours avant que les flammes ne s’éteignent.

Puis, trois ans plus tard, George Butler, un résident de Magnetic Island a acheté le navire. Il pensait pouvoir l’utiliser comme brise-lames pour une jetée à Picnic Bay.  Malheureusement, alors qu’elle était remorquée vers sa destination, la ville d’Adélaïde s’est échouée à Cockle Bay. Il reste là jusqu’à ce jour et avec les décennies qui passent, son état n’a cessé de s’aggraver. 

Un naufrage qui porte malheur ?

En fait, les malheurs de la ville d’Adélaïde n’ont fait qu’augmenter avec le temps. L’épave s’est avérée dangereuse pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’un des grands mâts a abattu un bombardier lors d’un exercice d’entraînement. Trois membres de la Royal Australian Air Force ont perdu la vie dans l’accident. Puis, dans les années 1970, un cyclone a frappé à proximité et a provoqué l’effondrement partiel de la coque en fer du navire. Ces incidents, ainsi que la désintégration naturelle du navire, ont lentement entamé ce qui reste de la ville d’Adélaïde.

Maintenant, la carcasse du naufrage est devenue le foyer d’une forêt florissante de mangroves. Adaptés à la vie dans des conditions difficiles, les arbres se sont retrouvés chez eux dans les restes envasés du navire. Fait intéressant, bien que la ville d’Adélaïde ait fonctionné il y a plus de 100 ans, les mangroves sont relativement nouvelles.

Il bénéficie d’une protection spéciale puisqu’il réside dans un parc marin australien. La pêche commerciale et les chalutiers qui pourraient perturber la zone sont interdits, permettant aux mangroves de se développer en paix et d’envahit lentement cette ruine industrielle. Comme l’un des vingt naufrages autour de l’île, les touristes continuent d’affluer pour voir ce qui reste de la ville d’Adélaïde.

Commentaires

Derniers Articles

 

En Suède, des incroyables mini-maisons pour souris

Un cycliste utilise son GPS pour rendre hommage aux 30 ans de « Nevermind »

Une très rare édition du premier Harry Potter vendue 25 000 €

Le vrai propriétaire du numéro de téléphone du « Squid Game » a reçu 4000 appels

The Witcher : la saison 2 arrive le 17 décembre

La maison de « The Conjuring » est à vendre

Vans rend hommage aux films cultes de l’horreur

La série Cowboy Bebop dévoile son générique

Wes Anderson dévoile un clip animé pour « The French Dispatch »

Le RER C décoré avec des œuvres des musées Parisiens

Glasgow : un immeuble transformé en pâtisserie géante

Chris Pratt sera Mario dans le film « Super Mario Bros »

Nouveau trailer de « Spencer » avec Kristen Stewart dans le rôle de Lady Diana

Pour ses 60 ans, Sophie la Girafe arrive au Musée Grévin

Les Chevaliers du Zodiaque : le film live-action dévoile son casting

Britney vs Spears : le documentaire Netflix se dévoile

Paris Urban Week : ouverture du Festival de la Street Culture

Le titre des « Animaux Fantastiques 3 » dévoilé

James Bond : Aston Martin lance une superbe mini DB5 pour enfants

Premier teaser pour le reboot de “Sex and the City”

« Les Griffin » expliquent l’importance du vaccin contre la COVID-19

Osaka installe des nouvelles plaques d’égout Pokémon

Les finalistes des URBAN Photo Awards 2021

Décès de Claude Lombard, chanteuse des génériques de la 5