Un naufrage de 100 ans abandonné en Australie est récupéré par la nature

Au large des côtes australiennes, un naufrage du XIXe siècle se trouve dans la mer, envahi par les mangroves. Les restes de la ville d’Adélaïde ressemblent maintenant à une installation artistique soigneusement conçue.

Il s’agit d’un navire qui a navigué sur les mers pendant plus de 50 ans avant de s’échouer. Situé à Cockle Bay, l’histoire du navire sous l’eau est tout aussi, sinon plus, fascinante que son temps en mer.

Lancé en 1863 à partir de Glasgow, le bateau faisait la navette entre des destinations comme Sydney, Melbourne et Honolulu. Après près de 30 ans, ils ont décidé de transformer le navire en voilier. C’est là que les problèmes ont commencé. Tout d’abord, le bateau est passé du transport de passagers au stockage de charbon et d’autres marchandises.
En 1912, il a pris feu et brûlé pendant plusieurs jours avant que les flammes ne s’éteignent.

Puis, trois ans plus tard, George Butler, un résident de Magnetic Island a acheté le navire. Il pensait pouvoir l’utiliser comme brise-lames pour une jetée à Picnic Bay.  Malheureusement, alors qu’elle était remorquée vers sa destination, la ville d’Adélaïde s’est échouée à Cockle Bay. Il reste là jusqu’à ce jour et avec les décennies qui passent, son état n’a cessé de s’aggraver. 

Un naufrage qui porte malheur ?

En fait, les malheurs de la ville d’Adélaïde n’ont fait qu’augmenter avec le temps. L’épave s’est avérée dangereuse pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’un des grands mâts a abattu un bombardier lors d’un exercice d’entraînement. Trois membres de la Royal Australian Air Force ont perdu la vie dans l’accident. Puis, dans les années 1970, un cyclone a frappé à proximité et a provoqué l’effondrement partiel de la coque en fer du navire. Ces incidents, ainsi que la désintégration naturelle du navire, ont lentement entamé ce qui reste de la ville d’Adélaïde.

Maintenant, la carcasse du naufrage est devenue le foyer d’une forêt florissante de mangroves. Adaptés à la vie dans des conditions difficiles, les arbres se sont retrouvés chez eux dans les restes envasés du navire. Fait intéressant, bien que la ville d’Adélaïde ait fonctionné il y a plus de 100 ans, les mangroves sont relativement nouvelles.

Il bénéficie d’une protection spéciale puisqu’il réside dans un parc marin australien. La pêche commerciale et les chalutiers qui pourraient perturber la zone sont interdits, permettant aux mangroves de se développer en paix et d’envahit lentement cette ruine industrielle. Comme l’un des vingt naufrages autour de l’île, les touristes continuent d’affluer pour voir ce qui reste de la ville d’Adélaïde.

Commentaires

Derniers Articles

 

Small Is Beautiful : l’art miniature s’expose à Paris

Une boulangerie amoureuse des lapins au Japon

Décès de Clive Sinclair, l’inventeur du ZX Spectrum

Le jeu vidéo DRIVER va être adapté en série

Kathryn Bigelow filme 5 styles de cinéma avec l’iPhone 13 Pro

Lancement d’une gamme de sodas « Cup Noodle »

LG dévoile un écran Home Cinema de 8 mètres de diagonale

La suite de « Jumeaux » avec Schwarzenegger, DeVito et Tracy Morgan

Dua Lipa se transforme en Sailor Moon dans son dernier clip

Red Bull fabrique le plus grand flipper du monde

Japon : des conteneurs de tri sélectif en forme de TITANS

UltraBOOST : Adidas présente sa collection 007

Une société offre 1300 dollars pour regarder 13 films d’horreur

La cabane de Winnie l’ourson à louer sur Airbnb

Lyon : un vélo-bibliothèque part à la rencontre des enfants

SHE-RA : une série live-action en préparation

L’Arc de Triomphe empaqueté par Christo

Narcos: Mexico : la saison 3 débarque en novembre

David Lynch et Pharrell ouvrent une discothèque à Ibiza

Lil Nas X et Elton John s’échangent leurs tenues emblématiques

Les dîners sous dômes « Under The Stars » reviennent à Bruxelles

La nouvelle saison des Simpson arrive sur Disney+

Les plus beaux clichés aériens des Drone Photo Awards 2021

IKEA : une émission de télé-réalité qui vous piège dans les années 90