Décès de Tomi Ungerer, le dessinateur et auteur des « Trois Brigands »

Considéré comme l’un des plus brillants dessinateurs de sa génération, Tomi Ungerer nous a quitté ce samedi 9 février. L’auteur, dessinateur et illustrateur strasbourgeois est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, à Cork, en Irlande, au domicile de sa fille Aria.

« C’était non seulement un énorme artiste, mais c’était aussi un homme qui incarnait la complexité de l’Alsace, sa double culture. On l’imaginait éternel, et voilà qu’il nous quitte », réagit Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg.

Jean de la Lune, Les Trois Brigands…

Ses livres pour enfants Les Trois Brigands et Jean de la Lune ont connu une grande renommée, son affiche contre la ségrégation raciale Black Power/White Power est aussi célèbre.  Ses dessins d’enfance réalisés pendant la Seconde Guerre mondiale montraient déjà son talent.

Marqué par la Seconde Guerre Mondiale

Né en Alsace en 1931, le génial dessinateur et satiriste Tomi Ungerer a 8 ans lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate. Son expérience de la guerre et de l’occupation – des années « absurdes et tragiques » vont profondément marquer sa vision et son œuvre. Celle-ci se caractérise par une aversion envers toute forme de violence, tout préjugé, injustice ou fanatisme.

Son parcours démarre en 1957 à New York quand il débute comme dessinateur et auteur de livres pour enfants. Les Mellops, Les Trois Brigands, Le Géant de Zeralda, Otto comptent aujourd’hui parmi les titres-phares d’une production riche de plus de soixante-dix volumes.

Parallèlement il a créé pour le monde publicitaire des affiches qui ont marqué son temps comme la campagne réalisée pour The New York Times dans les années 1960, ou celles exécutées en Allemagne dans les années 1970 et 1980 pour de grandes entreprises comme Bonduelle ou Nixdorf.

Mais Tomi Ungerer est avant tout un grand dessinateur satirique. Les recueils comme The Party, Babylon et Rigor Mortis montrent combien il a su prendre la mesure du monde contemporain. Les dessins tracés à la plume ou au crayon sont féroces et cyniques, dans la continuité de Daumier, Goya ou Grosz.



Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement