Malabar en a marre de Malabar

La marque Malabar a enterré sa mascotte blonde au profit d’un chat à lunettes.

Triste nouvelle pour les fans de la première heure. La mascotte « eighties » de Malabar, qui venait à la rescousse des enfants dans les cours de récréation, a vécu ses dernières heures. Après plus de quarante ans de bons et loyaux services, Monsieur Malabar a en effet été mis au placard par la marque, au profit d’un félin arborant une cravate et des lunettes de soleil.

La direction de la communication de Malabar s’est justifiée en expliquant que les enfants de 8 à 12 ans, les plus gros consommateurs de ses produits, n’aimaient plus l’armoire à glace blonde emblématique de la marque. Une décision « pas facile à prendre » selon une responsable interrogée par Le Post, qui rappelle que l’entreprise s’est basée sur une « étude complète ».

Une pub doucereuse.

Preuve qu’il ne s’agit pas d’un simple coup de tête, Malabar diffuse désormais un spot télévisé. On y découvre Mabulle le chat, apprenant à des enfants à faire des bulles avec leur Malabar. Pas très héroïque, en comparaison des épiques faits d’armes de Monsieur Malabar.

Malabar, version 2011 :

La nouvelle formule publicitaire de Malabar conserve toutefois une constante. Le célèbre slogan, « Quand y’en a marre, y’a Malabar », n’a en effet pas été court-circuité.

La toile réclame Monsieur Malabar

Pour le public désormais adulte, ou adolescent, Mabulle le chat ne risque pas de détrôner de sitôt le grand bodybuildé. Ainsi, sur la toile, les internautes nostalgiques n’hésitent pas à crier leur désarroi. Sur Facebook, des groupes protestent et exigent le retour de l’icône originelle de la marque.

« Franchement, c’est un peu comme si Coca Cola changeait de couleur et devenait bleu. Ca n’a pas de sens! », raille par exemple Sofie sur la page fans française de Malabar. « Ce chat, on dirait un délinquant », s’inquiète avec humour Amandine. « La retraite à 42 ans? Ok, Malabar est bien français », écrit encore Grégory.

Mabulle nuira-t-il aux chiffres de Malabar ?

Si le pied-de-nez est de mise, certains internautes semblent sincèrement préoccupés pour l’avenir de la marque. « Vous faites une grave erreur de cible commerciale, navré qu’elle puisse être fatale à la pérennité de votre activité », s’inquiète ainsi François. L’histoire n’est en tout cas pas sans rappeler celle de Grosquick, remplacé par Quicky il y a une vingtaine d’années, ou celle plus récente de Rodolphe, l’icône geek de Free, qui a pris le large il y a quelques mois. Les temps changent… ©europe1.fr

retrouver ce média sur www.ina.fr


retrouver ce média sur www.ina.fr


retrouver ce média sur www.ina.fr


retrouver ce média sur www.ina.fr

Commentaires

Derniers Articles

 

Booba incarne Batman dans son dernier clip animé

Privé de Mondial par sa femme, ses amis emportent en Russie sa silhouette en carton

Les comics Stranger Things se dévoilent

Quand les supermarchés se mettent à l’heure de la Coupe du Monde

Une marque italienne présente des baskets-escarpins

Game of Thrones : C’est fini pour Emilia Clarke

1000 fans de Tolkien rejouent la Bataille des Cinq Armées

Les gobelets Starbucks customisés d’Anne Loveart

Jay-Z et Beyoncé dévoile un clip complètement fou au Louvre

« Jeanne et Serge » dans la nouvelle collection de prêt-à-porter signée MSGM

American Express lance une carte de crédit à base de plastique marin

Une veste intelligente et connectée pour faciliter la vie des cyclistes

Le prochain Lucky Luke se déroulera à Paris

Les Indestructibles 2 effectue le meilleur démarrage de tous les temps pour un film d’animation

Un nouvel escape game « SAW » ouvre à Paris

Une exposition « Tom-Tom et Nana » à Angoulême

Le plan de Métro des bars parisiens qui suivent la Coupe du Monde

Dragon Ball : des Nike « GOKU » signées Walsh Design

Domino’s Pizza répare les routes pour améliorer son service de livraison

Le « Donkey Kong » des années 80 débarque sur Nintendo Switch

Un garçon invente une prothèse inspiré de Docteur Octopus pour un enfant de 10 ans

Salto : lancement d’un Netflix à la française

Les plus belles photos du concours National Geographic 2018

Quand Tom Bob détourne des éléments urbains