Malabar en a marre de Malabar

La marque Malabar a enterré sa mascotte blonde au profit d’un chat à lunettes.

Triste nouvelle pour les fans de la première heure. La mascotte « eighties » de Malabar, qui venait à la rescousse des enfants dans les cours de récréation, a vécu ses dernières heures. Après plus de quarante ans de bons et loyaux services, Monsieur Malabar a en effet été mis au placard par la marque, au profit d’un félin arborant une cravate et des lunettes de soleil.

La direction de la communication de Malabar s’est justifiée en expliquant que les enfants de 8 à 12 ans, les plus gros consommateurs de ses produits, n’aimaient plus l’armoire à glace blonde emblématique de la marque. Une décision « pas facile à prendre » selon une responsable interrogée par Le Post, qui rappelle que l’entreprise s’est basée sur une « étude complète ».

Une pub doucereuse.

Preuve qu’il ne s’agit pas d’un simple coup de tête, Malabar diffuse désormais un spot télévisé. On y découvre Mabulle le chat, apprenant à des enfants à faire des bulles avec leur Malabar. Pas très héroïque, en comparaison des épiques faits d’armes de Monsieur Malabar.

Malabar, version 2011 :

La nouvelle formule publicitaire de Malabar conserve toutefois une constante. Le célèbre slogan, « Quand y’en a marre, y’a Malabar », n’a en effet pas été court-circuité.

La toile réclame Monsieur Malabar

Pour le public désormais adulte, ou adolescent, Mabulle le chat ne risque pas de détrôner de sitôt le grand bodybuildé. Ainsi, sur la toile, les internautes nostalgiques n’hésitent pas à crier leur désarroi. Sur Facebook, des groupes protestent et exigent le retour de l’icône originelle de la marque.

« Franchement, c’est un peu comme si Coca Cola changeait de couleur et devenait bleu. Ca n’a pas de sens! », raille par exemple Sofie sur la page fans française de Malabar. « Ce chat, on dirait un délinquant », s’inquiète avec humour Amandine. « La retraite à 42 ans? Ok, Malabar est bien français », écrit encore Grégory.

Mabulle nuira-t-il aux chiffres de Malabar ?

Si le pied-de-nez est de mise, certains internautes semblent sincèrement préoccupés pour l’avenir de la marque. « Vous faites une grave erreur de cible commerciale, navré qu’elle puisse être fatale à la pérennité de votre activité », s’inquiète ainsi François. L’histoire n’est en tout cas pas sans rappeler celle de Grosquick, remplacé par Quicky il y a une vingtaine d’années, ou celle plus récente de Rodolphe, l’icône geek de Free, qui a pris le large il y a quelques mois. Les temps changent… ©europe1.fr

retrouver ce média sur www.ina.fr


retrouver ce média sur www.ina.fr


retrouver ce média sur www.ina.fr


retrouver ce média sur www.ina.fr

Commentaires

Derniers Articles

 

Une collaboration entre Tic Tac et Coca-Cola

L’incendie de Notre-Dame de Paris adapté en série

Zoe Kravitz sera la prochaine Catwoman

Ils fabriquent la plus grande planche de OUIJA du monde

Le catalogue de Disney+ enfin dévoilé

Maléfique : une affiche végétale installée à Paris

Ce fan de JOKER retrouve les lieux de tournage

Uber pourrait livrer vos courses dès 2020 !

Voyages en Méditerranée : la nouvelle exposition immersive de L’Atelier des Lumières

Blackout de Fortnite : les meilleures réactions de Twitter

Vous pouvez maintenant dormir dans une réplique du manoir de la Famille Addams

Une pieuvre gonflable géante installée dans un restaurant

Charlie’s Angels dévoile son nouveau trailer

Le jeu UNO arrive dans une version braille

Une exposition effrayante sur les vampires à Paris

Brad Pitt dans le casting de Peaky Blinders ?

The Walkin Rover, le premier robot lunaire anglais à quatre pattes

Jason Bourne : la série « Treadstone » arrive en France

Tous les Jokers du cinéma dans le générique de FRIENDS

La pop culture s’invite sur des ballots de paille

Un superbe cosplay du Géant de Fer au Comic Con de New York

Dustin de Stranger Things piège des inconnus avec des caméras cachées

Lumos Matrix, le casque de vélo connecté d’Apple

Ghostbusters: lancement d’une attraction équipée de casques AR