L’Oréal condamné pour publicité mensongère en Suède

STOCKHOLM (AFP) – Un tribunal de commerce suédois a estimé mercredi que la filiale suédoise du géant des cosmétiques L’Oréal avait violé les règles sur la publicité dans deux encarts publicitaires trompant les consommateurs sur les effets anti-vieillissement de certaines crèmes de soin.

Le tribunal a jugé que deux publicités pour les crèmes « Vichy Liftactiv Pro » et « Lancome High Resolution » parues dans des magazines féminins en 2006 induisaient les consommateurs en erreur, selon les documents rendus publics par la cour.

Les publicités affirmaient que l’une des crèmes réduisait les rides « à la vitesse d’un laser », diminuant leur visibilité de 43% ou de 70%, selon les annonces publicitaires, et que l’autre crème réduisait les rides en reconstituant l’épiderme.

Ces deux assertions contreviennent aux règles du marché suédois de la publicité, a estimé la cour.

La filiale de L’Oréal, L’Oréal Swedens AB, a été condamnée à payer les frais de justice du médiateur qui l’avait poursuivie en justice l’année dernière.

Le tribunal lui a interdit l’usage d’un certain nombre d’affirmations vantant de prétendues vertus de crèmes de beauté, et notamment d’affirmer qu’elles « réparent les rides de l’intérieur » et « réduisent les rides jusqu’à 40% ».

La justice suédoise interdit désormais à L’Oréal d’utiliser « des images qui induisent les consommateurs en erreur quant aux effets du produit ».

Si elle ne respectait pas le jugement, la société pourrait avoir à payer une amende d’un million de couronnes suédoises (109.115 euros).

« Ce verdict est un grand succès et fixe une ligne de conduite pour toutes les sociétés qui vendent des crèmes de beauté. Il est désormais plus clair que vous ne pouvez pas dire ce que vous voulez, en mots ou en images, dans une publicité », s’est félicitée l’adjointe au médiateur pour la consommation, Agnes Broberg, dans un communiqué.

L’Oreal Sweden AB n’avait pas pu être joint mercredi pour commenter la décision.

L’affaire avait débuté en 2005, quand une association de consommateurs de Stockholm avait évalué l’exactitude de 58 annonces publicitaires pour des crèmes pour le visage. Elle avait saisi le médiateur pour six publicités qu’elle jugeait mensongères. Ce dernier a saisi la justice pour deux d’entre elles.


Publié le 02 Décembre 2010 Copyright © 2010 Dowjones (source)

Commentaires

Derniers Articles

 

G-SHOCK lance un modèle Captain Tsubasa

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion