Une exposition pour les 50 ans des « Shadoks »

Créée par Jacques Rouxel, Les Shadoks est une série télévisée d’animation française en 208 épisodes diffusée sur la Première chaîne de l’ORTF entre le 29 avril 19681 et 1973 (trois premières saisons) et à partir de janvier 2000 (quatrième saison) sur Canal+.

Dans le cadre des « Rencontres de l’Illustration » et en partenariat avec le Shadok, Fabrique du Numérique, le Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration propose de découvrir ou de redécouvrir la fameuse série télévisée d’animation imaginée en 1968 par Jacques Rouxel (1931-2004). Pour la première fois l’œuvre du créateur est exposée dans un musée labellisé « Musée de France » avec l’objectif de l’inscrire dans l’histoire de l’illustration du XXe siècle.

Une sélection de 250 dessins et celluloïds

Empreints de l’esprit surréaliste d’Alfred Jarry et d’un humour absurde, les personnages stylisés des Shadoks et de leurs ennemis les Gibis ont bouleversé les habitudes des téléspectateurs français. C’est en effet à une véritable « révolution animée » qu’ils ont été conviés. La série, dont le style est aux antipodes des réalisations de Walt Disney, témoigne d’un changement radical du dessin animé. Elle se distingue par l’originalité de son sujet, une odyssée de l’espace en phase avec des préoccupations contemporaines. Elle est aussi le reflet du bouillonnement culturel et du bouleversement social de l’époque, marqués par les événements de mai 1968. Devenus des symboles de la contre-culture et d’une fantaisie débridée, les Shadoks ont été diffusés à la télévision française en quatre séries (1968, 1969, 1972 et 2000).

Une sélection de 250 dessins, story-boards et celluloïds qui ont servi à l’élaboration de ces films, ont été prêtés par le studio aaa production (animation art-graphique audiovisuel), qui a été créé en 1973 par Jacques Rouxel lui-même, son épouse et productrice Marcelle Ponti-Rouxel et le réalisateur Jean-Paul Couturier. Ces œuvres sont mises en regard avec des documents d’archives mis à disposition par l’INA et le Musée de la photographie Nicéphore-Niépce ainsi qu’avec des séquences animées.

Ces documents permettent de découvrir le processus de création de l’auteur, des dessins préparatoires au résultat final, à travers différentes techniques et outils employés, de l’Animographe au système classique d’animation sur celluloïds.
Les dessins sont également contextualisés avec diverses sources littéraires et graphiques qui ont inspiré Jacques Rouxel, de Saul Steinberg à Tomi Ungerer en passant par James Thurber et Le Roman de Renart. Le visiteur peut ainsi mesurer combien l’inventivité et la qualité de cette série télévisée ont su renouveler l’univers du « dessin animé ».

Musée Tomi Ungerer — Centre international de l’Illustration

Villa Greiner / 2, avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg /
Horaires : de 10h à 18h. Fermé le mardi
Tél. 03 68 98 51 53 musees.strasbourg.eu

Commentaires

Derniers Articles

 

Paris : une course Mario Kart grandeur nature en septembre

Cette application plonge votre portrait dans l’histoire de l’art

Le Havre : un voyage immersif dans l’œuvre de Van Gogh

Sony : une exposition célèbre les 40 ans du WALKMAN®

Top Gun 2 dévoile sa bande-annonce

Ça Chapitre 2 dévoile une nouvelle bande-annonce

La mairie de Royan installe des affiches qui demandent aux hommes de se rhabiller

Quand Stranger Things rencontre la série Magnum

Jason Momoa invité d’honneur d’un épisode des Simpson

Warhammer 40K va être adapté en série live

Nike présente une collection de sneakers Bob l’Éponge

Pays-Bas : 300 abrisbus transformés en refuges pour abeilles

Elle crée un moule pour faire des chats de sable à la plage

Instagram : WWF lance une géolocalisation fictive pour protéger la nature

Quand un serrurier ouvre les portes de la fiction

Lupin III : le nouveau film en 3D dévoile son trailer

Nike lance des sneakers Nintendo 64

EasyJet installe 300 bibliothèques pour enfants à bord de ses avions

Un nouveau street-art 3D impressionnant signé Peeta

La version Russe du générique des Simpson

L’émission « Strip-Tease » fait son grand retour

Elle réalise des cartes Pokemon à l’effigie de votre animal de compagnie

Une campagne transforme les conducteurs en animaux sauvages

Spécialiste du deepfake, ce Youtubeur revisite le cinéma