Une exposition pour les 50 ans des « Shadoks »

Créée par Jacques Rouxel, Les Shadoks est une série télévisée d’animation française en 208 épisodes diffusée sur la Première chaîne de l’ORTF entre le 29 avril 19681 et 1973 (trois premières saisons) et à partir de janvier 2000 (quatrième saison) sur Canal+.

Dans le cadre des « Rencontres de l’Illustration » et en partenariat avec le Shadok, Fabrique du Numérique, le Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration propose de découvrir ou de redécouvrir la fameuse série télévisée d’animation imaginée en 1968 par Jacques Rouxel (1931-2004). Pour la première fois l’œuvre du créateur est exposée dans un musée labellisé « Musée de France » avec l’objectif de l’inscrire dans l’histoire de l’illustration du XXe siècle.

Une sélection de 250 dessins et celluloïds

Empreints de l’esprit surréaliste d’Alfred Jarry et d’un humour absurde, les personnages stylisés des Shadoks et de leurs ennemis les Gibis ont bouleversé les habitudes des téléspectateurs français. C’est en effet à une véritable « révolution animée » qu’ils ont été conviés. La série, dont le style est aux antipodes des réalisations de Walt Disney, témoigne d’un changement radical du dessin animé. Elle se distingue par l’originalité de son sujet, une odyssée de l’espace en phase avec des préoccupations contemporaines. Elle est aussi le reflet du bouillonnement culturel et du bouleversement social de l’époque, marqués par les événements de mai 1968. Devenus des symboles de la contre-culture et d’une fantaisie débridée, les Shadoks ont été diffusés à la télévision française en quatre séries (1968, 1969, 1972 et 2000).

Une sélection de 250 dessins, story-boards et celluloïds qui ont servi à l’élaboration de ces films, ont été prêtés par le studio aaa production (animation art-graphique audiovisuel), qui a été créé en 1973 par Jacques Rouxel lui-même, son épouse et productrice Marcelle Ponti-Rouxel et le réalisateur Jean-Paul Couturier. Ces œuvres sont mises en regard avec des documents d’archives mis à disposition par l’INA et le Musée de la photographie Nicéphore-Niépce ainsi qu’avec des séquences animées.

Ces documents permettent de découvrir le processus de création de l’auteur, des dessins préparatoires au résultat final, à travers différentes techniques et outils employés, de l’Animographe au système classique d’animation sur celluloïds.
Les dessins sont également contextualisés avec diverses sources littéraires et graphiques qui ont inspiré Jacques Rouxel, de Saul Steinberg à Tomi Ungerer en passant par James Thurber et Le Roman de Renart. Le visiteur peut ainsi mesurer combien l’inventivité et la qualité de cette série télévisée ont su renouveler l’univers du « dessin animé ».

Musée Tomi Ungerer — Centre international de l’Illustration

Villa Greiner / 2, avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg /
Horaires : de 10h à 18h. Fermé le mardi
Tél. 03 68 98 51 53 musees.strasbourg.eu

Commentaires

Derniers Articles

 

Une borne d’écoute géante du nouvel album de Johnny Hallyday à la Gare Saint-Lazare

Pour Halloween, elle se fabrique des « Polly Pocket » Famille Adams

Nose Warmer : le nouveau concept de cache-nez pour l’hiver

Ces pièces ont des mécanismes secrets dignes d’Indiana Jones

1993 : quand Kyan Khojandi était mannequin pour Leclerc

Le film « Un Prophète » va être adapté en série

Cet artiste comble les nids-de-poules avec des mosaïques

The Cure ouvrira le festival Rock en Seine en 2019

Il place l’univers Disney face aux désastres écologiques

Saint Seiya débarque dans une publicité Snickers

Les anamorphoses animées sur tasses de Luycho

Un compte Instagram spécialiste de l’estampe

Le prochain Astérix dévoile sa bande-annonce !

Des Air Jordan « GameBoy »

Avec des craies, elle met en scène son bébé dans de drôles de films

Un reboot de la série « Alias » en préparation

Beetlejuice : première image pour la comédie musicale version Broadway

Les odeurs de Star Wars dans une collection de bougies parfumées

Le film Playmobil dévoile une première image

Une fresque Robin Williams apparaît à Chicago

Les marque-pages créatifs d’Olena

Les sculptures culinaires avec de vieux matelas compilées dans un livre

Richard Madden de Game of Thrones pressenti pour incarner James Bond

Le robots en origami de Dani Alba