Une exposition pour les 50 ans des « Shadoks »

Créée par Jacques Rouxel, Les Shadoks est une série télévisée d’animation française en 208 épisodes diffusée sur la Première chaîne de l’ORTF entre le 29 avril 19681 et 1973 (trois premières saisons) et à partir de janvier 2000 (quatrième saison) sur Canal+.

Dans le cadre des « Rencontres de l’Illustration » et en partenariat avec le Shadok, Fabrique du Numérique, le Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’Illustration propose de découvrir ou de redécouvrir la fameuse série télévisée d’animation imaginée en 1968 par Jacques Rouxel (1931-2004). Pour la première fois l’œuvre du créateur est exposée dans un musée labellisé « Musée de France » avec l’objectif de l’inscrire dans l’histoire de l’illustration du XXe siècle.

Une sélection de 250 dessins et celluloïds

Empreints de l’esprit surréaliste d’Alfred Jarry et d’un humour absurde, les personnages stylisés des Shadoks et de leurs ennemis les Gibis ont bouleversé les habitudes des téléspectateurs français. C’est en effet à une véritable « révolution animée » qu’ils ont été conviés. La série, dont le style est aux antipodes des réalisations de Walt Disney, témoigne d’un changement radical du dessin animé. Elle se distingue par l’originalité de son sujet, une odyssée de l’espace en phase avec des préoccupations contemporaines. Elle est aussi le reflet du bouillonnement culturel et du bouleversement social de l’époque, marqués par les événements de mai 1968. Devenus des symboles de la contre-culture et d’une fantaisie débridée, les Shadoks ont été diffusés à la télévision française en quatre séries (1968, 1969, 1972 et 2000).

Une sélection de 250 dessins, story-boards et celluloïds qui ont servi à l’élaboration de ces films, ont été prêtés par le studio aaa production (animation art-graphique audiovisuel), qui a été créé en 1973 par Jacques Rouxel lui-même, son épouse et productrice Marcelle Ponti-Rouxel et le réalisateur Jean-Paul Couturier. Ces œuvres sont mises en regard avec des documents d’archives mis à disposition par l’INA et le Musée de la photographie Nicéphore-Niépce ainsi qu’avec des séquences animées.

Ces documents permettent de découvrir le processus de création de l’auteur, des dessins préparatoires au résultat final, à travers différentes techniques et outils employés, de l’Animographe au système classique d’animation sur celluloïds.
Les dessins sont également contextualisés avec diverses sources littéraires et graphiques qui ont inspiré Jacques Rouxel, de Saul Steinberg à Tomi Ungerer en passant par James Thurber et Le Roman de Renart. Le visiteur peut ainsi mesurer combien l’inventivité et la qualité de cette série télévisée ont su renouveler l’univers du « dessin animé ».

Musée Tomi Ungerer — Centre international de l’Illustration

Villa Greiner / 2, avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg /
Horaires : de 10h à 18h. Fermé le mardi
Tél. 03 68 98 51 53 musees.strasbourg.eu



Commentaires

Derniers Articles

 

G-SHOCK lance un modèle Captain Tsubasa

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion