Les Mandalas en cailloux de Jon Foreman

L’artiste Jon Foreman exprime son art en disposant des pierres en formations graphiques sur la plage. Sa pratique, qu’il appelle Sculpt the World, présente des cailloux façonnés en motifs tourbillonnants. Ainsi que des cercles géants contenant un éventail de teintes arc-en-ciel.

« Ce processus est une thérapie pour moi », explique Foreman à My Modern Met« Le simple fait de placer pierre sur pierre dans le sable est très thérapeutique. Je suis sûr que nous apprécions tous une promenade sur la plage, mais ce processus me semble plus immersif. Être là dans la nature, me perdre dans le travail, avoir laissé derrière moi tout le stress de la vie de tous les jours. »

Jon Foreman habite dans le Pembrokeshire, au Pays de Galles, qui abrite un littoral généreux.

« Les plages ici sont vraiment exceptionnelles et il y en a tellement. », explique-t-il. «Je doute que j’en ai même visité la moitié. »

À son arrivée sur une plage, il prévoit d’y passer quatre heures (en moyenne) pour créer son œuvre d’art.

« Parfois, j’ai une idée de ce que j’aimerais essayer, mais je le dessine très rarement complètement. J’aime bien ne pas savoir exactement comment cela se passera jusqu’à ce qu’il soit là devant moi. »

Bien que beaucoup puissent trouver intimidant de travailler sans plan, Jon Foreman trouve l’inconnu réconfortant. En n’ayant aucune idée préconçue de ce qu’il créera, il trouve qu’il est plus susceptible d’expérimenter et de développer de nouvelles facettes de son travail.

Ses oeuvres faites de cailloux sont éphémères

Le land art est éphémère et sera finalement récupéré par la terre dont il est issu.

« Cela devient souvent une course vers la fin à mesure que les vagues se rapprochent », explique Jon Foreman.
« J’essaie de rester pour voir le travail s’effacer et saisir le moment de l’impact. »

Jon Foreman choisit de voir la beauté dans la courte durée de vie de son travail. 
« Je crée en utilisant du matériel fabriqué à partir de cet environnement pour cet environnement. La marée lave tout cela jusqu’à la ligne de marée, et je reviens le lendemain avec une toile vide pour travailler. Les gens demandent souvent si cela me dérange que le travail doive éventuellement disparaître. À cela, je dis : pas du tout.  En fait, le fait que ce soit de courte durée le rend plus spécial. »

Commentaires

Derniers Articles

 

Small Is Beautiful : l’art miniature s’expose à Paris

Une boulangerie amoureuse des lapins au Japon

Décès de Clive Sinclair, l’inventeur du ZX Spectrum

Le jeu vidéo DRIVER va être adapté en série

Kathryn Bigelow filme 5 styles de cinéma avec l’iPhone 13 Pro

Lancement d’une gamme de sodas « Cup Noodle »

LG dévoile un écran Home Cinema de 8 mètres de diagonale

La suite de « Jumeaux » avec Schwarzenegger, DeVito et Tracy Morgan

Dua Lipa se transforme en Sailor Moon dans son dernier clip

Red Bull fabrique le plus grand flipper du monde

Japon : des conteneurs de tri sélectif en forme de TITANS

UltraBOOST : Adidas présente sa collection 007

Une société offre 1300 dollars pour regarder 13 films d’horreur

La cabane de Winnie l’ourson à louer sur Airbnb

Lyon : un vélo-bibliothèque part à la rencontre des enfants

SHE-RA : une série live-action en préparation

L’Arc de Triomphe empaqueté par Christo

Narcos: Mexico : la saison 3 débarque en novembre

David Lynch et Pharrell ouvrent une discothèque à Ibiza

Lil Nas X et Elton John s’échangent leurs tenues emblématiques

Les dîners sous dômes « Under The Stars » reviennent à Bruxelles

La nouvelle saison des Simpson arrive sur Disney+

Les plus beaux clichés aériens des Drone Photo Awards 2021

IKEA : une émission de télé-réalité qui vous piège dans les années 90