L’Écosse vote la gratuité des protections périodiques

Une étude réalisée par Plan International UK a montré que 15% des filles avaient du mal à acheter des produits sanitaires au Royaume-Uni. En outre, l’étude a révélé que près de la moitié des filles âgées de 14 à 21 ans au Royaume-Uni sont gênées par leurs règles. Cette recherche a démontré que la pauvreté et la stigmatisation sont de véritables problèmes. Ainsi l’Écosse présente un projet de loi pour rendre les articles sanitaires gratuits dans tout le pays.

L’Écosse vient d’approuver la première étape du projet de loi qui rendrait les protections périodiques entièrement gratuites.

Le projet de loi sur les protections périodiques d’Écosse, présenté par Monica Lennon, a été voté pour la première fois. Si le projet de loi devient loi, le gouvernement devra prendre des mesures. En effet, il devra veiller à ce que les produits gratuits soient disponibles pour ceux qui en ont besoin. Le projet de loi devrait faire de l’Écosse le premier pays au monde à rendre les produits d’hygiène menstruelle gratuits.

« Pas une seule femme ne devrait avoir à vivre sans protections périodiques »

En moyenne, les protections périodiques coûtent environ 10 euros chaque mois. Ce qui les rend inabordables pour ceux qui vivent avec un revenu très faible.

« Ce ne sont pas des articles de luxe. Ils sont en effet essentiels et personne en Écosse ne devrait se passer de protections périodiques », a déclaré la députée écossaise Monica Lennon.

Certaines entreprises locales se sont également jointes à la cause. En effet, de nombreux pubs et restaurateurs fournissant gratuitement des produits sanitaires.

Plusieurs pays dans le monde luttent contre la pauvreté en rendant les articles sanitaires exonérés d’impôt. Cela comprend une douzaine d’États aux États-Unis et d’autres pays. Tels que la Colombie, le Kenya, la Malaisie, le Canada, l’Australie, l’Inde, l’Ouganda, le Nicaragua, la Jamaïque, le Nigéria, et le Liban.

Le Royaume-Uni n’a pas été en mesure de supprimer une taxe de 5% en raison des règles de l’Union européenne. Néanmoins, le gouvernement a fait don de la « taxe sur les tampons ». Pour soutenir les organisations féminines et les associations caritatives.

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement