Le journaliste allemand Günter Wallraff expérimente le racisme au quotidien

En se mettant dans la peau des exclus, le célèbre journaliste Günter Wallraff met à nu l’inconscient d’une certaine Allemagne blanche et raciste.

En 1961, John H. Griffin publiait Dans la peau d’un Noir : un voyage au bout de l’enfer sudiste américain, où l’auteur grimé en Afro-Américain exposait la présence d’un racisme névrotique généralisé.

Cinquante ans après, le journaliste allemand Günter Wallraff, devenu célèbre en 1986 avec son enquête Tête de Turc, se met à son tour dans la peau d’un Noir (celle d’un immigré somalien) traversant l’Allemagne d’ouest en est durant un an. Son voyage en Allemagne n’a rien à envier à celui de Griffin en Amérique : le même effroi s’en dégage.

Quelque chose d’éprouvant transpire tout au long du documentaire, mettant à nu une réalité insoupçonnée à défaut d’être insoupçonnable. Plus qu’elle ne se libère, la parole se défoule ici dans toute sa monstruosité : la peur, le préjugé, la haine affleurent sans cesse, dans le regard et la voix de nombreux Allemands blancs, de tous âges, agents immobiliers, supporters de foot, randonneurs, patrons de bar…

Eprouver pour comprendre

Le racisme est au coin de la rue, Wallraff mesure avec effarement l’étendue du mal. Filmé en caméra cachée par deux complices mêlés à de multiples situations concrètes – la recherche d’un appartement, la discussion au café, une promenade dans la rue, une sortie en boîte de nuit… –, le journaliste indésirable met son travestissement au profit d’une révélation sociologique inavouable, déjà déployée dans son dernier livre Parmi les perdants du meilleur des mondes (La Découverte).

Pour comprendre, l’auteur a toujours eu besoin d’éprouver : se faire jeter d’un café ou d’un bus parce qu’on est noir, il faut le vivre pour le croire. Le déguisement a la puissance d’un subterfuge démoniaque qui met à nu une réalité sociale, partielle mais tenace. Le costume et le maquillage révèlent les seuls et vrais artifices : ceux d’une société qui se cache à elle-même ses propres vices. ©LesInrocks

Commentaires

Derniers Articles

 

Ce kraken géant est un futur récif corallien

Il photographie les plus belles bibliothèques du monde

Stranger Things: un kit à imprimer transforme votre tablette en téléviseur de 1983

Quand des visiteurs sont assortis aux œuvres du musée

Ce pont suspendu en verre donne des frissons

Les Tamagotchi sont de retour !

Ce chorégraphe met les monuments en mouvement au Panthéon

Les bars avec lancer de haches débarquent en France

Il photographie les mêmes passants pendant 9 ans

Game of Thrones: Nike lance des sneakers Khaleesi

Montréal : ce pont s’illumine au rythme des tweets

Des maisons en kit à acheter sur Amazon

Une « Fury Room » ouvre à Paris. Venez tout casser !

Vous prendrez bien un café en 3D ?

Tout quitter pour voyager avec son chat dans un camping-car

Le Robert lance « 60 dessins pour ne plus faire de fautes »

La série animée des Monchhichi débarque sur TF1

Halloween : des hologrammes terrifiants pour la maison

Des milliers de livres publiés avant 1942 en accès libre

Cyclistes, cette écharpe airbag est faite pour vous !

Cette artiste réalise d’incroyables perruques en papier

1875, les premières photos d’Halloween

Une maison Wes Anderson est maintenant disponible sur Airbnb

Ce chauffeur de taxi new-yorkais a pris ses clients en photo pendant 30 ans

1ba5c426910ffb68d9ede41086eb08bcgggggggggggggg