Le journaliste allemand Günter Wallraff expérimente le racisme au quotidien

En se mettant dans la peau des exclus, le célèbre journaliste Günter Wallraff met à nu l’inconscient d’une certaine Allemagne blanche et raciste.

En 1961, John H. Griffin publiait Dans la peau d’un Noir : un voyage au bout de l’enfer sudiste américain, où l’auteur grimé en Afro-Américain exposait la présence d’un racisme névrotique généralisé.

Cinquante ans après, le journaliste allemand Günter Wallraff, devenu célèbre en 1986 avec son enquête Tête de Turc, se met à son tour dans la peau d’un Noir (celle d’un immigré somalien) traversant l’Allemagne d’ouest en est durant un an. Son voyage en Allemagne n’a rien à envier à celui de Griffin en Amérique : le même effroi s’en dégage.

Quelque chose d’éprouvant transpire tout au long du documentaire, mettant à nu une réalité insoupçonnée à défaut d’être insoupçonnable. Plus qu’elle ne se libère, la parole se défoule ici dans toute sa monstruosité : la peur, le préjugé, la haine affleurent sans cesse, dans le regard et la voix de nombreux Allemands blancs, de tous âges, agents immobiliers, supporters de foot, randonneurs, patrons de bar…

Eprouver pour comprendre

Le racisme est au coin de la rue, Wallraff mesure avec effarement l’étendue du mal. Filmé en caméra cachée par deux complices mêlés à de multiples situations concrètes – la recherche d’un appartement, la discussion au café, une promenade dans la rue, une sortie en boîte de nuit… –, le journaliste indésirable met son travestissement au profit d’une révélation sociologique inavouable, déjà déployée dans son dernier livre Parmi les perdants du meilleur des mondes (La Découverte).

Pour comprendre, l’auteur a toujours eu besoin d’éprouver : se faire jeter d’un café ou d’un bus parce qu’on est noir, il faut le vivre pour le croire. Le déguisement a la puissance d’un subterfuge démoniaque qui met à nu une réalité sociale, partielle mais tenace. Le costume et le maquillage révèlent les seuls et vrais artifices : ceux d’une société qui se cache à elle-même ses propres vices. ©LesInrocks

Commentaires

Derniers Articles

 

Un dôme transparent sur un toit londonien signé Alexander McQueen

Jurassic Park dévoile son nouveau Flipper

En Espagne, une résidence Airbnb attire les fans de « Squid Game »

Goldorak revient dans une nouvelle BD française

Une nouvelle saison de « Sauvés par le Gong » débarque en Novembre

Orelsan : une exposition sur 245 km à ciel ouvert

Voyagez dans un train décoré par Wes Anderson

Hair : le court-métrage de CUT BY FRED pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein

Abu Dhabi vient d’organiser un Squid Game grandeur nature

LEGO va supprimer les catégories « filles/garçons » pour ses jouets

Le remake de « Maman, j’ai raté l’avion ! » dévoile son trailer

Le prochain SCREAM dévoile sa bande-annonce

Une fresque de Kanye West mise en vente en NFT

Le nouveau Superman est bisexuel dans un Comics

Astérix et le griffon : le prochain album d’Astérix se dévoile

Lutti lance des bonbons en forme de Pokémon

Lancement d’un modèle Air Jordan « Max et les Maximonstres »

That ’90s Show : Netflix prépare le spin-off de la série « That ’70s Show »

Premières images de Timothée Chalamet en Willy Wonka

Billie Eilish et Nike lancent deux paires de sneakers vegan

Jung Ho-yeon : la nouvelle star de Squid Game

Un billboard 3D géant de Dragon Ball

Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City dévoile son trailer

LEGO lance un set impressionnant dédié au TITANIC