Le général Franco exposé dans un frigo !

Au Salon de l’art contemporain de Madrid (Arco), qui s’est ouvert mercredi, la sculpture plus vraie que nature de l’ancien dictateur espagnol Francisco Franco jette un froid.

Cette oeuvre inattendue, signée de l’artiste espagnol Eugenio Merino, montre le général en uniforme kaki et lunettes de soleil, les genoux pliés, debout dans un réfrigérateur surmonté d’un panneau rouge barré d’une bande blanche qui rappelle fortement le logo de Coca-Cola. Francisco Franco (1892-1975) imposa une dictature à l’Espagne entre 1939 et sa mort en 1975, survenue à quelques jours de ses 83 ans.
Franco, une image toujours « vivante et fraîche »

 » L’image de Franco en Espagne est toujours vivante »

La sculpture baptisée « Always Franco » (Toujours Franco) veut rappeler que l’ancien dictateur demeure présent à la une de l’actualité en Espagne, 37 ans après sa mort. « Cela représente l’idée qu’en Espagne, les gens gardent très vivante l’image de Franco. On n’arrête pas de parler de lui, de débattre à son sujet. Le réfrigérateur est le lieu où les choses restent vivantes et fraîches », explique l’artiste à l’AFP.
Pour illustrer son propos, Eugenio Merino cite pour exemple le récent procès du juge Baltasar Garzon, poursuivi pour avoir tenté d’enquêter sur le sort des disparus de la Guerre civile et du franquisme, ou encore la polémique autour de la publication en 2011 d’une biographie favorable au dictateur par l’Académie royale d’histoire espagnole.

L’Espagne reste « très divisée » autour de la dictature

« Il y a des gens qui aiment beaucoup la sculpture, d’autres qui ne veulent pas la voir. L’Espagne est très divisée autour du thème de la dictature », remarque Eugenio Merino, né quelques mois après la mort du « Caudillo » (le « guide », selon le titre que le général s’auto-attribua), survenue le 20 novembre 1975.

Le jeune artiste a déjà fait sensation lors de précédentes éditions du salon. En 2010, l’ambassade d’Israël à Madrid avait protesté à propos d’une sculpture, « Stairway to Heaven » (Escalier vers le ciel), qui montrait un musulman priant à genoux, un prêtre catholique sur son dos et un rabbin priant lui aussi sur les épaules du prêtre.

A Barcelone, la galerie ADN a mis l’oeuvre en vente pour 30.000 euros. La sculpture, faite de résine, de silicone et de cheveux humains, est l’une des plus prisées par les visiteurs du salon, qui expose des oeuvres de 215 galeries de 29 pays. via ©FranceTV

 

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement