tintin-au-congo1

L’album « Tintin au Congo » devant les tribunaux pour clichés racistes

Un tribunal civil de Bruxelles s’est déclaré compétent pour juger si la bande dessinée «Tintin au Congo» est porteuse de clichés racistes, ont annoncé mardi les avocats des plaignants.

«Dans un arrêt rendu lundi, la présidente du tribunal de première instance s’est déclarée compétente et va pouvoir traiter de ce dossier», a déclaré lors d’une conférence de presse Me Ahmed L’Hedim, l’un des avocats d’un ressortissant congolais, Bienvenu Mbutu Mondondo, et du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), qui sont à l’origine de la plainte.

«On attend de pouvoir enfin plaider sur le fond du dossier, car ça fait mal à nos clients de voir que des gens, notamment des enfants, continuent à lire «Tintin au Congo» en pensant que les Africains sont stupides», a expliqué l’autre avocat des plaignants, Alain Amici, en qualifiant d’«excellente nouvelle» la décision du tribunal.

Interdiction réclamée

Ouvert en avril 2010 devant le tribunal de première instance, le procès s’est jusqu’ici concentré sur des questions de procédure, notamment celle de savoir si l’action est du ressort d’un tribunal civil ou du tribunal de commerce, comme le soutenaient l’éditeur Casterman et Moulinsart SA, la société ayant les droits commerciaux de l’oeuvre d’Hergé autres que les droits d’édition.

Les plaignants réclament l’interdiction de la vente de la célèbre bande dessinée publiée en 1931 ou, à défaut, que le livre soit accompagné d’un bandeau de mise en garde et d’une préface expliquant le contexte de l’époque. L’actuelle République démocratique du Congo était alors une colonie de la Belgique. S’ils n’obtiennent pas son interdiction, ils veulent que le livre soit à l’avenir uniquement vendu dans les rayons «adultes» des librairies.

La plainte a été déposée au nom de la loi belge de 1981 réprimant le racisme

Casterman et Moulinsart SA, rejoints par le ministère public, avaient plaidé que la demande portant sur un acte commercial – la vente d’une BD -, l’affaire était du ressort du tribunal de commerce. Le dossier devrait être plaidé dans les prochains mois, selon un calendrier qui sera fixé lors d’une audience technique le 18 avril. ©20minutes.ch

 

Laisser un commentaire

Catégories