L’album « Tintin au Congo » devant les tribunaux pour clichés racistes

Un tribunal civil de Bruxelles s’est déclaré compétent pour juger si la bande dessinée «Tintin au Congo» est porteuse de clichés racistes, ont annoncé mardi les avocats des plaignants.

«Dans un arrêt rendu lundi, la présidente du tribunal de première instance s’est déclarée compétente et va pouvoir traiter de ce dossier», a déclaré lors d’une conférence de presse Me Ahmed L’Hedim, l’un des avocats d’un ressortissant congolais, Bienvenu Mbutu Mondondo, et du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), qui sont à l’origine de la plainte.

«On attend de pouvoir enfin plaider sur le fond du dossier, car ça fait mal à nos clients de voir que des gens, notamment des enfants, continuent à lire «Tintin au Congo» en pensant que les Africains sont stupides», a expliqué l’autre avocat des plaignants, Alain Amici, en qualifiant d’«excellente nouvelle» la décision du tribunal.

Interdiction réclamée

Ouvert en avril 2010 devant le tribunal de première instance, le procès s’est jusqu’ici concentré sur des questions de procédure, notamment celle de savoir si l’action est du ressort d’un tribunal civil ou du tribunal de commerce, comme le soutenaient l’éditeur Casterman et Moulinsart SA, la société ayant les droits commerciaux de l’oeuvre d’Hergé autres que les droits d’édition.

Les plaignants réclament l’interdiction de la vente de la célèbre bande dessinée publiée en 1931 ou, à défaut, que le livre soit accompagné d’un bandeau de mise en garde et d’une préface expliquant le contexte de l’époque. L’actuelle République démocratique du Congo était alors une colonie de la Belgique. S’ils n’obtiennent pas son interdiction, ils veulent que le livre soit à l’avenir uniquement vendu dans les rayons «adultes» des librairies.

La plainte a été déposée au nom de la loi belge de 1981 réprimant le racisme

Casterman et Moulinsart SA, rejoints par le ministère public, avaient plaidé que la demande portant sur un acte commercial – la vente d’une BD -, l’affaire était du ressort du tribunal de commerce. Le dossier devrait être plaidé dans les prochains mois, selon un calendrier qui sera fixé lors d’une audience technique le 18 avril. ©20minutes.ch

 

Derniers articles dans Art Design

  • Cette artiste transforme des boîtes en carton Amazon en sculptures impressionnantes

    Monomi Ohno, une artiste japonaise, a décidé d’offrir une seconde vie aux banales boîtes en carton. Une idée qui lui est venue pour des raisons financières alors qu’elle était encore étudiante à l’Osaka University of Arts. Spécialisée dans la modélisation 3D, Monomi Ohno ne pouvait pas s’offrir les logiciels nécessaires trop onéreux. Elle s’est alors […]

  • Moscou : Il transforme la saleté des véhicules en oeuvres d’art

    En ce début de printemps, certaines voitures sales de Moscou se transforment en œuvres d’art. Pour l’illustrateur Nikita Golubev (aka ProBoyNick) la crasse devient un pigment sombre que ce jeune artiste utilise pour faire apparaître son inspiration. Du dos d’une camionnette à une portière latérale, Nikita Golubev va peut-être faire hésiter les propriétaires des ces véhicules à passer […]

  • Le parc d’attractions Spirou ouvrira en juin 2018

    Annoncé en 2013, le parc d’attractions consacré aux héros de bandes dessinées des éditions DUPUIS ouvrira ses portes en juin 2018. C’est ainsi que l’on devrait retrouver Spirou mais aussi le Marsupilami, Gaston Lagaffe, Lucky Luke ou encore Largo Winch. Situé à Monteux, près d’ Avignon (Vaucluse), le parc de 8 hectares ouvrira à l’occasion […]

  • 64 courts-métrages de l’histoire de l’animation japonaise en libre accès

    Après vous avoir présenté le site Films pour Enfants (150 films en accès libre et légal), voici une autre plateforme qui va intéresser les amoureux de l’animation. Le centre cinématographique du Musée d’art moderne national de Tokyo vient de mettre en ligne en accès libre 64 courts-métrages datant de 1917 à 1941.  Parmi ces films rares sous-titrés […]

Commentaires

Laisser un commentaire

Catégories