La Vache Qui Rit fête ses 90 ans avec Jean-Charles de Castelbajac

La Vache Qui Rit, dix images pour un anniversaire

90 ans ? Une date pour La Vache Qui Rit. L’occasion pour cette marque trans-générationnelle de tenter une nouvelle aventure créative.
L’occasion aussi de revendiquer avec humour son statut d’icône pop. Pour cet anniversaire, la Vache Qui Rit devient LVQR. L’anagramme clin d’oeil inspire une collection, un film, et une célébration.

Avec en maître de cérémonie : Jean-Charles de Castelbajac
+ Artistes : BOW, François Chalet, Lisa Paclet, Pfadfinderei, Rostarr, Vier5
+ Musiciens : Baxter Dury, Arnaud Fleurent-Didier, The Teeers
Une campagne extra-ordinaire et pleine d’impertinence tournée vers la création
contemporaine.

La Vache Qui Rit, d’hier à aujourd’hui

En fêtant cette année ses 90 ans, La Vache Qui Rit rejoint bientôt le club très fermé des
marques centenaires. Trans-générationnelle, elle appartient à l’imaginaire populaire. De Jean-
Paul Goude à votre petit neveu, tout le monde la connaît, et l’apprécie, de 7 à 77 ans. Elle est
aujourd’hui présente dans 120 pays.

La Vache Qui Rit c’est un peu d’enfance, un peu de France, une image que chacun porte en
lui comme un morceau de papier aluminium froissé au fond de la poche. Premier goûter glissé
dans le cartable, première boum, première nuit sous les étoiles : sa saveur douce et salée est
inscrite dans notre mémoire collective.

Rester jeune, c’est rester créatif

Avec 115 portions dégustées chaque seconde dans le monde et un taux de reconnaissance
spontanée remarquablement élevé, La Vache Qui Rit n’a pas besoin de faire parler d’elle. Si
elle choisit aujourd’hui de communiquer différemment à travers cette opération, c’est pour
renouer un dialogue fructueux avec la création contemporaine. De Bernard Rancillac, qui la
transposa dans un tableau, à une installation de couvercles de boîtes La Vache Qui Rit signée Wim Delvoye, la marque est en effet devenue une référence pop art à part entière.


Culture Pub – Rétro pub: La vache qui rit. par CulturePub

Consciente d’être un phénomène et forte de son incroyable popularité, elle invite les artistes
du monde entier à jouer avec son image, en respectant les valeurs qui sont les siennes.
« La Vache Qui Rit est une marque avant-gardiste, souligne Olivier Briois, Directeur de la
division licence et produits dérivés. Dès le début, l’idée de proposer des portions individuelles
enveloppés de papier aluminium était très novatrice, de même que le choix d’une vache rouge
rieuse avec des boucles d’oreilles – lorsque les fromages de l’époque étaient pour la plupart
représentés par des paysages ou des illustrations plus sobres… La Vache Qui Rit a toujours été
contemporaine et elle continue à faire preuve d’impertinence en s’aventurant dans des
territoires où on l’attend moins, pour surprendre les nouvelles générations. »

Une collection Anniversaire : dessine-moi une Vache Qui Rit !

Pour marquer symboliquement le passage de ses 90 ans, La Vache Qui Rit fait le pari de l’art
graphique, un langage universel. Les images créées pour l’occasion illustrent sa dimension
internationale, trans-générationnelle, et populaire.`

Le message ? C’est la création.
Les dix visuels de cette collection anniversaire résultent d’une commande et d’un concours.
• La commande : passée à 7 noms de la scène graphique internationale, elle fournit 7 imagesoriginales : Jean-Charles de Castelbajac, BOW, François Chalet, Lisa Paclet, Pfadfinderei, Rostarr et Vier5.

• Le concours international : organisé sur internet via le site référent designboom.com, il
permet de sélectionner les propositions de 3 lauréats, soit 3 images supplémentaires
représentatives de nouveaux talents.
Au total, 10 images déclinées chacune sur 3 supports : t-shirts, sacs, et affiches vendus sur le
site LVQR.com

• Exercice de style libre : le cahier des charges invite à piocher dans une boite à outils
commune constituée des codes de la marque (rond, triangle, couleur argent, bleu et rouge,
languette …).

• Une vente spéciale de dix affiches sérigraphiées format 60 x 80 cm en vélin d’Arches est
organisé en 2012. Le produit de cette vente est reversé en faveur d’actions de la Fondation
Bel. La Fondation Bel a pour vocation de soutenir, en France et à l’international, des
initiatives en faveur de l’enfance et de son bien-être, par la promotion d’une alimentation
équilibrée et par la préservation de l’environnement qui la conditionne.

Un film

Il s’agit d’une production originale diffusée et promue sur internet.
Objet visuel et musical contemporain, cette vidéo espiègle circule de façon virale et annonce
la soirée du 15 novembre à La Gaîté lyrique.
L’intrigue joue sur les codes graphiques de la marque, clin d’oeil au brouillage des frontières
entre le street art et le contenu de marque.
Au générique :
La Vache Qui Rit = LVQR
Paris = la plus belle ville du monde
Jean-Charles de Castelbajac = le narrateur
Maiko = le personnage féminin entraînée dans le jeu de piste.
Un film de Nanda Fernandez-Brédillard.
Sur une composition musicale originale signée Arnaud Fleurent-Didier.

Un site dédié

Pour son anniversaire, La Vache Qui Rit devient LVQR.

Le site LVQR.com sert de vitrine à cet événement.
On y suit le concours en direct, on y regarde le film en streaming, on y retrouve des photos de
l’événement à la Gaîté lyrique.
Dans un second temps, le site permettra également d’acheter les produits de la collection en
ligne.

Une célébration

La Vache Qui Rit fête son anniversaire à la Gaîté lyrique le 15 novembre 2011.

Les dix images de la collection sont révélées lors de cette soirée festive.
Au programme : Jean-Charles de Castelbajac en maître de cérémonie et Lisa Paclet,
réalisatrice et artiste visuelle, mettent en scène deux concerts :
Baxter Dury : l’auteur de Happy Soup “l’un des meilleurs albums de l’époque” pour les
Inrockuptibles, joue pour la première fois à la Gaîté lyrique.
Avec en première partie, The Teeers, formation teenager étonnante de maturité. La révélation
de cette fin d’année 2011 à découvrir en live.
Un parcours gustatif orchestré par le traiteur Christian Rey et le designer Germain Bourré
autour de La Vache Qui Rit.
Cocktail dinatoire réservé à la presse et aux professionnels. Concerts ouverts au public sur
invitation.

La Gaîté lyrique

Établissement culturel de la ville de Paris dédié aux cultures numériques et aux musiques
actuelles.

Un lieu au coeur de Paris, présent sur Internet, et résolument international.
Un projet qui se démarque des pratiques classiques d’un centre d’art ou d’une salle de concert
pour accueillir en connivence : musiques électroniques et contemporaines, jeu vidéo,
animation, design, architecture, cinéma, spectacle vivant, performance, graphisme, recherche
technologique et scientifique…
8 000m2, comprenant deux salles modulables pour concerts, spectacles multimédia et oeuvres
immersives ; des espaces d’exposition ; un salon d’écoute ; une chambre sonore ; une salle de
conférence et de projection ; un centre de ressources ; des studios et des ateliers de création ;
une boutique et deux cafés.
Un projet pluridisciplinaire de création, production, diffusion, formation et éducation.

Conception et production

L’opération LVQR est conçue et produit par le Label Dalbin.

www.dalbin.com

Commentaires

Derniers Articles

 

WWF lance un pull de Noël qui dénonce une dure réalité

The Star Wars ou la bande-annonce créée avec les illustrations d’origine de 1975

Peaky Blinders a désormais sa gamme de spiritueux

Il joue le thème de Star Wars avec des calculatrices !

Ils craquent pour la boule de Noël « Piège de cristal »

Normandie : un street-artist fan de Dragon Ball transforme un ancien blockhaus

Les 25 photos les plus populaires de 2017 selon Flickr

Cette ligne activewear Harry Potter vous garantit la victoire

Le retour d’Olive et Tom en 2018 se dévoile dans un trailer !

Pour Hanukkah, Pornhub offre l’accès à sa plateforme Premium

Depuis 2003, cette famille s’amuse à créer la carte de Noël la plus moche

Quand des inconnus tentent d’imiter Chewbacca

Greenpeace convoque Voldemort, Dark Vador et Alien dans sa dernière campagne

Il crée des œuvres avec des objets du quotidien pour illustrer son obsession de l’ordre

Taïwan: ce coiffeur propose la coupe Donald Trump « Hair Tattoo »

Nike invente les baskets moches de Noël

Son faux restaurant devient N°1 sur Tripadvisor en 6 mois

Design : les 10 meilleurs posts Instagram par Dezeen

L’architecture délirante des arrêts de bus soviétiques par Christopher Herwig

Star Wars: Columbia lance une collection inspirée de l’Empire contre-attaque

Au Cambodge, ce photographe les prend en photo et leur offre leur premier portrait

New Spring : l’arbre à bulles de vapeur d’eau parfumée

Quand un restaurant rebaptise sa carte en hommage à Johnny Hallyday

La RATP transforme la station Duroc en station « Durock Johnny »

0dd527131754196f4506ef753f0afb1b555555555