Une photographe revisite la tapisserie de « La Dame à la licorne »

Les Dames à la licorne est un projet photographique signé Laure Fauvel inspiré des tapisseries de La Dame à la licorne datant du XVIe siècle. Les Tapisseries des Dames à la Licorne ont inspiré de nombreux artistes depuis leurs découverte. Elles n’ont cependant encore jamais été réinterprétées en photographie.

La série comporte six images représentant chacune une Dame accompagnée d’animaux. Depuis toujours, les tapisseries de La Dame à la licorne fascinent et inspirent par leur beauté hors du temps. Elles représentent les cinq sens et leur mystère réside dans la sixième tapisserie, clé de voûte de l’interprétation de ces oeuvres.

Les cinq sens

La vue

L’interaction entre la dame et la licorne illustre les cinq sens : La vue, L’ouïe, L’odorat, Le toucher et Le goût. Ces ingrédients sont essentiels au plaisir et intimement liés au désir. Depuis toujours, la femme s’est faite dicter sa conduite jusqu’à sa sexualité. La sixième image «A mon seul désir» célèbre la femme, maîtresse de son désir. La licorne joue plusieurs rôles dans ces images.

C’est un animal mythique ambivalent, elle symbolise la pureté, mais sa corne a une forte connotation phallique. Elle est la partenaire privilégiée qui accompagne la dame jusqu’à la sixième image. Dans ce projet photographique, le thème principal est le désir féminin, mis en avant dans la sixième tapisserie «A mon seul désir». L’Opéra de Paris a grandement soutenu ce projet, en fournissant les costumes portés par les modèles. La Mairie d’Angoulême le supporte également en mettant à disposition gracieusement l’espace Saint Simon, lieu d’exposition du centre ville. Au delà des nombreuses similitudes avec les tapisseries, cette série photographique met en avant une femme forte; reine de ses choix et de sa sexualité.

Le goût

L’odorat

Le toucher

L’ouïe

Laure Fauvel est une photographe retoucheuse originaire du Nord Pas de Calais. Elle sort majore de promotion de la section Photographie, spécialisation Post Production aux Gobelins, à Paris. Elle est exposée pour la première fois au Caroussel du Louvres en tant que Lauréate du Fotoprize 2014. laurefauvel.com

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement