La Cinémathèque Française retrouve un Sherlock Holmes disparu depuis 100 ans

Sherlock Holmes réalisé par Arthur Berthelet et produit par le studio américain Essanay en 1916 a été miraculeusement retrouvé il y a quelques semaines dans les collections films de la Cinémathèque française ! Le film inédit sera projeté durant le Festival Toute La Mémoire du Monde, qui débutera le 28 Janvier 2015.

Considéré comme définitivement perdu depuis sa première exploitation, ce film représente une adaptation majeure des aventures du héros de Sir Arthur Conan Doyle pour les holmésiens ou les sherlockians. La mise en scène de Berthelet reprend la pièce américaine Sherlock Holmes de William Gillette (1853-1937), laquelle a connu un immense succès dans le monde entier entre 1899 et 1932.

Un film de 1916

Sherlock-Holmes-réalisé-par-Arthur-Berthelet2

sherlock-holmes-un-film-disparu-depuis-cent-ans-retrouve-a-la-cinematheque-francaise4

William Gillette était aussi un acteur de renom qui a incarné le détective sur scène pendant près de trente ans, et qui reprend son rôle dans cette adaptation cinématographique. Tout en étant la seule trace de la performance de l’acteur, ce film permet aussi de découvrir les créations apocryphes de celui-ci, qui semblent s’être inscrites presque naturellement dans la mémoire collective en devenant des archétypes holmésiens. En effet, Gillette a notamment ajouté des accessoires particuliers qui s’écartent des textes originaux comme la pipe courbée, ou bien une canne, qui furent repris dans des illustrations américaines d’époque, et que l’on retrouvera aussi dans des adaptations cinématographiques ultérieures.

sherlock-holmes-un-film-disparu-depuis-cent-ans-retrouve-a-la-cinematheque-francaise

Le projet de restauration du film

L’élément qui a été retrouvé à la Cinémathèque française est un contretype nitrate complet qui, à ce jour, s’avère être unique au monde. Originellement destiné à l’exploitation française, le contretype contient des intertitres français, et des annotations de teintes. Cette dernière particularité demeure surprenante car les films Essanay n’ont que très rarement été exploités en couleur sur le territoire américain. Il nous paraît dès lors plausible que la version en couleurs ait été créée spécialement pour la France.

Le contretype est à l’heure actuelle en cours de restauration numérique par la Cinémathèque française et le San Francisco Silent Film Festival, organisation avec laquelle la Cinémathèque restaure les films américains de ses collections depuis maintenant 2 ans. Cette restauration est également rendue possible grâce à la généreuse contribution d’individus, passionnés par Sherlock. Toutes les infos sur le film : cinematheque.fr

Commentaires

Derniers Articles

 

Les couvertures originales de « Martine » mises aux enchères

Paris : le Championnat de France de Barbe arrive en juin

Les Gardiens de la Galaxie 3 : James Gunn réembauché par Disney !

Quand des fans fabriquent des drones Star Wars

Loliware : la paille comestible et biodégradable fabriquée à base d’algues

Arctique : la première exposition de photos sous la glace

Booba se plonge dans la peau de Tony Montana dans Scarface

Lyon : lancement de robots qui garent votre voiture à l’aéroport

Les pancartes de la « Marche du Siècle »

Un jeu éducatif qui lève le tabou des règles

Facebook développe des avatars 3D hyper réalistes pour communiquer

Alien : six courts métrages pour célébrer les 40 ans de la saga

Japon : un train entier devient un restaurant itinérant

Love, Death and Robots : la nouvelle série Netflix de David Fincher sort aujourd’hui

Texas : un village de maisons imprimées en 3D

Paris : un affichage au double visage pour le film « Us »

Pollution plastique en mer : nouvelle campagne choc de Sea Shepherd

Avengers Endgame dévoile son trailer officiel

Netflix devrait diffuser la série One Piece en live action

David Beckham piégé par une fausse statue en son honneur

Bruxelles : un opéra revisite Frankenstein

La version coréenne du Moonwalk

FRIENDS : le set Lego imaginé par un fan français va être commercialisé

Emma Watson, ambassadrice d’une application pour choisir des marques éthiques