Jessica Harrison expose ses porcelaines tatouées à Paris

L’artiste écossaise Jessica Harrison s’expose à Paris à la Galerie LJ du 15 mai au 24 juin 2014. Ses figurines en porcelaine avaient été montrées pour la première fois en France en 2011 au Musée de l’Art Brut (Halle St Pierre) à Paris dans le cadre de l’exposition éponyme de la revue «Hey». Cette même série de sculptures a également été montrée au Museum of Art and Design à New York à l’automne 2013 dans l’exposition «Body & Soul».

Jessica-Harrison-paris-2014-7

Jessica Harrison (née en 1982) vit à Edinburgh en Écosse depuis qu’elle y a emmenagé pour étudier la sculpture en 2000 au College of Art, des études aboutissant à un PhD en sculpture soutenu en 2013 et subventionné par le Arts and Humanities Research Council.

Si le point de départ de chacune de ses séries est toujours différent, toutes prennent une suite logique dans un projet de recherche à plus grande échelle sur la «tactilité» et le corps dans la sculpture. Ses oeuvres traduisent sa fascination pour le corps humain (son mémoire de Master portait sur la mort et la dissection dans l’art contemporain britannique), l’impossibilité de ce dernier à résister à plus de 100 ans et la crainte omniprésente quant à la mortalité dans notre société. Les images que Jessica utilise sont le fruit de curiosités vues et recueillies à travers son imaginaire. C’est en prenant l’habitude de regarder la collection de céramiques de sa mère et en imaginant abattre une tête par ci, un bras par là, et ce que cela donnerait si tout se mettait à saigner, qu’elle s’est mise à transformer des figu- rines en porcelaine de bergères ou de jeunes filles un brin kitsch, en les estropiant d’un oeil, d’un organe, devenant une petite armée de morts-vivantes gores. Une autre de ses séries les plus marquantes est la fabrication de mobilier miniature à partir de peaux mortes qu’elle a collectées et tannées comme du cuir.

Jessica-Harrison-paris-2014-4

L’exposition intitulée «FLASH» en référence au tattoo flash, est une réflexion autour du tatouage en tant que modifi- cation corporelle imprimant la peau humaine (recto et verso), à partir des écrits du philosophe Michel Serres parlant de la peau comme d’une tapisserie «nouée» à la fois devant et derrière. Dans sa nouvelle série de figurines en porcelaine transformées, intitulée «The Painted Ladies», la peau des jeunes filles est intégralement recouverte de tatouages traditionnels. A travers une autre série de céramiques, plus brutes cette fois-ci, Jessica travaille l’imagerie du tatouage en reprenant ses motifs les plus symboliques en 3 dimensions (le coeur, le crâne, la rose, etc).

Galerie LJ
JESSICA HARRISON
« FLASH »
15.05 – 24.06.14
12 rue commines, 75003 Paris
01 72 38 44 47
www.jessicaharrison.co.uk

Jessica-Harrison-paris-2014-5

Jessica-Harrison-paris-2014

Jessica-Harrison-paris-2014-2

Jessica-Harrison-paris-2014-6

Commentaires

Derniers Articles

 

Halloween : des hologrammes térrifiants pour la maison

Des milliers de livres publiés avant 1942 en accès libre

Cyclistes, cette écharpe airbag est faite pour vous !

Cette artiste réalise d’incroyables perruques en papier

1875, les premières photos d’Halloween

Une maison Wes Anderson est maintenant disponible sur Airbnb

Ce chauffeur de taxi new-yorkais a pris ses clients en photo pendant 30 ans

Lancement d’une tente flottante pour camper sur l’eau

Un burger bleu pour dire adieu à Colette

Les Nouveaux Mutants : premier trailer pour le spin-off de la saga X-Men

Porg, la nouvelle coqueluche du prochain Star Wars

Une couverture « Nageoire de Sirène » pour buller dans le canapé

Un trailer de Stranger Things spécial Vendredi 13

Quand Daisy Ridley rappe sur du Eminem et parle Wookie

Les 5 inventions cool à tester en 2018 !

Fast food: un menu Dragon Ball au Japon

LEGO : un tutoriel pour créer son costume géant en carton

Il réalise une gigantesque pâtisserie du Mur de Game of Thrones

Ce photographe de 21 ans s’incruste dans ses photos d’enfance

Top des publicités sexistes 2017

Inédit : McDo invite 3 marques dans sa dernière pub

SUPREME lance sa collection dédiée à Scarface

Un jeune créatif se crée un profil TINDER déshabilleur

Le livre de cuisine officiel « The Walking Dead » est sorti

0b352f66a6566b37cc30c75d297a3410SSSSSSSSSSSSS