Jessica Harrison expose ses porcelaines tatouées à Paris

L’artiste écossaise Jessica Harrison s’expose à Paris à la Galerie LJ du 15 mai au 24 juin 2014. Ses figurines en porcelaine avaient été montrées pour la première fois en France en 2011 au Musée de l’Art Brut (Halle St Pierre) à Paris dans le cadre de l’exposition éponyme de la revue «Hey». Cette même série de sculptures a également été montrée au Museum of Art and Design à New York à l’automne 2013 dans l’exposition «Body & Soul».

Jessica-Harrison-paris-2014-7

Jessica Harrison (née en 1982) vit à Edinburgh en Écosse depuis qu’elle y a emmenagé pour étudier la sculpture en 2000 au College of Art, des études aboutissant à un PhD en sculpture soutenu en 2013 et subventionné par le Arts and Humanities Research Council.

Si le point de départ de chacune de ses séries est toujours différent, toutes prennent une suite logique dans un projet de recherche à plus grande échelle sur la «tactilité» et le corps dans la sculpture. Ses oeuvres traduisent sa fascination pour le corps humain (son mémoire de Master portait sur la mort et la dissection dans l’art contemporain britannique), l’impossibilité de ce dernier à résister à plus de 100 ans et la crainte omniprésente quant à la mortalité dans notre société. Les images que Jessica utilise sont le fruit de curiosités vues et recueillies à travers son imaginaire. C’est en prenant l’habitude de regarder la collection de céramiques de sa mère et en imaginant abattre une tête par ci, un bras par là, et ce que cela donnerait si tout se mettait à saigner, qu’elle s’est mise à transformer des figu- rines en porcelaine de bergères ou de jeunes filles un brin kitsch, en les estropiant d’un oeil, d’un organe, devenant une petite armée de morts-vivantes gores. Une autre de ses séries les plus marquantes est la fabrication de mobilier miniature à partir de peaux mortes qu’elle a collectées et tannées comme du cuir.

Jessica-Harrison-paris-2014-4

L’exposition intitulée «FLASH» en référence au tattoo flash, est une réflexion autour du tatouage en tant que modifi- cation corporelle imprimant la peau humaine (recto et verso), à partir des écrits du philosophe Michel Serres parlant de la peau comme d’une tapisserie «nouée» à la fois devant et derrière. Dans sa nouvelle série de figurines en porcelaine transformées, intitulée «The Painted Ladies», la peau des jeunes filles est intégralement recouverte de tatouages traditionnels. A travers une autre série de céramiques, plus brutes cette fois-ci, Jessica travaille l’imagerie du tatouage en reprenant ses motifs les plus symboliques en 3 dimensions (le coeur, le crâne, la rose, etc).

Galerie LJ
JESSICA HARRISON
« FLASH »
15.05 – 24.06.14
12 rue commines, 75003 Paris
01 72 38 44 47
www.jessicaharrison.co.uk

Jessica-Harrison-paris-2014-5

Jessica-Harrison-paris-2014

Jessica-Harrison-paris-2014-2

Jessica-Harrison-paris-2014-6

Commentaires

Derniers Articles

 

Jump Force : une pub en trompe l’oeil dans le métro

Au Japon, des Samouraïs spécialistes de la propreté des rues

Le couturier Karl Lagerfeld est mort

Les maisons de nuit de Michael McCluskey

Quand le bento rencontre les films du Studio Ghibli

Netflix met fin à The Punisher et à Jessica Jones

Toutes les phobies dans un livre pop-up

Une expérience choc dans un restaurant de viande

Netflix annonce la deuxième saison de « Plan Coeur »

Cet illustrateur recrée les différentes époques de sa chambre de Gamer

Carnaval de Nice : un Trump géant en clown du film « Ça »

Amazon tease déjà sa série sur Le Seigneur des Anneaux

Leandro Erlich, le maître argentin de l’illusion

Hasbro lance une gamme NERF de Fortnite

Un fan de Freddie Mercury fait le show dans un tube de chute libre indoor

Un incroyable filet taillé dans le marbre

France : des trains OUIGO aux couleurs de Dragon Ball

Santa Clarita Diet : la saison 3 arrive en mars sur Netflix

Margot Robbie ne sera pas dans le prochain Suicide Squad

Ridley Scott signe une pub inspirée par Mœbius

Game of Thrones: Emilia Clarke lance un concours pour l’accompagner à l’avant-première

Dune : Jason Momoa et Josh Brolin rejoignent le film de Denis Villeneuve

Too Good to go: l’application des invendus à petits prix pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Un UBER équipé d’une console Nintendo