Des émoticônes humanisées pour « Innocence en danger »

L’agence Rosapark signe cette nouvelle campagne pour sensibiliser enfants et parents aux dangers d’Internet. Face au décalage abyssal entre l’insouciance des jeunes adolescents sur les chats, et leurs dangers avérés, Innocence en danger et l’agence Rosapark lancent un appel à la vigilance. « D’après le rapport de l’ONU plus de 750.000 prédateurs rodent en permanence sur internet et un enfant sur cinq a été sollicité sexuellement sur le net »

« Savez-vous vraiment qui parle
avec votre enfant sur internet ? »

Rosapark-innocence-en-danger-emoticons-02

Rosapark-innocence-en-danger-emoticons-03

Rosapark-innocence-en-danger-emoticons-01

« L’objectif de cette nouvelle campagne est de sensibiliser les parents et les enfants sur les dangers d’Internet, sur les dangers pour les enfants et adolescents de discuter avec des personnes qu’ils ne connaissent pas et qui se cachent sous de fausses identités sur ces mêmes réseaux sociaux, forums de discussion et autres « chats » déclare Gilles Lazimi coordinateur de la campagne.

« Un nombre important de personnes adultes, se font passer pour des enfants et ne sont pas des « amis » mais bien des agresseurs, des pedo-criminels qui n’ont qu’un seul objectif : approcher et agresser sexuellement les enfants » rappelle Mme Homeyra Sellier Presidente de l’association Innocence en Danger.

« C’est une realité qu’il ne faut pas négliger, le danger pour nos enfants est important » rappele Christine Djamila Allaf secrétaire générale de l’association Innocence en Danger à travers ces chiffres qu’elle a colligés: 1 enfant sur 5 aujourd’hui dans le monde a été sollicité sexuellement sur Internet.
20 % d’entre eux reconnaissent faire des choses en ligne que leurs parents n’approuveraient pas (étude Symantec Harris Interac- tive février 2008).Plus de 40% des 11-17 ans indiquent avoir déjà été confrontés au moins une fois à des informations ou à des images choquantes ou traumatisantes lors de leur navigation sur la Toile (DIF 2007).

Les trois visuels realisés par l’agence Rosapark démontrent la réelle nature de ceux qui peuvent se cacher parfois derrière ces symboles à priori inoffensifs : de dangereux prédateurs, de véritables pédo-criminels déclare le Dr Emmanuelle Piet, coordinatrice de la campagne.

 

Environ 5 millions de jeunes
de moins de 17 ans surfent aujourd’hui sur le net

72% des enfants surfent seuls sur Internet. 87% des Français de moins de 17 ans sont familiarisés avec Internet et il est le média préféré des jeunes devant la télévision. 60% des Français de 12-17 ans se servent de la messagerie instantanée et des chats pour se faire des amis.

Parmi les 85% de parents informés de l’existence des logiciels de contrôle parental, 30 % seulement en ont installé un sur l’ordinateur familial (Juin 2008). 88% des contenus photo ou vidéo que les mineurs postent la plupart du temps sur les réseaux sociaux ou par chat sont retrouvés sur des sites pour adultes. Selon Interpol, 55% des contenus pédo- pornographique du monde se trouvent en Europe.

L’indice Internet Watch Foundation, organisme britannique de Police et d’État dédié à la protection de l’enfance sur internet, montre pour 2012 une augmentation de 40% des contenus sexuels mettant en scène des mineurs victimes d’agression et de 33% pour les nourissons.
Derrière les figures humaines de la cam- pagne Émoticônes, se cachent 750 000 prédateurs actifs recensés par l’ONU, qui redoublent de performances techniques de routage pour s’assurer une impunité qui impose le besoin urgent de prévention.

Sur ces chiffres, il est important de savoir que :

1 enfant sur 5 aujourd’hui dans le monde a été sollicité sexuellement sur Internet. Plus de 40% des 11-17 ans indiquent avoir déjà été confrontés au moins une fois à des informations ou à des images choquantes ou traumatisantes lors de leur navigation sur la Toile (DIF 2007). 46 % des enfants se font des amis sur Internet et 20 % d’entre eux reconnaissent faire des choses en ligne que leurs parents n’approuveraient pas (étude Symantec Harris Interactive février 2008). Aujourd’hui, 1 fois sur 3, un enfant sans le vouloir risque de tomber sur des images choquantes sur Internet.

Que ce soit à partir d’un ordinateur ou d’un téléphone portable, cela peut lui arriver :

  • en cherchant un site via un moteur de recherche en cliquant sur un lien.
  • en téléchargeant illégalement films et musiques.
  • en ouvrant un email d’expéditeur inconnu.

Internet et les parents

L’autonomie accordée aux enfants dans l’utilisation de leur ordinateur est un véritable problème.
72% des parents laissent leurs enfants accé- der seuls à Internet (étude Ciem septembre 2007)
40% des ordinateurs familiaux utilisés par les enfants sont équipés d’un logiciel de contrôle parental (Médiamétrie octobre 2007).
1 jeune sur 3 surfe sur Internet sans protection (Credoc juin 2007).

Source : RosaPark

Commentaires

Derniers Articles

 

Un livre pour faire des sons électroniques avec du papier

Des photos d’enfants du monde entier avec leurs jouets

Le jargon de la pub en vinyles

À la découverte de Trust Icon, street artiste londonien

Muni de son smartphone, il donne vie aux objets qui l’entourent

Il se prend en photo autour du monde avec Godzilla

De l’origami animale dans des peaux d’agrumes

Les Gardiens de la galaxie 3 sortira en 2020

Dénoncer les publicités sexistes de l’époque en inversant les rôles

Quand les peintures classiques rencontrent les Temps Modernes

Au Japon, les plaques d’égout deviennent des œuvres d’art

Elle tricote des pulls pour le camouflage urbain

Quand Bruce Lee découvre le sabre laser

La GameBoy bientôt de retour ?

Elle joue la Marche Impériale en écrivant des calculs

Altered Carbon la nouvelle série SF de Netflix au petit goût de Blade Runner

FoldiMate : cette machine plie le linge à votre place !

Ces bloc-notes renferment d’incroyables sculptures en papier

Le garçon de la publicité H&M inspire des artistes sur Instagram

Un appartement Harry Potter à louer !

Ces œuvres ne sont visibles que d’un seul angle

LÉON rencontre Super Mario dans une sculpture en édition limitée

Uber présente ses taxis volants

Des baskets Adidas qui remplacent l’abonnement dans le métro