Tout quitter et vivre sur une île affranchie des gouvernements ?

C’est le rêve un peu fou, mais non moins réaliste, de l’Institut Seasteading : construire une île où les personnes (plutôt aisées) pourraient vivre en toute quiétude, affranchis des gouvernements et de ses politiques.

Financée en partie par Peter Thiel, fondateur de Paypal et soutien de la première heure de Donald Trump, l’organisation à but non lucratif basée à San Francisco explique vouloir constituer la prochaine nation – autosuffisante – du monde d’ici 2020.

Pour le milliardaire libertaire qui a investi 1,7 million de dollars de sa poche, « entre le cyberespace et l’espace, la possibilité de coloniser les océans existe ».

La première île devrait être inaugurée d’ici trois ans seulement dans l’océan Pacifique, non loin de Tahiti. Le gouvernement de Polynésie française, menacé par la montée des eaux, y a vu une opportunité et a donc autorisé l’institut à effectuer ses premiers tests dans ses eaux.

Cette initiative qui se rapproche de la science-fiction a réuni entreprises, universitaires, architectes et même des gouvernements.

Inspiré par le festival Burning Man où les règles s’affranchissent des traditions, l’institut promeut un nouveau modèle de société. Un monde différent où l’objectif ne sera pas d’étendre son territoire.

« Si nous pouvons développer notre ville flottante, il s’agira d’un ‘pays start-up’, explique Joe Quirk, président de l’institut Seasteading. Nous pouvons à terme créer une grande diversité de gouvernements pour une grande diversité de personnes ».

Une grande diversité peut-être, mais peut-être pas à la portée de tous. Les lopins de terre seront aussi rares qu’exclusifs : une douzaine de structures doivent sortir de terre d’ici 2020, dont des maisons, des hôtels, des bureaux et des restaurants pour un coût estimé à 60 millions de dollars. Chaque bloc se vendrait ensuite 15 millions d’euros.

Pour ce prix, l’utopie sera eco-frienly : Blue Frontiers, qui construira et exploitera ces villes flottantes en Polynésie, pense durable : les toits seront végétalisés et les constructions utiliseront du bois local, des fibres de bambou et de noix de coco, du métal, mais aussi du plastique recyclés.

Via New York Times

Commentaires

Derniers Articles

 

L’artiste « Butcher Billy » en dédicace à Paris

Dix pour cent : la saison 3 dévoile sa bande-annonce

Deadpool 2 débarque en Blu-ray !

Stator : la trottinette électrique façon Batmobile

Une photo gigantesque signée « JR » dans la Gare Saint-Lazare

Le Banksy auto-détruit devient un costume d’Halloween

Les murs peints de Bruxelles

The Big Lebowski : le casting réuni pour les 20 ans du film

Atari lance une console de poche

Une photographe animalière capture la scène culte du « Roi Lion »

Les effets « Parallax 3D » de Jarom Vogel

Des sièges géants installés dans le métro pour « Yéti & Compagnie »

La saison 4 de « Narcos » dévoile son trailer

Une borne d’écoute géante du nouvel album de Johnny Hallyday à la Gare Saint-Lazare

Pour Halloween, elle se fabrique des « Polly Pocket » Famille Adams

Nose Warmer : le nouveau concept de cache-nez pour l’hiver

Ces pièces ont des mécanismes secrets dignes d’Indiana Jones

1993 : quand Kyan Khojandi était mannequin pour Leclerc

Le film « Un Prophète » va être adapté en série

Cet artiste comble les nids-de-poules avec des mosaïques

The Cure ouvrira le festival Rock en Seine en 2019

Il place l’univers Disney face aux désastres écologiques

Saint Seiya débarque dans une publicité Snickers

Les anamorphoses animées sur tasses de Luycho