Tout quitter et vivre sur une île affranchie des gouvernements ?

C’est le rêve un peu fou, mais non moins réaliste, de l’Institut Seasteading : construire une île où les personnes (plutôt aisées) pourraient vivre en toute quiétude, affranchis des gouvernements et de ses politiques.

Financée en partie par Peter Thiel, fondateur de Paypal et soutien de la première heure de Donald Trump, l’organisation à but non lucratif basée à San Francisco explique vouloir constituer la prochaine nation – autosuffisante – du monde d’ici 2020.

Pour le milliardaire libertaire qui a investi 1,7 million de dollars de sa poche, « entre le cyberespace et l’espace, la possibilité de coloniser les océans existe ».

La première île devrait être inaugurée d’ici trois ans seulement dans l’océan Pacifique, non loin de Tahiti. Le gouvernement de Polynésie française, menacé par la montée des eaux, y a vu une opportunité et a donc autorisé l’institut à effectuer ses premiers tests dans ses eaux.

Cette initiative qui se rapproche de la science-fiction a réuni entreprises, universitaires, architectes et même des gouvernements.

Inspiré par le festival Burning Man où les règles s’affranchissent des traditions, l’institut promeut un nouveau modèle de société. Un monde différent où l’objectif ne sera pas d’étendre son territoire.

« Si nous pouvons développer notre ville flottante, il s’agira d’un ‘pays start-up’, explique Joe Quirk, président de l’institut Seasteading. Nous pouvons à terme créer une grande diversité de gouvernements pour une grande diversité de personnes ».

Une grande diversité peut-être, mais peut-être pas à la portée de tous. Les lopins de terre seront aussi rares qu’exclusifs : une douzaine de structures doivent sortir de terre d’ici 2020, dont des maisons, des hôtels, des bureaux et des restaurants pour un coût estimé à 60 millions de dollars. Chaque bloc se vendrait ensuite 15 millions d’euros.

Pour ce prix, l’utopie sera eco-frienly : Blue Frontiers, qui construira et exploitera ces villes flottantes en Polynésie, pense durable : les toits seront végétalisés et les constructions utiliseront du bois local, des fibres de bambou et de noix de coco, du métal, mais aussi du plastique recyclés.

Via New York Times

Commentaires

Derniers Articles

 

Pour Hanukkah, Pornhub offre l’accès à sa plateforme Premium

Depuis 2003, cette famille s’amuse à créer la carte de Noël la plus moche

Quand des inconnus tentent d’imiter Chewbacca

Greenpeace convoque Voldemort, Dark Vador et Alien dans sa dernière campagne

Il crée des œuvres avec des objets du quotidien pour illustrer son obsession de l’ordre

Taïwan: ce coiffeur propose la coupe Donald Trump « Hair Tattoo »

Nike invente les baskets moches de Noël

Son faux restaurant devient N°1 sur Tripadvisor en 6 mois

Design : les 10 meilleurs posts Instagram par Dezeen

L’architecture délirante des arrêts de bus soviétiques par Christopher Herwig

Star Wars: Columbia lance une collection inspirée de l’Empire contre-attaque

Au Cambodge, ce photographe les prend en photo et leur offre leur premier portrait

New Spring : l’arbre à bulles de vapeur d’eau parfumée

Quand un restaurant rebaptise sa carte en hommage à Johnny Hallyday

La RATP transforme la station Duroc en station « Durock Johnny »

Les boîtes aux lettres du Père Noël installées à Paris

Nintendo et Kellogg’s dévoilent des céréales Super Mario

Lancement d’un nouveau lit « Mon voisin Totoro »

Le jeu Olive et Tom est maintenant disponible sur mobile

Nous sommes en 2017 et un nouveau jeu sur Game Boy vient de sortir

Vous ne savez pas où mettre votre sapin ? Ikea vous file un coup de main !

Notre TOP 5 des meilleurs collab’ de marques

La BBC signe la plus belle publicité animée de ce Noël 2017

Le magazine ELLE recrée cinq oeuvres d’art avec des vedettes brésiliennes

97e46f78c832dfe689d95ec0b26b6fdb666666666666666