Hula, l’artiste qui oeuvre avec et pour la nature

Sean Yoro – aka Hula – s’est lancé pleinement dans le street art en 2015, lorsque sa toute première oeuvre est apparue dans tous les médias. En effet, le street artiste s’est fait connaitre grâce à une série de fresques murales. Classique me direz-vous. Sauf que Hula ne peint pas ses oeuvres dans des endroits au hasard, il les peint « en fonction de la nature ». Cette fameuse première série par exemple, il l’a réalisée sur des surfaces immergées abandonnées. Ainsi, quand l’eau monte, les magnifiques femmes hyper réalistes d’Hula se noient ou se baignent.

L’artiste maintenant basé à New-York est né à Hawaï. Surfeur et passionné de tatouages, il a commencé par peindre sur des planches des portraits de femmes à la peau nue avec ce qu’on pourrait prendre pour des tatouages ou des tâches de peinture sur le corps. Puis il a pris son paddle et a décidé d’allier son amour pour l’art à celui pour le milieu aquatique. Car ces oeuvres dont l’aspect change en fonction de la nature lui permettent aussi de faire passer un message.

Hula est un artiste engagé

Au travers de ses fresques, Hula fait réfléchir sur le réchauffement climatique. Tout comme le support sur lequel il peint, on peut se demander si la jeune femme va un jour disparaître à cause de la montée des eaux. Son engagement est particulièrement fort au travers du visage qu’il a dessiné sur un morceau d’iceberg cassé. Sean Yoro s’engage pour la protection de la nature, et pour cela, il peint des jeunes filles qui se noient mais aussi des anamorphoses sur des arbres.

La dernière oeuvre du street artiste est un peu différente. Cette fois-ci Hula s’est inspiré de ses rêves pour réaliser une fresque originale au milieu du désert. Plus de paddle, plus d’eau mais encore une surface abandonnée et un visage de femme. Lorsqu’il fait jour, les yeux sont fermés; mais lorsqu’il fait nuit, c’est un visage fluorescent aux yeux ouverts qui apparaît.

Et si vous vous le demandiez encore, toute la peinture et le matériel qu’il utilise sont évidemment totalement biodégradables et non toxiques pour l’environnement.

Earlier mural with 📷: @a_a_r_o_n__a

A post shared by HULA | sean yoro (@the_hula) on

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Trump Challenge : trouvez le Trump qui se cache dans votre nourriture

Venom avec Tom Hardy dévoile son trailer

L’exposition Game of Thrones arrive à Paris

Dino-A-Live : Jurassic Park en vrai !

monochrome exposition

Dans l’exposition « MONOCHROME » de CJ Hendry, chaque salle a sa couleur

Des tableaux LEGO s’animent avec l’imagerie lenticulaire

Totoro : lancement d’un cheval à bascule « Chat Bus »

Forrest Gump Run

Un anglais a couru le marathon de Londres déguisé en Forrest Gump

Une compagnie italienne dévoile un siège pour voyager debout en avion

Bleach

Un premier trailer pour l’adaptation live action du manga Bleach

Campagne Unicef NoPriceOnKids

L’UNICEF lance une campagne sur instagram contre l’exploitation des enfants

New York : une station de métro rend hommage à David Bowie

Parodie Google enceintes

Burger Quiz parodie les enceintes Google

Ils invitent leurs petites amies au bal de promo sur Fortnite

Cosplayer

L’art du Cosplay par J.Stryker

TOMS : les espadrilles éthiques présentent une collection Disney

challenge rihanna

Internet se moque de la façon dont Rihanna applique son « Body Lava »

Une plage de rêve sur le thème de la licorne ouvre aux Philippines

Les portraits de grands réalisateurs faits avec des éléments de leurs films

Il cache 200 références à Stephen King dans un poster

La série MASK va être adaptée au cinéma

trailer final Jurassic World

Le trailer final de Jurassic World : Fallen Kingdom est sorti

robot fred westworld

Westworld piège les clients d’un bar avec un robot humanoïde

Dragons 3 dévoile son titre, sa date de sortie et son synopsis