Hula, l’artiste qui oeuvre avec et pour la nature

Sean Yoro – aka Hula – s’est lancé pleinement dans le street art en 2015, lorsque sa toute première oeuvre est apparue dans tous les médias. En effet, le street artiste s’est fait connaitre grâce à une série de fresques murales. Classique me direz-vous. Sauf que Hula ne peint pas ses oeuvres dans des endroits au hasard, il les peint « en fonction de la nature ». Cette fameuse première série par exemple, il l’a réalisée sur des surfaces immergées abandonnées. Ainsi, quand l’eau monte, les magnifiques femmes hyper réalistes d’Hula se noient ou se baignent.

L’artiste maintenant basé à New-York est né à Hawaï. Surfeur et passionné de tatouages, il a commencé par peindre sur des planches des portraits de femmes à la peau nue avec ce qu’on pourrait prendre pour des tatouages ou des tâches de peinture sur le corps. Puis il a pris son paddle et a décidé d’allier son amour pour l’art à celui pour le milieu aquatique. Car ces oeuvres dont l’aspect change en fonction de la nature lui permettent aussi de faire passer un message.

Hula est un artiste engagé

Au travers de ses fresques, Hula fait réfléchir sur le réchauffement climatique. Tout comme le support sur lequel il peint, on peut se demander si la jeune femme va un jour disparaître à cause de la montée des eaux. Son engagement est particulièrement fort au travers du visage qu’il a dessiné sur un morceau d’iceberg cassé. Sean Yoro s’engage pour la protection de la nature, et pour cela, il peint des jeunes filles qui se noient mais aussi des anamorphoses sur des arbres.

La dernière oeuvre du street artiste est un peu différente. Cette fois-ci Hula s’est inspiré de ses rêves pour réaliser une fresque originale au milieu du désert. Plus de paddle, plus d’eau mais encore une surface abandonnée et un visage de femme. Lorsqu’il fait jour, les yeux sont fermés; mais lorsqu’il fait nuit, c’est un visage fluorescent aux yeux ouverts qui apparaît.

Et si vous vous le demandiez encore, toute la peinture et le matériel qu’il utilise sont évidemment totalement biodégradables et non toxiques pour l’environnement.

Earlier mural with 📷: @a_a_r_o_n__a

A post shared by HULA | sean yoro (@the_hula) on

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Les animaux en fil de fer de Candice Bees

Avec sa calèche, il lance le « Uber Amish »

Les urinoirs qui font pousser des fleurs arrivent à Paris

Un tatouage animé de Rick et Morty

Un nouveau « Denver, le petit dinosaure » arrive sur M6

Une structure gonflable pour jouer à « Chass’Taupes »

Le pont de Trestle dans l’Iowa

Le Mexique décroche le titre de champion du monde de Cosplay

Harry Potter : il fabrique des cartes de Chocogrenouille en Lego

The Walking Dead: Negan devient un personnage de « Tekken 7 »

CoolingStyle, un climatiseur portable lancé sur kickstarter

Quand les mascottes publicitaires se prennent en photo

Lancement d’une nouvelle collection de boxers Saint Seya

ProForm : la salle de sport qui s’invite directement dans ton salon

Un salon de thé dissimulé derrière un distributeur automatique

Les cartes Magic prennent vie grâce à la réalité augmentée

Décès du mannequin « Zombie Boy » à l’âge de 32 ans

Une nouvelle collection de chaussures Toy Story

Elle remplace ses collègues de bureau par des personnages de la peinture classique

« Mission impossible : Fallout » projeté sur une falaise norvégienne

« Unzipped », la nouvelle installation surréaliste d’Alex Chinneck

Nicky Larson : un teaser pour le prochain film d’animation

« Alf » pourrait faire son retour dans une nouvelle série

Les plus belles portes de Paris