Il y a 100 ans, les premières photos d’Halloween

Une collection de clichés anonymes dont les plus anciens datent de 1875. Le livre Haunted Air d’Ossian Brown préfacé par David Lynch datant de 2010 nous plonge dans l’ambiance des déguisements de la fête d’Halloween entre 1875 et 1955. Certaines photographies font encore frémir. Joyeux Halloween à toutes & tous.

Haunted-Air-Ossian-Brown06

Haunted-Air-Ossian-Brown03

Haunted-Air-Ossian-Brown01

Haunted-Air-Ossian-Brown031

Haunted-Air-Ossian-Brown08bis

Haunted-Air-Ossian-Brown08

HauntedAir8

Haunted-Air-Ossian-Brown02

 

haunted-air-40

Haunted-Air-Ossian-Brown050

Anonymous Halloween photographs from c.1875–1955.
Truly haunting Americana, with a foreword by David Lynch

The photographs in Haunted Air provide an extraordinary glimpse into the traditions of this macabre festival from ages past, and form an important document of photographic history. These are the pictures of the dead: family portraits, mementos of the treasured, now unrecognizable, and others. The roots of Halloween lie in the ancient pre–Christian Celtic festival of Samhain, a feast to mark the death of the old year and the birth of the new. It was believed that on this night the veil separating the worlds of the living and the dead grew thin and ruptured, allowing spirits to pass through and walk unseen but not unheard amongst men. The advent of Christianity saw the pagan festival subsumed in All Souls’ Day, when across Europe the dead were mourned and venerated. Children and the poor, often masked or in outlandish costume, wandered the night begging « soul cakes » in exchange for prayers, and fires burned to keep malevolent phantoms at bay. From Europe, the haunted tradition would quickly take root and flourish in the fertile soil of the New World. Feeding hungrily on fresh lore, consuming half–remembered tales of its own shadowy origins and rituals, Halloween was reborn in America. The pumpkin supplanted the carved turnip; costumes grew ever stranger, and celebrants both rural and urban seized gleefully on the festival’s intoxicating, lawless spirit. For one wild night, the dead stared into the faces of the living, and the living, ghoulishly masked and clad in tattered backwoods baroque, stared back. 

Pour commander ce livre : www.randomhouse.co.uk ou sur Amazon 23 euros.

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Si Twin Peaks avait un son propre site touristique

Elle invite que des hommes à son enterrement de vie de jeune fille

Les sculptures fantastiques de Lisa Toms

Une tyrolienne va être installée sur la Tour Eiffel

Séoul : ouverture d’une autoroute abandonnée transformée en promenade plantée

Paris : installation d’une piste d’athlétisme flottante sur la Seine

Un Hand Spinner de luxe signé Cartier ?

Londres : la cabine téléphonique rouge devient un mini-espace de travail à louer

Un café éphémère « Twin Peaks » pour le retour de la série

Un ferronnier se fabrique un Spinner Batman géant

Netflix dévoile un teaser pour la série dérivée de « Dark Crystal »

Des « Hand Spinner » LEGO à faire soi-même

Grande exposition Valérian à Paris

Un café à rats va ouvrir à Sans Francisco

Avec la pose longue, ce photographe transforme les films cultes en art abstrait

Le premier Nutella Café va ouvrir à Chicago

Périgueux : inauguration d’un passage piéton arc-en-ciel pour lutter contre l’homophobie

Les Simpson : une version gonflable de la Taverne de Moe

Les logos des fast-food en version Manga

Écosse : une maison de Hobbit construite par un fan de Tolkien

Avec Face App, un visiteur du Rijksmuseum d’Amsterdam fait sourire les toiles de maîtres

Avant de poser un parquet, il laisse une petite blague pour le prochain propriétaire

Le thème d’Harry Potter remixé au « finger drumming »

Elle anime « Alien Covenant » avec du papier découpé

a44b21c03f98412d02a353aff63158cdtttttttttttttttttttttt