« Geronimo », le nom de code du raid sur Ben Laden, vexe les Apaches

Controverse-Le nom de code «Geronimo» qui aurait été utilisé lors de l’opération ayant conduit à la mort d’Oussama ben Laden a suscité la colère de certains Indiens d’Amérique qui demandent rien de moins que des excuses au Pentagone.

Geronimo, chef apache qui combattit les forces américaines et mexicaines dans la seconde moitié du XIXe siècle, échappa tout comme Ben Laden pendant de nombreuses années à ses ennemis. Il fut capturé en 1886 et détenu comme prisonnier de guerre jusqu’à sa mort en 1909.

Les forces spéciales américaines ont, selon de nombreux médias, utilisé le code «Geronimo EKIA» (pour Enemy Killed in Action) afin de confirmer la mort de Ben Laden, tué lundi dans sa résidence du nord du Pakistan.

La commission sénatoriale chargée des Affaires indiennes devait débattre jeudi de l’émoi suscité par le lien établi entre le nom de Geronimo, «l’un des plus grands héros indiens américains, et l’ennemi le plus détesté des Etats-Unis», a déclaré Loretta Tuell, conseillère juridique de la commission.

Les Apaches demandent des excuses à Obama

Le Pentagone n’a pas confirmé que le nom de code Géronimo avait été utilisé pour l’opération, même si différents médias s’en sont fait l’écho.

«Assimiler Geronimo ou quelque autre personnalité indienne américaine à Oussama ben Laden, massacreur et lâche terroriste, est douloureux et blessant pour notre tribu et pour tous les Indiens d’Amérique», a écrit Jeff Houser, président de la tribu apache de Fort Sill, dans une lettre au président Barack Obama, auquel il demande des excuses.

«Ce que cette opération a fait est de lier à jamais le nom et la mémoire de Geronimo à l’un des ennemis les plus ignobles qu’ait eu notre pays», écrit-il par ailleurs dans cette lettre. «Contrairement au lâche Oussama ben Laden, Geronimo a fait face à l’ennemi lors de nombreux engagements militaires», a souligné Houser. «Il disait la vérité sur l’homme blanc». Chester Rodriguez, un descendant apache de Geronimo vivant à Bisbee dans l’Arizona, a estimé lui aussi que le recours au nom de son ancêtre pour l’opération contre Ben Laden était une injustice.

Geronimo était « un homme bon »

«Geronimo n’était pas un terroriste, c’était un homme bon, il disait la vérité sur l’homme blanc et ce qu’il faisait à son peuple(…). Il n’avait rien à voir avec (Ben Laden)», a ajouté Rodriguez, âgé de 55 ans, dont le nom apache est «Os d’aigle». Quant au conseil des chefs de la nation indienne Onondaga, dans l’Etat de New York, il a estimé que «Comparer (Geronimo) à Oussama ben Laden est illogique et insultant». «Geronimo est la personnalité indienne d’Amérique la plus connue au monde, et cette comparaison ne peut que perpétuer les stéréotypes négatifs qui circulent sur nos peuples. L’état-major de l’armée américaine aurait dû être mieux inspiré», ont déclaré les chefs. ©LeMatin.ch

Commentaires

Derniers Articles

 

Finlande : des supermarchés lancent des « happy hours » contre le gaspillage

VEJA lance sa première running écologique

Les finalistes du Comedy Wildlife Photography Awards 2019

Game of Thrones: un deuxième spin-off serait centré sur la Maison Targaryen

Gargoyles : la série animée des années 90 sera sur Disney+

Paris : des artistes revisitent la bouteille Desperados

The Witcher : la série Netflix devrait arriver le 17 décembre

Une expérience King Kong au coeur de l’Empire State Building

Un TETRIS transposé dans la vraie vie

The Institute : le dernier roman de Stephen King sera adapté en série

La borne interactive qui vous permet de poser avec vos joueurs préfèrés

Suède: des billboards transformés en hôtels pour abeilles

Monopoly: une version féministe où les femmes gagnent plus que les hommes

Daniel Buren revisite la boîte de La Vache qui rit®

Qatar : des routes peintes en bleu pour rafrâichir la température

Quand le design de l’IPhone 11 affole le web

Disneyland Paris : la zone dédiée à La Reine des Neiges se dévoile

VANS lance une collection « L’Étrange Noël de monsieur Jack »

La première série Apple avec Jason Momoa se dévoile

Une véritable forêt plantée sur un terrain de foot pour la bonne cause

Il réalise des portraits hyperréalistes de tableaux et sculptures célèbres

Wewalk, la canne intelligente qui révolutionne la vie des malvoyants

Ce graphiste manipule les espaces vides

Une exposition SEMPÉ va réunir plus de 300 dessins