Le frère de Pablo Escobar menace Netflix pour « Narcos »

Fini de rire. Si la plateforme se moquait de la Hadopi en mettant en scène le Cartel de Cali, rendu célèbre par la série Narcos, l’heure n’est plus à la rigolade pour le mastodonte de la SVoD US. Le grand frère de Pablo Escobar (le vrai) menace directement la firme peu de temps après le lancement de la saison 3 de Narcos.

« Si nous ne recevons pas l’argent, nous mettrons fin à leur petit show ». Et lorsque l’ancien comptable du Cartel de Medellín parle argent, il ne plaisante pas : Roberto De Jesús Escobar Gaviria, surnommé El Osito (l’Ours), réclame pas moins d’un milliard de dollars à Netflix !

« Nous mettrons fin à leur petit show »

Petit rappel des faits. En 2014, lorsque la plateforme a annoncé son souhait de porter à l’écran l’histoire des cartels colombiens, dont celui de Medellín et de son chef le narcotrafiquant Pablo Escobar, il monte la société Escobar Inc. et se revendique comme seul ayant droit de son frère, abattu par la police le 2 décembre 1993.

Le 1er juillet 2016, il envoie une lettre à Netflix réclamant 1 milliard de dollars à la plateforme pour « usage non autorisé de contenu ». Dans une interview à The Hollywood Reporter, l’ainé de Pablo Escobar explique la raison de son courroux et donne quelques petits conseils à Netflix. L’ancien chef des tueurs à gages du clan estime que Netflix devrait penser à engager les siens pour assurer sa sécurité. Il revendique les droits de « tous les noms [de la famille Escobar] et celle de la marque Narcos ».

Netflix a peur. Ils nous ont envoyé une longue lettre pour nous menacer. Et maintenant, nous discutons par avocats interposés pour obtenir le milliard de dollars que nous réclamons

D’après lui, la firme, ou n’importe quelle autre société de production, ne peut espérer tourner un film à Medellín ou en Colombie sur lui ou son frère « sans l’autorisation d’Escobar Inc. C’est très dangereux. Surtout sans notre bénédiction. C’est mon pays ».

Une menace qui n’est pas sans rappeler le meurtre d’un fixeur de Netflix parti en repérage à Mexico pour la 4e saison de Narcos. Le 11 septembre dernier, ce mexicain de 37 ans a été retrouvé dans sa voiture mortellement touché par plusieurs balles.

Aujourd’hui âgé de 71 ans, Roberto De Jesús Escobar Gaviria se veut toujours aussi menaçant : si Netflix n’obtempère pas, « nous mettrons un terme à leur petit show TV ».

« Leur mère aurait dû les garder dans leur utérus. C’est ce que nous disons à des gens comme eux s’ils viennent en Colombie ».

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement