« Mon Bataclan » : une BD-témoignage d’un survivant du 13 Novembre

Demain, vendredi 21 octobre 2016, Lemieux éditeur publie « Mon Bataclan » de Fred Dewilde. Un document exceptionnel. Une petite pierre pour l’histoire. Mais surtout une BD-témoignage exceptionnelle. Ce dessinateur s’est retrouvé dans la fosse du Bataclan durant deux heures le 13 novembre 2015. Dans le sang des autres. Au milieu des morts. Des souffles ralentis. Des regards vides. Au-dessous des tueurs qui commençaient à examiner ceux qui avaient bien pu réchapper à leur massacre.

Le temps des victimes n’est certainement pas celui des médias. Le CNRS qui a lancé un programme « 13 novembre » en sait quelque chose, qui recueille doucement sous la houlette de l’historien Denis Peschanski, les témoignages des uns et des autres, et suivra une cohorte de rescapés durant de longues années. Qu’un dessinateur qui se trouvait dans le vortex même de l’horreur, ait trouvé le courage de raconter coûte que coûte ce qu’il a vécu, ressenti dans ces deux heures même et tente de raisonner après le choc de l’ultraviolence est effectivement exceptionnel.

debriefing intime

monbataclan

reprendre sa vie en main

Mon Bataclan est le récit dessiné de la tragédie, Fred Dewild a concentré toute son énergie pour affronter ses propres images. Elles tiennent dans une dizaine de planches terrifiantes. Ensuite, il a posé le crayon car il ne pouvait plus raconter (pour le moment ) cet après-Bataclan. Il a préféré répondre à nos questions. C’est un debriefing intime du retour au monde des vivants qui relaie la mémoire dessinée. Quelles sont ses relations avec ses proches ? L’image de soi, le retour au travail, le statut officiel de victime, les sensations qui changent, le temps qui n’est plus le même, les fragilités souterraines et la vitalité essentielle…

Il y a les victimes du Bataclan, mais ce document déborde largement cette date et cette communauté de destins. Elle est le récit d’un homme qui se reconstruit après la tempête, qui fait comme il le peut, qui essaie de résister aux peurs et à la haine. Fred Dewild nous rappelle que les victimes survivantes ne doivent pas s’enfermer dans un statut privilégié et immobile, mais avant tout reprendre en main leur vie. C’est son combat et c’est un grand livre pour l’avenir.

Mon Bataclan. Lemieux éditeur 48 p., 15 €. Sortie le 21 octobre 2016.

via Le Parisien.

Derniers articles dans Art Design

  • Il transforme ses photos de vacances avec des silhouettes en papier

    Avec ses petites silhouettes en papier découpé, l’artiste et photographe Londonien Rich McCor transforme ses photos de touriste en scènes surréalistes. De Barcelone à Rome en passant par Rio et les Alpes Françaises, Monsieur McCor déborde d’imagination.

  • Ai Weiwei rend hommage aux réfugiés à Prague

    L’artiste dissident chinois, Ai Weiwei a de nouveau frappé fort. Pour sa dernière exposition à Prague, il signe « Law of the Journey », une installation monumentale où 300 figurines grandeur nature et drapées de noir sont rassemblées dans un bateau gonflable de 17 mètres de long. Une oeuvre coup de poing pour faire prendre conscience au […]

  • Les conditions générales d’iTunes façon comics

    Soyons honnêtes, lequel d’entre vous a déjà lu en intégralité les conditions d’utilisations d’iTunes? Un texte insipide et indigeste de 20 000 mots qui semble ne jamais finir. Le bédéiste américain Robert Sikoryak a relevé le défi et en a même tiré une bande dessinée. Dans son ouvrage, Terms and conditions, the graphic novel , […]

  • Un Shazam pour œuvres d’art

    Reprenant les codes de Shazam, l’application Samrtify modernise l’histoire de l’art et ses grands peintres. Le principe est simple: scannez un tableau ou un tirage papier à l’aide de votre appareil photo. Samrtify la reconnait et vous livre ensuite toutes les informations qu’il faut savoir sur l’œuvre ainsi qu’un commentaire audio. Si un tableau vous […]

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

Catégories