« Mon Bataclan » : une BD-témoignage d’un survivant du 13 Novembre

Demain, vendredi 21 octobre 2016, Lemieux éditeur publie « Mon Bataclan » de Fred Dewilde. Un document exceptionnel. Une petite pierre pour l’histoire. Mais surtout une BD-témoignage exceptionnelle. Ce dessinateur s’est retrouvé dans la fosse du Bataclan durant deux heures le 13 novembre 2015. Dans le sang des autres. Au milieu des morts. Des souffles ralentis. Des regards vides. Au-dessous des tueurs qui commençaient à examiner ceux qui avaient bien pu réchapper à leur massacre.

Le temps des victimes n’est certainement pas celui des médias. Le CNRS qui a lancé un programme « 13 novembre » en sait quelque chose, qui recueille doucement sous la houlette de l’historien Denis Peschanski, les témoignages des uns et des autres, et suivra une cohorte de rescapés durant de longues années. Qu’un dessinateur qui se trouvait dans le vortex même de l’horreur, ait trouvé le courage de raconter coûte que coûte ce qu’il a vécu, ressenti dans ces deux heures même et tente de raisonner après le choc de l’ultraviolence est effectivement exceptionnel.

debriefing intime

monbataclan

reprendre sa vie en main

Mon Bataclan est le récit dessiné de la tragédie, Fred Dewild a concentré toute son énergie pour affronter ses propres images. Elles tiennent dans une dizaine de planches terrifiantes. Ensuite, il a posé le crayon car il ne pouvait plus raconter (pour le moment ) cet après-Bataclan. Il a préféré répondre à nos questions. C’est un debriefing intime du retour au monde des vivants qui relaie la mémoire dessinée. Quelles sont ses relations avec ses proches ? L’image de soi, le retour au travail, le statut officiel de victime, les sensations qui changent, le temps qui n’est plus le même, les fragilités souterraines et la vitalité essentielle…

Il y a les victimes du Bataclan, mais ce document déborde largement cette date et cette communauté de destins. Elle est le récit d’un homme qui se reconstruit après la tempête, qui fait comme il le peut, qui essaie de résister aux peurs et à la haine. Fred Dewild nous rappelle que les victimes survivantes ne doivent pas s’enfermer dans un statut privilégié et immobile, mais avant tout reprendre en main leur vie. C’est son combat et c’est un grand livre pour l’avenir.

Mon Bataclan. Lemieux éditeur 48 p., 15 €. Sortie le 21 octobre 2016.

via Le Parisien.

Commentaires

Derniers Articles

 

Trump : La saga de ses poignées de main en mode Street Fighter

Duos mère-fille : les princesses Disney avant/après

America’s Got Talent: un incroyable show lumineux fait sensation

Nantes : Pour protester contre l’interdiction du bermuda, des conducteurs de bus travaillent en jupe

« Loïs et Clark » réunis 20 ans après l’arrêt de la série

Black Mirror bientôt adapté en livres

Un papa et ses deux enfants rejouent « Mad Max » dans une vidéo

Game of Thrones chante « Ice Ice Baby » dans un mashup parfait

Des distributeurs de « likes » Instagram existent en Russie !

Le premier Frigo Solidaire parisien installé dans le 18e

La projection immersive des « Dents de la mer » revient cet été

Avec du maquillage, elle se transforme en toiles de maître (sans Photoshop)

Stranger Things : lancement d’une nouvelle collection de jouets

Moby revient avec un clip merveilleusement déprimant

Le jeu télé Candy Crush dévoile sa bande-annonce

30 ans de graffiti dévoilés par la découpe d’un mur

Hellfest 2017 : un trône Game of Thrones signé Gibson

2500 estampes japonaises HD disponibles gratuitement

Le nouveau JUMANJI dévoile ses connexions avec le film original

Un feu rouge Mary Poppins installé en Australie

Un peintre Syrien transforme les dirigeants du monde en réfugiés

Ikea réinvente la cuisine pour les nuls

Quand les chats se préparent pour dominer le monde

Belgique : il découvre une bibliothèque vieille de 200 ans parfaitement conservée 

681520d92e4504601e73ed6e4d9239dc|||||||||||||||||||||||||||||