« Mon Bataclan » : une BD-témoignage d’un survivant du 13 Novembre

Demain, vendredi 21 octobre 2016, Lemieux éditeur publie « Mon Bataclan » de Fred Dewilde. Un document exceptionnel. Une petite pierre pour l’histoire. Mais surtout une BD-témoignage exceptionnelle. Ce dessinateur s’est retrouvé dans la fosse du Bataclan durant deux heures le 13 novembre 2015. Dans le sang des autres. Au milieu des morts. Des souffles ralentis. Des regards vides. Au-dessous des tueurs qui commençaient à examiner ceux qui avaient bien pu réchapper à leur massacre.

Le temps des victimes n’est certainement pas celui des médias. Le CNRS qui a lancé un programme « 13 novembre » en sait quelque chose, qui recueille doucement sous la houlette de l’historien Denis Peschanski, les témoignages des uns et des autres, et suivra une cohorte de rescapés durant de longues années. Qu’un dessinateur qui se trouvait dans le vortex même de l’horreur, ait trouvé le courage de raconter coûte que coûte ce qu’il a vécu, ressenti dans ces deux heures même et tente de raisonner après le choc de l’ultraviolence est effectivement exceptionnel.

debriefing intime

monbataclan

reprendre sa vie en main

Mon Bataclan est le récit dessiné de la tragédie, Fred Dewild a concentré toute son énergie pour affronter ses propres images. Elles tiennent dans une dizaine de planches terrifiantes. Ensuite, il a posé le crayon car il ne pouvait plus raconter (pour le moment ) cet après-Bataclan. Il a préféré répondre à nos questions. C’est un debriefing intime du retour au monde des vivants qui relaie la mémoire dessinée. Quelles sont ses relations avec ses proches ? L’image de soi, le retour au travail, le statut officiel de victime, les sensations qui changent, le temps qui n’est plus le même, les fragilités souterraines et la vitalité essentielle…

Il y a les victimes du Bataclan, mais ce document déborde largement cette date et cette communauté de destins. Elle est le récit d’un homme qui se reconstruit après la tempête, qui fait comme il le peut, qui essaie de résister aux peurs et à la haine. Fred Dewild nous rappelle que les victimes survivantes ne doivent pas s’enfermer dans un statut privilégié et immobile, mais avant tout reprendre en main leur vie. C’est son combat et c’est un grand livre pour l’avenir.

Mon Bataclan. Lemieux éditeur 48 p., 15 €. Sortie le 21 octobre 2016.

via Le Parisien.

Commentaires

Derniers Articles

 

Quand l’histoire de l’art rencontre 2017

Une bouée taureau pour faire du rodéo

Celeste continue de parodier les photos de stars

« ÇA » dévoile son nouveau trailer cauchemardesque

Un street artiste et un styliste investissent une maison abandonnée juste avant sa destruction

Un acteur de Game of Thrones ouvre sa boulangerie

Réalité augmentée : il reproduit le clip « Take on Me » dans son salon

Le costume « Fu.. You » de Conor McGregor disponible à la vente

Le créateur des « Simpsons » aux manettes d’une série pour Netflix

The Tokyoiter : Tokyo illustré dans le style du New Yorker

Paris : la start-up Popchef propose des congés illimités à ses employés

Le street artiste Tom Bob s’empare des rues de New-York

Le retour du groupe Manau pour les 20 ans de « La Tribu de Dana »

Un musée subaquatique va ouvrir à Marseille

Quand une artiste transforme les vergetures

IconSpeak, 40 icônes universelles sur un t-shirt pour communiquer dans le monde entier

The Trip: des cours immersifs d’indoor cycling devant un écran géant

Bande-annonce haletante pour Westworld saison 2

Ces animaux en papier prennent vie avec un éventail

« Thriller » s’invite dans le premier trailer de Stranger Things S02

Un ancien van de surveillance du FBI en vente sur eBay

Nantes : exposition H.R. Giger, le créateur d’Alien

Michael Phelps défie un grand requin blanc à la nage

Il ôte d’anciens tatouages racistes gratuitement

fa9b10957a0eb0941990cf6f20373396xxxxxxxxxxxx