« Mon Bataclan » : une BD-témoignage d’un survivant du 13 Novembre

Demain, vendredi 21 octobre 2016, Lemieux éditeur publie « Mon Bataclan » de Fred Dewilde. Un document exceptionnel. Une petite pierre pour l’histoire. Mais surtout une BD-témoignage exceptionnelle. Ce dessinateur s’est retrouvé dans la fosse du Bataclan durant deux heures le 13 novembre 2015. Dans le sang des autres. Au milieu des morts. Des souffles ralentis. Des regards vides. Au-dessous des tueurs qui commençaient à examiner ceux qui avaient bien pu réchapper à leur massacre.

Le temps des victimes n’est certainement pas celui des médias. Le CNRS qui a lancé un programme « 13 novembre » en sait quelque chose, qui recueille doucement sous la houlette de l’historien Denis Peschanski, les témoignages des uns et des autres, et suivra une cohorte de rescapés durant de longues années. Qu’un dessinateur qui se trouvait dans le vortex même de l’horreur, ait trouvé le courage de raconter coûte que coûte ce qu’il a vécu, ressenti dans ces deux heures même et tente de raisonner après le choc de l’ultraviolence est effectivement exceptionnel.

debriefing intime

monbataclan

reprendre sa vie en main

Mon Bataclan est le récit dessiné de la tragédie, Fred Dewild a concentré toute son énergie pour affronter ses propres images. Elles tiennent dans une dizaine de planches terrifiantes. Ensuite, il a posé le crayon car il ne pouvait plus raconter (pour le moment ) cet après-Bataclan. Il a préféré répondre à nos questions. C’est un debriefing intime du retour au monde des vivants qui relaie la mémoire dessinée. Quelles sont ses relations avec ses proches ? L’image de soi, le retour au travail, le statut officiel de victime, les sensations qui changent, le temps qui n’est plus le même, les fragilités souterraines et la vitalité essentielle…

Il y a les victimes du Bataclan, mais ce document déborde largement cette date et cette communauté de destins. Elle est le récit d’un homme qui se reconstruit après la tempête, qui fait comme il le peut, qui essaie de résister aux peurs et à la haine. Fred Dewild nous rappelle que les victimes survivantes ne doivent pas s’enfermer dans un statut privilégié et immobile, mais avant tout reprendre en main leur vie. C’est son combat et c’est un grand livre pour l’avenir.

Mon Bataclan. Lemieux éditeur 48 p., 15 €. Sortie le 21 octobre 2016.

via Le Parisien.

Commentaires

Derniers Articles

 

Séoul : ouverture d’une autoroute abandonnée transformée en promenade plantée

Paris : installation d’une piste d’athlétisme flottante sur la Seine

Un Hand Spinner de luxe signé Cartier ?

Londres : la cabine téléphonique rouge devient un mini-espace de travail à louer

Un café éphémère « Twin Peaks » pour le retour de la série

Un ferronnier se fabrique un Spinner Batman géant

Netflix dévoile un teaser pour la série dérivée de « Dark Crystal »

Des « Hand Spinner » LEGO à faire soi-même

Grande exposition Valérian à Paris

Un café à rats va ouvrir à Sans Francisco

Avec la pose longue, ce photographe transforme les films cultes en art abstrait

Le premier Nutella Café va ouvrir à Chicago

Périgueux : inauguration d’un passage piéton arc-en-ciel pour lutter contre l’homophobie

Les Simpson : une version gonflable de la Taverne de Moe

Les logos des fast-food en version Manga

Écosse : une maison de Hobbit construite par un fan de Tolkien

Avec Face App, un visiteur du Rijksmuseum d’Amsterdam fait sourire les toiles de maîtres

Avant de poser un parquet, il laisse une petite blague pour le prochain propriétaire

Le thème d’Harry Potter remixé au « finger drumming »

Elle anime « Alien Covenant » avec du papier découpé

Jean-Pierre Jeunet signe le dernier clip de Gauvain Sers

Des pochettes d’albums cultes recréées par Michel Gondry

Disneyland lance des Churros sabre laser

Minecraft in Real Life

9461f2374a719078c5915b9002845b10...........................