La FIAC retire une œuvre pour sa connotation sexuelle

Chassez cette levrette que je ne saurais voir. Domestikator ne ferait finalement pas partie du parcours Hors les murs de la Fiac 2017 (Foire internationale d’art contemporain), qui avait officiellement accepté l’œuvre. Le Louvre a refusé d’intégrer la sculpture de l’Atelier néerlandais Van Lieshout dans les jardins des Tuileries en raison de sa « connotation sexuelle ».

Sans faire preuve d’une trop grande imagination, la sculpture laisse apparaitre deux personnes (souhaitons-le) en plein acte sexuel. Fichtre !

Pas de sexe, merci

Le Louvre l’a donc retiré de sa programmation et motive sa décision en expliquant qu’elle risquait d’être « mal perçue par notre public traditionnel du Jardin des Tuileries ». L’œuvre était initialement implantée près d’une aire pour enfants qui, supposons le donc, auraient été fortement perturbés par une telle vision.

Haute de 12 mètres et pesant 30 tonnes, l’œuvre a pourtant été dévoilée en 2015, dans le cadre de la Ruhrtriennale de Bochum (Allemagne), sans susciter la moindre controverse.

Éviter de nouvelles polémiques ?

Mais Le Louvre a sans doute préféré anticiper les futures polémiques, comme ce fut le cas en 2014 avec l’installation de l’arbre de Noel de James McCarthy place des Vosges.

Présentée elle aussi dans le parcours Hors les murs et rapidement comparé à un « plug anal » par ses détracteurs, l’œuvre a été vandalisée et dégonflée avant d’être purement et simplement retirée par l’artiste (lui même agressé quelques jours avant).

Joep Van Lieshout quant à lui s’est dit très surpris qu’une telle chose ait pu se produire en France.

« Je ne trouve pas cette œuvre provocante, sûrement pas plus que ce qui circule sur les réseaux sociaux. Mais aujourd’hui, il y a énormément d’autocensure, les musées ont tellement peur des remarques qu’ils excluent ou interdisent énormément de choses, redoutant une polémique enflammant les réseaux Facebook et Twitter. Mais c’est le rôle des musées d’expliquer les œuvres, et donner aux visiteurs les informations nécessaires à leur compréhension ! », estime-t-il.

La Mairie de Paris a bien tenté de lui trouver un autre emplacement, mais la dimension de l’œuvre et le manque de temps ont rendu cela impossible. La Fiac se déroulera du 19 au 22 octobre à Paris.

Commentaires

Derniers Articles

 

G-SHOCK lance un modèle Captain Tsubasa

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion