Cette enseignante décide de porter la même robe pendant 100 jours

Julia Mooney, une enseignante du New Jersey, décide de porter la même robe pendant 100 jours pour montrer son engagement en faveur de la décroissance et de la préservation de l’environnement.

Porter la même robe pendant 100 jours d’affilée

Au quotidien, de petites actions peuvent avoir de grandes répercussions. En plus de réduire ses déchets et de remplacer le plastique par des alternatives réutilisables, il est tout à fait possible d’avoir un impact positif sur la planète en faisant les bons choix vestimentaires.

C’est ce pour quoi s’est engagée Julia Mooney, enseignante au collège du New Jersey, en décidant de porter une robe unique pendant 100 jours. La jeune femme nous incite ainsi à réduire nos achats compulsifs et à maîtriser les frénésies de la mode.

Elle s’est présentée le premier jour d’école à la classe vêtue de sa petite robe grise à boutons. Sans révéler quoi que ce soit à ses élèves, elle a continué à porter la même robe jour après jour jusqu’à susciter leur interrogation. Elle leur a alors expliqué qu’il n’y avait aucune règle établie sur le sujet, et que nous avions tout à fait le droit de porter le même vêtement chaque jour.

Répugnant ? Ennuyeux ?

Sur son blog, la jeune femme répond à ses détracteurs en leur disant qu’elle lave régulièrement sa tenue qui sèche la nuit. C’est également une opportunité de se libérer de contraintes et de ne plus perdre du temps le matin à penser « qu’est-ce que je vais porter ?». Quant à l’usure, un point de couture ou une pièce à rajouter à la machine et le tour est joué.

La mode pousse à la surconsommation

« Notre culture de l’excès nous pousse à acheter trop de vêtements en permanence. Au-delà de l’impact environnemental, cette tendance est également préjudiciable pour les individus : à 12-13 ans, les jeunes s’identifient aux vêtements et aux marques qu’ils portent ce qui est bien trop superficiel et accentue les disparités sociales. Sans parler de l’exploitation des enfants et travailleurs pauvres employés dans les usines de production.

Et si nous options pour des marques éthiques qui ne privilégient pas la simplicité et le rendement à l’homme et aux valeurs ? Et si nous dépensions notre énergie à essayer d’être des êtres bons et intéressants, au lieu de chercher l’offre ou la promo ? ».

De nombreux internautes ont déjà adhéré au One Outfit 100 Days challenge et n’hésitent pas à imiter la démarche de Julia.

View this post on Instagram

For at least 100 days I'll be wearing this dress, through ceramics projects, blizzards, whatever. Disgusting? Well, it gets washed! Boring? Sure. I love to express myself through what I wear as much as the next American. This is a challenge. And yet, how hard is it really? Agonizing over "what to wear" in the morning will be a thing of the past (helpful when also getting 2 toddlers out the door by 6:30am). Not long ago Americans had only a few clothing sets. My house, built in the 30's, doesn't have any closets besides the one we added ourselves. What if I get a rip? I'll sew a patch with my sewing machine, an item that used to be as common a household item as the TV is today. How will I avoid the stains that come with being an art teacher? How did people once avoid the stains of housework? An apron. Why do this at all!? Well, I'm not the first. Matilda Khal wore the same outfit for three years to simplify her life. @bethanywinz did it too and wrote "1 Year 1 Dress". Steve Jobs, @barackobama , the list goes on. When explaining this project to my middle school daughter I asked her to look at her shirt tag. "Made in Indonesia." We demand lots of clothes cheap, so retailers have to produce in foreign factories where US labor laws don't protect workers. Thankfully, there are some fair trade companies that sell items (like this dress from @thoughtclothing) from factories that treat their employees well. I also told my daughter about the environmental impacts of excessive buying.Making and discarding this "stuff" uses water and pollutes. And for what? So we can look cool?! The challenge I'm presenting is this: Let's think before we buy, wear, discard, and buy again. Can we buy clothes used? Buy responsibly? Buy LESS? Learn to sew a few things? (Stop shaking your head. Everyone's great grandmother used to, so you can too. Boys too.) Do we really need so many new outfits? Are we just perpetuating a culture that defines us based on what we're wearing rather than what we're doing? What if we spent our energy trying to BE good, interesting humans instead of trying to LOOK good and interesting? #Oneoutfitchallenge

A post shared by Julia Mooney OneOutfit100Days (@oneoutfit100days) on

Commentaires

Derniers Articles

 

Le film « L’Auberge Espagnole » va être adapté en série

« La Jeune Fille à la perle » avec des touches de claviers recyclés

Zac Efron et Amanda Seyfried seront dans le prochain film Scooby-Doo

Un supermarché propose des caddies spéciaux pour célibataires

Vans lance une collection de sneakers David Bowie

Emilia Clarke a failli mourir d’un AVC après la saison 1 de Game of Thrones

Les Chevaliers du Zodiaque : un nouveau trailer pour la série Netflix

Ses nunchakus sont dignes de Star Wars

Dora l’exploratrice : le film dévoile sa bande-annonce

Les Marcheurs Blancs de Game of Thrones dans les rues de Lille

21 Buttons, le nouveau réseau social de mode qui fait fureur

Un professeur transforme son observatoire en R2-D2

Un jeu vidéo Peaky Blinders sortira en 2020

Le Coroner : la série Youtube qui analyse les morts célèbres du cinéma

Des peintures classiques revisitées version pop culture

Under : le premier restaurant sous-marin d’Europe ouvre ses portes

Game of Thrones : le premier épisode de la saison 8 diffusé au cinéma

Le film « Dora l’exploratrice » dévoile ses affiches

Noah Centineo pourrait incarner Musclor dans « Les Maîtres de l’Univers »

Game of Thrones : HBO cache 6 trônes dans le monde !

Une version 360° de « La Laitière » de Vermeer

Le Petit Futé sort le premier guide touristique sur la Corée du Nord

Swing Table: la table de réunion inspirée d’une balançoire

Des sushis imprimés en 3D et adaptés à vos données biologiques