« Enfilez-vous! ». La version satirique du livre de Stéphane Hessel

Après le succès d’«Indignez-vous!» de Stéphane Hessel, voilà «Enfilez-vous!», la version satirique.

Plus de 1,2 million d’exemplaires vendus. «Indignez-vous!», le livre de Stéphane Hessel, est un carton monumental. Et ce malgré le fait qu’il ait zappé la chose la plus importante du monde: «le cul, bien entendu», tonitrue Luz. Dessinateur du journal satirique français Charlie Hebdo, l’artiste a décidé de combler l’oubli du vieux monsieur de 93 ans. Il a donc commis avec Rafaël Borgia, un mystérieux auteur qui, excusez du peu, est né à Bâton Rouge. «Enfilez-vous!», un bien joli titre qui ne mérite pas forcément qu’on fasse un dessin. Eh bien si justement, des dessins, Luz en a fait tout plein, à ne pas mettre entre toutes les mains, pour illustrer l’ouvrage parodique qui sort en France le 14 avril. Après «Indignez-vous!» sa suite «Engagez-vous!» sa réplique «J’y crois pas!» la version trash est plus que bienvenue et met le sourire aux lèvres.

Une ode à la fornication

Le concept du bouquin est clair : il n’y a que de bonnes raisons de s’enfiler. «Moins dangereuse que de se révolter», «moins salissante que la kalachnikov ou la ceinture d’explosifs», «bénéfique pour la santé», la fornication devrait être généralisée et encouragée. Tous les maux de la société pourraient disparaître, selon les auteurs, si on faisait tous et tout le temps la bête à deux dos. Flics et banquiers pourraient même devenir sympas à ce régime-là. Les inégalités seraient balayées à l’aide de quelques coups de reins. «Un pauvre qui s’enfile avec un riche cesse automatiquement d’être pauvre», clame Luz.

Fervents défenseurs du slogan «faites l’amour pas la guerre», les deux auteurs verraient bien les grands de ce monde s’enfiler dans la joie et la bonne humeur. Marine Le Pen et Tariq Ramadan se faisant des câlins, Eva Joly et Bernard Tapie emmanchant une partie de sport matelas ou encore Sarah Palin et Mahmoud Ahmadinejad se prodiguant des caresses en tout genre, l’ambiance serait un peu plus détendue que lors de l’opération plomb durci.

Derrière ce que le dessinateur décrit lui-même comme une «couillonnade» se dresse une réflexion pointue sur la société française. Pour Luz, «Indignez-vous!» est «le tract politique d’un vieux monsieur qui a connu un succès vertigineux. Il nous semblait nécessaire de péter un coup après ce phénomène qui a fait que les Français ont commencé à s’indigner pour tout et n’importe quoi. Il y a eu des débats partout où tout le monde prenait un air très sérieux. Il fallait qu’un grand éclat de rire vienne remettre de l’ordre dans tout ça.» ©leMatin.ch

«Enfilez-vous!» Rafaël Borgia et Luz, éditions 12 bis, sortie le 14 avril

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Wes Anderson à Angoulême pour le tournage de son prochain film

Tous les caméos de Stan Lee dans une vidéo

Une action surprenante du Centre Pompidou pour attirer les touristes étrangers

Le Dumbo de Tim Burton dévoile sa bande-annonce

Madame Oleson de « La Petite Maison dans la prairie » est décédée

Une nouvelle saga de George R.R Martin adaptée en série

Les plus beaux hommages à Stan Lee

Le Big Mac fête ses 50 ans et nous fait voyager dans le temps

40 artistes rendent hommage à Naruto dans une exposition

Pedro Pascal star de la prochaine série Star Wars

Nekfeu prête sa voix pour le doublage de « My Hero Academia »

Game of Thrones: HBO dévoile la date de diffusion de la saison 8

Peter Jackson : une date de tournage pour Tintin 2 ?

Who’s She? : un jeu de société sur les femmes extraordinaires qui ont changé le monde !

Mort de Stan Lee : les réactions des stars Marvel

Les sculptures sur fruits et légumes de Gaku

Si les grandes enseignes étaient des sneakers

Il crée de magnifiques compositions florales en forme de sneakers

Une fresque « Super Smash Bros. Ultimate » prend vie

Un premier teaser pour Toy Story 4 !

Cette bibliothèque dévoile un « arbre de Noël » composé de 13.000 livres

La série Westworld touchée par l’incendie en Californie

Une collection Stranger Things chez Pull&Bear

Des peintures classiques visitent le XXIème siècle