Des scientifiques japonais vont tenter de créer un mammouth par clonage

Des scientifiques japonais vont tenter de créer un mammouth par clonage et redonner vie à une espèce disparue depuis des milliers d’années, a affirmé lundi un journal nippon.

Des Japonais veulent donner vie à un mammouth par clonage. Ces chercheurs vont travailler sur les tissus d’un cadavre de mammouth retrouvé congelé et conservé dans un laboratoire russe, a expliqué le quotidien Yomiuri Shimbun.

« Les préparatifs son achevés » et l’équipe va bientôt pouvoir débuter les opérations, a assuré au journal Akira Iritani, chef de l’équipe scientifique et professeur à l’université de Kyoto (ouest).

Le projet consiste à introduire des noyaux de cellules du mammouth, mort depuis des milliers d’années, dans des cellules énucléées provenant d’un éléphant vivant, afin de créer un embryon contenant de l’ADN de mammouth.

Cet embryon sera ensuite placé dans l’utérus d’une femelle éléphant en espérant qu’elle donnera plus tard naissance à un bébé mammouth, a précisé le Yomiuri.

L’équipe de M. Iritani va s’appuyer sur les travaux d’un autre scientifique japonais, Teruhiko Wakayama, du Centre Riken de Biologie du Développement de Yokohama (région de Tokyo), qui est parvenu à créer des clones de souris mortes et congelées depuis 16 ans. En utilisant la technique de M. Wakayama, M. Iritani et ses collègues ont mis au point un procédé permettant d’extraire des noyaux de cellules mortes, sans les abîmer.

« Si nous parvenons à créer l’embryon d’un clone, il nous faudra discuter, avant de l’implanter dans un utérus, de la manière dont nous pourrions nourrir (le futur mammouth) et de la pertinence de le montrer au public », a poursuivi M. Iritani.

Il pense que son expérience, si elle réussit, permettra d’en savoir plus sur ces grands herbivores laineux disparus il y a des millénaires de la surface de la Terre pour des raisons encore discutées. « Après l’éventuelle naissance du mammouth, nous examinerons ses conditions de vie et ses gènes afin de comprendre pourquoi l’espèce s’est éteinte, entre autres questions », a détaillé le chercheur.

L’équipe de M. Iritani, qui travaille avec un spécialiste russe des mammouths et deux experts américains des éléphants, espère toucher au but d’ici à cinq ou six ans. via

Commentaires

Derniers Articles

 

Les animaux en fil de fer de Candice Bees

Avec sa calèche, il lance le « Uber Amish »

Les urinoirs qui font pousser des fleurs arrivent à Paris

Un tatouage animé de Rick et Morty

Un nouveau « Denver, le petit dinosaure » arrive sur M6

Une structure gonflable pour jouer à « Chass’Taupes »

Le pont de Trestle dans l’Iowa

Le Mexique décroche le titre de champion du monde de Cosplay

Harry Potter : il fabrique des cartes de Chocogrenouille en Lego

The Walking Dead: Negan devient un personnage de « Tekken 7 »

CoolingStyle, un climatiseur portable lancé sur kickstarter

Quand les mascottes publicitaires se prennent en photo

Lancement d’une nouvelle collection de boxers Saint Seya

ProForm : la salle de sport qui s’invite directement dans ton salon

Un salon de thé dissimulé derrière un distributeur automatique

Les cartes Magic prennent vie grâce à la réalité augmentée

Décès du mannequin « Zombie Boy » à l’âge de 32 ans

Une nouvelle collection de chaussures Toy Story

Elle remplace ses collègues de bureau par des personnages de la peinture classique

« Mission impossible : Fallout » projeté sur une falaise norvégienne

« Unzipped », la nouvelle installation surréaliste d’Alex Chinneck

Nicky Larson : un teaser pour le prochain film d’animation

« Alf » pourrait faire son retour dans une nouvelle série

Les plus belles portes de Paris