Damien, le papa graphiste qui se tatoue les dessins de ses enfants sur le corps

Il y’a trois semaines, je vous parlais de Keith Anderson, un papa canadien qui a plusieurs dessins de son fils tatoués sur le corps. Cette fois direction la Belgique à la rencontre de Damien, un jeune papa graphiste qui lui aussi a des tatouages reprenant quelques oeuvres de son fils. Une rhinocéros, un bélier, un oiseau ou un requin, le style épuré des dessins d’origine passe vraiment bien en tatouages.

damien-papa-tatouages01

Le rhino de Léon quand il avait 4 ans

Le plus grand, Léon, à dessiné sur un tableau magique le rhino quand il avait 4 ans. Il était donc éphémère et je me suis empressé de le photographier pour ne pas le perdre. Notre premier métier, à sa maman et moi, c’est graphiste, du coup on a toujours pris le temps de regarder des images, des dessins, des chats et des animaux sur internet, ça a forcément du avoir une influence sur son trait.

Ce matin là, il y a 4 ans, j’étais abasourdi en voyant le style avec lequel Léon avait réussi à synthétiser la forme d’un rhino en quelques traits. J’aime me raconter que je n’arriverai jamais à faire un « logo » aussi pur d’un animal comme ça. C’est depuis ce jour-là que je me suis dit que j’allais archiver et photographier certains de ses dessins pour me les faire tatouer.

damien-papa-tatouages05

4 tatouages de mon fils, 1 de ma fille

Pour l’instant j’ai cinq tatouages, les quatre premiers sont de lui et là, en janvier je suis repassé à Paris pour me faire tatouer le cinquième, qui est un dessin de Véga. Véga, la petite soeur, a presque 5 ans. Elle a toujours vu les dessins de son frère se faire tatouer sur moi, les uns après les autres, et à 4 ans et demi, le même age que son grand frère à l’époque, elle a sorti ce bélier (ça devait être un elephant au départ mais elle a foiré et elle l’a transformé en bélier). Je me suis dit : voilà, ce sera son premier tatouage.

damien-papa-tatouages08

Obsession de la mémoire

Je pense que cet acte inconscient de me marquer ces choses viennent de mon obsession de la mémoire, ou de l’archive. Je crois que tous les graphistes ont cette obsession. Et le photographe avec qui je bosse aussi, David Widart, d’ailleurs il a insisté pour que je dise que ces photos sont faites avec son film numéro 180. Mon tatoueur c’est Jean André, un DA et artiste parisien. Jusqu’a présent c’est lui qui les a tous faits et j’essaye d’aller le voir le plus souvent possible. La Belgique c’est pas si loin de Paris.

damien-papa-tatouages02

damien-papa-tatouages06

damien-papa-tatouages03

damien-papa-tatouages04
damien-papa-tatouages09

Entretien avec Damien pour Golem13.
Photos : ©David Widart / Film #180

Commentaires

Derniers Articles

 

Le jeu « Call of Duty » arrive sur mobiles

Un trailer officiel pour Toy Story 4

One Punch Man: la saison 2 dévoile son trailer

Un député enregistre une chanson sur les gilets jaunes avec Doc Gynéco

Paris : un ciel de 800 parapluies multicolores installé dans une rue

Snapchat devrait lancer une plateforme de jeux vidéo

Puma et Polaroid lancent une collection de sneakers

Un cours d’anatomie en réalité augmentée depuis un tableau de Rembrandt

Les couvertures originales de « Martine » mises aux enchères

Paris : le Championnat de France de Barbe arrive en juin

Les Gardiens de la Galaxie 3 : James Gunn réembauché par Disney !

Quand des fans fabriquent des drones Star Wars

Loliware : la paille comestible et biodégradable fabriquée à base d’algues

Arctique : la première exposition de photos sous la glace

Booba se plonge dans la peau de Tony Montana dans Scarface

Lyon : lancement de robots qui garent votre voiture à l’aéroport

Les pancartes de la « Marche du Siècle »

Un jeu éducatif qui lève le tabou des règles

Facebook développe des avatars 3D hyper réalistes pour communiquer

Alien : six courts métrages pour célébrer les 40 ans de la saga

Japon : un train entier devient un restaurant itinérant

Love, Death and Robots : la nouvelle série Netflix de David Fincher sort aujourd’hui

Texas : un village de maisons imprimées en 3D

Paris : un affichage au double visage pour le film « Us »