Coronavirus : elle photographie un Shanghai vide

La photographe Nicoco (@nicolattes) s’est récemment lancé dans un projet personnel pour documenter Shanghai pendant l’épidémie de coronavirus. Dans l’espoir de capturer le vide, l’isolement et la peur que le virus ne se soit propagé dans cette ville autrefois animée. Le projet documentaire s’appelle One person city.

« Une curiosité de voir comment une grande ville internationale sans sommeil réagirait à l’incertitude. Le résultat est un vide rempli de peur », explique la photographe.

En effet, le bilan ne cesse de s’alourdir. En Chine, ce nouveau coronavirus a déjà infecté plus de 20 000 personnes, et provoqué 425 morts.
« Mon expérience de vie à Shanghai pendant l’épidémie de coronavirus, et apparemment beaucoup d’autres, est l’isolement. C’est plus que des gens évitant les zones qu’ils pensent être surpeuplées. Ce sont des gens qui ne quittent pas leurs maisons. »

Une époque de l’année où les rues, les centres commerciaux et les attractions touristiques grouillent de visiteurs et de locaux.
« Au lieu de cela, la ville de 24 millions d’habitants a fermé ses portes. » dit Nicoco.

Shanghai devient une ville fantôme

Elle a pris les images avec un Canon 7D Mark II et un Canon 6D à 24 mm, en gardant délibérément les photos larges « pour capturer la grande ouverture ». Elle attendait souvent que quelqu’un entre dans le cadre afin de donner une idée de l’échelle.

« De nombreux emplacements sont conçus pour accueillir des centaines de personnes », explique-t-elle.
« On m’a poliment demandé de ne pas photographier dans certains centres commerciaux. Cependant, le manque total de visiteurs m’a rendu trop visible. Je ne voulais pas mettre le personnel de la boutique mal à l’aise, et j’ai trouvé plus facile de tirer sur des sites touristiques plus emblématiques. » 

Coronavirus :  » Une sensation de vide apocalyptique « 

Au cours de plusieurs jours passés à vélo, à marcher et à prendre le métro dans la ville, elle n’a vu pour la plupart que du personnel de conciergerie, des agents de sécurité et des caissiers. Les images qui en résultent sont étranges… vides, et pourtant remplies simultanément d’un sentiment à la fois de prudence et de peur.

« Mon objectif pour cette série était de capturer la sensation de vide apocalyptique », explique Nicoco.

« Certaines des photos peuvent sembler avoir été capturées à des heures étranges tôt le matin, mais en tant que collection, elles visent à renforcer qu’il n’y avait personne, nulle part. »

Commentaires

Derniers Articles

 

Un dôme transparent sur un toit londonien signé Alexander McQueen

Jurassic Park dévoile son nouveau Flipper

En Espagne, une résidence Airbnb attire les fans de « Squid Game »

Goldorak revient dans une nouvelle BD française

Une nouvelle saison de « Sauvés par le Gong » débarque en Novembre

Orelsan : une exposition sur 245 km à ciel ouvert

Voyagez dans un train décoré par Wes Anderson

Hair : le court-métrage de CUT BY FRED pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein

Abu Dhabi vient d’organiser un Squid Game grandeur nature

LEGO va supprimer les catégories « filles/garçons » pour ses jouets

Le remake de « Maman, j’ai raté l’avion ! » dévoile son trailer

Le prochain SCREAM dévoile sa bande-annonce

Une fresque de Kanye West mise en vente en NFT

Le nouveau Superman est bisexuel dans un Comics

Astérix et le griffon : le prochain album d’Astérix se dévoile

Lutti lance des bonbons en forme de Pokémon

Lancement d’un modèle Air Jordan « Max et les Maximonstres »

That ’90s Show : Netflix prépare le spin-off de la série « That ’70s Show »

Premières images de Timothée Chalamet en Willy Wonka

Billie Eilish et Nike lancent deux paires de sneakers vegan

Jung Ho-yeon : la nouvelle star de Squid Game

Un billboard 3D géant de Dragon Ball

Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City dévoile son trailer

LEGO lance un set impressionnant dédié au TITANIC