Coronavirus : elle photographie un Shanghai vide

La photographe Nicoco (@nicolattes) s’est récemment lancé dans un projet personnel pour documenter Shanghai pendant l’épidémie de coronavirus. Dans l’espoir de capturer le vide, l’isolement et la peur que le virus ne se soit propagé dans cette ville autrefois animée. Le projet documentaire s’appelle One person city.

« Une curiosité de voir comment une grande ville internationale sans sommeil réagirait à l’incertitude. Le résultat est un vide rempli de peur », explique la photographe.

En effet, le bilan ne cesse de s’alourdir. En Chine, ce nouveau coronavirus a déjà infecté plus de 20 000 personnes, et provoqué 425 morts.
« Mon expérience de vie à Shanghai pendant l’épidémie de coronavirus, et apparemment beaucoup d’autres, est l’isolement. C’est plus que des gens évitant les zones qu’ils pensent être surpeuplées. Ce sont des gens qui ne quittent pas leurs maisons. »

Une époque de l’année où les rues, les centres commerciaux et les attractions touristiques grouillent de visiteurs et de locaux.
« Au lieu de cela, la ville de 24 millions d’habitants a fermé ses portes. » dit Nicoco.

Shanghai devient une ville fantôme

Elle a pris les images avec un Canon 7D Mark II et un Canon 6D à 24 mm, en gardant délibérément les photos larges « pour capturer la grande ouverture ». Elle attendait souvent que quelqu’un entre dans le cadre afin de donner une idée de l’échelle.

« De nombreux emplacements sont conçus pour accueillir des centaines de personnes », explique-t-elle.
« On m’a poliment demandé de ne pas photographier dans certains centres commerciaux. Cependant, le manque total de visiteurs m’a rendu trop visible. Je ne voulais pas mettre le personnel de la boutique mal à l’aise, et j’ai trouvé plus facile de tirer sur des sites touristiques plus emblématiques. » 

Coronavirus :  » Une sensation de vide apocalyptique « 

Au cours de plusieurs jours passés à vélo, à marcher et à prendre le métro dans la ville, elle n’a vu pour la plupart que du personnel de conciergerie, des agents de sécurité et des caissiers. Les images qui en résultent sont étranges… vides, et pourtant remplies simultanément d’un sentiment à la fois de prudence et de peur.

« Mon objectif pour cette série était de capturer la sensation de vide apocalyptique », explique Nicoco.

« Certaines des photos peuvent sembler avoir été capturées à des heures étranges tôt le matin, mais en tant que collection, elles visent à renforcer qu’il n’y avait personne, nulle part. »

Commentaires

Derniers Articles

 

Des affiches de voyage vintage en mode confinement

Confinement : ils récréent des peintures célèbres avec les moyens du bord

Elle crée un masque pour les sourds et les malentendants

Découverte d’un crâne de dinosaure vieux de 99 millions d’années

Un nouveau jeu The Witcher en préparation !

Des singes déchainés envahissent les rues désertes en Thaïlande

Coronavirus : les réactions Twtitter après l’annonce de la suspension des cours

Resleeved : le spin-off de la série « Altered Carbon » se dévoile !

Cette entreprise crée des routes avec des bouteilles en plastiques

Les stars hollywoodiennes classiques colorisées

Les Nouveaux Mutants dévoile un nouveau trailer explosif

Le nouveau Battle Royale « Call of Duty : Warzone » est disponible !

Étonnantes photos des icebergs sous-marins du Groenland

Il transforme des célébrités en personnages Disney

Afrique du Sud : une cabane dans les arbres pour dormir dans la brousse

Cette fresque utilise 200 000 bouchons de bouteilles recyclées

Les Gardiens de la Galaxie pourraient être présents dans le prochain Thor !

Vincent Cassel rejoint le casting du prochain film Astérix

Coronavirus : des maisons d’isolement imprimées en 3D

Le catalogue de Disney + France se dévoile !

Il couvre des graffitis racistes avec des autocollants de chats

Australie : une maison de poupée géante installée dans la rue

La version féminine des logos célèbres

La nouvelle voiture 100% électrique de BMW se dévoile