Coronavirus : elle photographie un Shanghai vide

La photographe Nicoco (@nicolattes) s’est récemment lancé dans un projet personnel pour documenter Shanghai pendant l’épidémie de coronavirus. Dans l’espoir de capturer le vide, l’isolement et la peur que le virus ne se soit propagé dans cette ville autrefois animée. Le projet documentaire s’appelle One person city.

« Une curiosité de voir comment une grande ville internationale sans sommeil réagirait à l’incertitude. Le résultat est un vide rempli de peur », explique la photographe.

En effet, le bilan ne cesse de s’alourdir. En Chine, ce nouveau coronavirus a déjà infecté plus de 20 000 personnes, et provoqué 425 morts.
« Mon expérience de vie à Shanghai pendant l’épidémie de coronavirus, et apparemment beaucoup d’autres, est l’isolement. C’est plus que des gens évitant les zones qu’ils pensent être surpeuplées. Ce sont des gens qui ne quittent pas leurs maisons. »

Une époque de l’année où les rues, les centres commerciaux et les attractions touristiques grouillent de visiteurs et de locaux.
« Au lieu de cela, la ville de 24 millions d’habitants a fermé ses portes. » dit Nicoco.

Shanghai devient une ville fantôme

Elle a pris les images avec un Canon 7D Mark II et un Canon 6D à 24 mm, en gardant délibérément les photos larges « pour capturer la grande ouverture ». Elle attendait souvent que quelqu’un entre dans le cadre afin de donner une idée de l’échelle.

« De nombreux emplacements sont conçus pour accueillir des centaines de personnes », explique-t-elle.
« On m’a poliment demandé de ne pas photographier dans certains centres commerciaux. Cependant, le manque total de visiteurs m’a rendu trop visible. Je ne voulais pas mettre le personnel de la boutique mal à l’aise, et j’ai trouvé plus facile de tirer sur des sites touristiques plus emblématiques. » 

Coronavirus :  » Une sensation de vide apocalyptique « 

Au cours de plusieurs jours passés à vélo, à marcher et à prendre le métro dans la ville, elle n’a vu pour la plupart que du personnel de conciergerie, des agents de sécurité et des caissiers. Les images qui en résultent sont étranges… vides, et pourtant remplies simultanément d’un sentiment à la fois de prudence et de peur.

« Mon objectif pour cette série était de capturer la sensation de vide apocalyptique », explique Nicoco.

« Certaines des photos peuvent sembler avoir été capturées à des heures étranges tôt le matin, mais en tant que collection, elles visent à renforcer qu’il n’y avait personne, nulle part. »

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement