Cet artiste transforme de simples canettes en sculptures faites à la main

cannettes sculptées

L’artiste Noah Deledda vient de Detroit, aux Etats-Unis. Un jour, alors qu’il s’ennuyait à l’arrière d’une voiture, il a commencé à jouer avec une canette vide en aluminium. En la grattant et en appuyant dessus, Noah s’est rendu compte qu’il pouvait créer des formes intéressantes. Depuis, il a fait des canettes la matière première de son art.

Transformer l’ordinaire en l’extraordinaire

L’artiste sculpte des modèles géométriques dans des canettes pour en faire des oeuvres d’arts. Il explique qu’il essaye de « créer quelque chose d’unique à partir d’un objet ordinaire. Dans ce cas, un objet jetable commun ». Il a joute que la technique elle-même illustre très bien cette idée. En effet, grâce à des principes artistiques, des actions bénignes comme le grattage ou le pliage prennent une toute autre dimension : « La rayure, par exemple, lorsqu’elle est répétée et raffinée, donne un effet de polissage qui révèle une matière première brillante. » Au travers de son art, Noah Deledda montre qu’on peut sublimer des objets aussi simples que des canettes d’aluminium pour en faire quelque chose d’inédit et exceptionnel.

Des mains qui valent de l’or

Pour sculpter ces formes parfaitement géométriques, l’américain a comme unique instrument ses mains. Il utilise son pouce et son ongle pour créer des bosses et des plis harmonieux dans son oeuvre en trois dimensions. Pour en arriver a un tel niveau, Noah Deledda a développé une technique au fil des années en se trompant, en recommançant et en pratiquant énormément. Pour lui, il est important d’utiliser ses propres mains plutôt que des outils ou une machine pour créer ses intrigantes sculptures.

En 2010, l’artiste est arrivé premier lors de la compétition organisée tous les ans par la marque de boisson énergisante Red Bull « Art of can ». Aujourd’hui, lorsqu’il a terminé une de ses créations, il « l’encadre » dans une boîte en verre et documente chacune d’entre elles en les accompagnant de photos et de vidéos du processus nécessaire pour en arriver là. Le prix des oeuvres de Noah Deledda varient entre 1 650 € et un peu plus de 2 000 €. C’est la singularité des ses brillantes sculptures qui leur donne une grande valeur. Chaque pièce est unique.

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement