Stranger Things 2: si les 9 épisodes étaient des romans imprimés dans les 80’s

Alors que les fans ont déjà visionné la saison 2 de Stranger Things, l’artiste Butcher Billy vient d’illustrer chaque titres des épisodes de cette nouvelle saison. Comme vous le savez peu-être, le typographie et le logo utilisés pour la série très 80’s signée Netflix, est un hommage aux couvertures des romans de Stephen King qui paraissaient dans les années 80. De « Mad Max » à « The Gate », Butcher Billy illustre brillamment ces neuf épisodes qui semblent maintenant provenir des romans du maître de l’horreur. En petit bonus, l’artiste à même imaginé des cartouches de jeux ATARI. Une chose est sûr, on est bien en 1983.

Inspiré par les couvertures de Stephen King

Commentaires

Derniers Articles

 

Jurassic Park : lancement d’une Jeep électrique pour enfants

Des éboueurs créent une bibliothèque avec les livres jetés

Nintendo Labo : des accessoires en carton pour Switch

Il s’incruste hors-champ sur des pochettes d’album

Un bar éphémère réalisé en LEGO va ouvrir à Londres

La nouvelle série de Netflix met les 90’s à l’honneur

Cette robe change de couleur toute seule !

Google trouve à quelle oeuvre d’art vous ressemblez le plus

Un livre pour faire des sons électroniques avec du papier

Des photos d’enfants du monde entier avec leurs jouets

Le jargon de la pub en vinyles

À la découverte de Trust Icon, street artiste londonien

Muni de son smartphone, il donne vie aux objets qui l’entourent

Il se prend en photo autour du monde avec Godzilla

De l’origami animale dans des peaux d’agrumes

Les Gardiens de la galaxie 3 sortira en 2020

Dénoncer les publicités sexistes de l’époque en inversant les rôles

Quand les peintures classiques rencontrent les Temps Modernes

Au Japon, les plaques d’égout deviennent des œuvres d’art

Elle tricote des pulls pour le camouflage urbain

Quand Bruce Lee découvre le sabre laser

La GameBoy bientôt de retour ?

Elle joue la Marche Impériale en écrivant des calculs

Altered Carbon la nouvelle série SF de Netflix au petit goût de Blade Runner