Bientôt une note environnementale sur nos vêtements

Parmi plusieurs mesures, la loi anti-gaspillage promulguée mardi 11 février prévoit l’instauration d’une notation de « A » à « E » pour nos vêtements d’ici la fin du quinquennat Macron. Ce sur la base de critères environnementaux. Le dispositif permettra ainsi de distinguer les bons des mauvais élèves d’une industrie textile souvent pointée du doigt pour son impact environnemental.

A, B, C, D ou E

Le système est déjà bien connu des consommateurs. Nutri-score pour les produits alimentaires, étiquettes énergies concernant les automobiles, mais aussi les produits électro-ménagers. Et même l’immobilier.

La note affichée sur les étiquettes ira de « A » pour les moins polluants jusqu’à E pour les plus impactants. Le calcul de ce résultat devrait logiquement prendre en compte les matières premières et produits synthétiques utilisés. Ainsi que les émissions de CO2 nécessaire à la fabrication du produit. Mais les facteurs exacts de classification restent à définir par le gouvernement.

Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique a déclaré que l’objectif était de définir une « méthodologie forte » d’ici 18 mois. Laquelle ferait ensuite l’objet d’un décret pour entrer en vigueur avant d’ici 2022.

Le textile, deuxième industrie la plus polluante…

… Après le pétrole ! Le projet de notation sur les étiquettes répond donc à une urgence. L’objectif est d’obliger les géants du vêtement à modifier leurs modes de production par la pression des consommateurs. Étant supposé que ces derniers inclineraient à acheter des « A » plutôt que des « E ».

Pour rappel, il faut en moyenne 10 000 litres d’eau d’un bout à l’autre de la chaîne pour fabriquer un simple jean. L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) rappelle également que ce produit nécessite plusieurs voyages avant d’être vendu, depuis la récolte de coton en Asie à la livraison aux quatre coins du globe.

Au total, la mode émet 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.

Et retrouvez ici la récente alliance de Diesel et Coca-Cola sur une collection capsule à partir de matériaux recyclés.

Commentaires

Derniers Articles

 

G-SHOCK lance un modèle Captain Tsubasa

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion